Thursday, September 26, 2013

L'access prime time, défi des groupes médias français!

Tags



27/09/2013  La rentrée du paysage audiovisuel français réserve quelques surprises aux analystes financiers. Pétris de certitudes, les groupes se sont lancés dans une course à la programmation de formats censés capter un maximum d'audience, celle du fameux coeur de cible. Les animateurs vedettes confrontent leurs expériences, d'un Morandini pulvérisé (Groupe NRJ), en passant par un Antoine de Caunes dans l'ombre portée d'un Hanouna (Groupe Canal, photo ci dessus), les chaînes se font une guerre pour enrôler un maximum de téléspectateurs. C'est la manne publicitaire de l'access qui incite à s'imposer avec vigueur dans l'espoir d'installer le programme qui pourra fédérer et donc fidéliser les téléspectateurs pour vendre l'espace publicitaire dans la durée. Le fameux nerf de la guerre, celui qui devait permettre en son temps, à un Jean-Marc Morandini de régner en maître absolu pour s'être appuyer sur la télé réalité et les nombreuses vitrines de cette galerie marchande réputée inépuisable. Morandini ne cachait pas ne plus se reconnaître dans ce fonds de commerce et devait même un peu trop vite l'abandonner pour revenir à un standart qu'il tentait vouloir vendre comme « premium », c'est à dire plus proche de la profession journalistique, un pari audacieux mais bien contredit par l'érosion de son audience, rendue orpheline et vite adoptée par Hanouna, dont l'équipe offre un mix plus consensuel et donc dans le vent de cette rentrée 2013. Touche pas à mon poste!, la bien nommée offrant un panel plus large du fait d'un équilibre des forces en présence... « Ce sont bien les animateurs qui portent le format, intelligent mix entre ses journalistes professionnels et animateurs bateleurs ou même producteur comme Gérard Louvin, faisant office de sage de service, la caution de l'expérience en plus d'une détente assurée pour le téléspectateur! » croit savoir notre source qui vend des espaces.

                

Jean-Marc Morandini, case incontournable pour Europe1.

Baliser la ligne éditoriale...

 Les analystes financiers de ces différents groupes, eux, utilisent des modèles plus stables, ils ne se font pas d'illusion, le format n'a plus vocation à s'installer comme la référence absolue, ce genre de format a tous les inconvénients de ses avantages, aussi fédérateur qu'il peut s'avérer, son équilibre est très fragile: « La problématique, c'est la mise en avant d'une personnalité au détriment même du format, le syndrome de la locomotive, elle peut parfois s'emballer et commencer à manquer certaines gares du parcours! » En bon résumé, le syndrome meulon qui gagne toujours « sur les bonnes intentions affichées au départ d'une saison! », sur ce point, les états-majors des chaînes n'hésitent pas à recadrer dès que les premiers écarts se font sentir: « L'objectif est de capitaliser sur une personnalité, sa constance, elle doit garantir la pérennité du format et donc éviter l'incident industriel, économique. Il y a une volonté de baliser la ligne éditoriale, s'assurer que le format s'adapte à l'audience en fédérant toujours et encore. La surenchère n'est pas bonne conseillère, elle attise mais semble aussi parfois lasser, il faut un juste équilibre! » Dans les couloirs des groupes, on se pose de sérieuses questions, le groupe NRJ s'est fait fort de couper court à une formule vouée à l'échec, le modèle Morandini« ...est fort sur Europe1, mais clairement inadapté à l'audience de NRJ 12, on pourrait se risquer à penser qu'un format porté par un animateur plus jeune et en phase avec la ligne éditoriale de la chaîne comme un Matthieu Delormeau, aurait finalement plus de chance pour un coût plus resserré. »  Pour autant, le groupe NRJ n'entend pas abandonner Jean-Marc Morandini, qui serait proposé pour un prime time mensuel en plus de son programme d'enquêtes et justice. Du côté du groupe Canal, Antoine de Caunes est un vecteur de stabilité, «  ...certes à installer, mais il semble que le groupe devra se poser un jour la question de l'opportunité d'un Hanouna en lieu et place ou en complément, celui lui qui gratte souvent les PDM de l'access phare de Canal+!  Sa marionnette trône déjà dans le créneau, outil de pression s'il en est....» On pourrait penser que la formule d'Antoine de Caunes devrait s'installer « en renforçant son audience avec des invités comme les politiques et tous ceux qui font l'actualité. » Ce que semble tenter la production « à grand renfort d'adaptations... » Du côté des analystes, on semble être en accord sur le besoin de garantir une visibilité accrue à l'access de Canal+ en installant une formule pour le coup plus« corporate » et capable de devenir un lieu de débat entre personnalités politiques et "véritables" stars du cinéma par exemple. (La chaîne est spécialiste de la production cinématographique en France) , mix et genre de format qui font leur preuve aux Etats-Unis « ...sur les grandes chaînes!»

Antoine de Caunes, valeur sûre du groupe!

De Caunes, Hanouna...

Antoine de Caunes devrait s'installer en s'évitant des apartés douteuses comme les assertions malheureuses de certains humoristes, « Il n'a pas vraiment besoin de se doper avec de telles assertions, d'ailleurs, elles sont en générale contre-productives! » Mais chacun peut comprendre qu'une bonne horloge doit être remontée pour être à la bonne heure, fermer le ban. Du côté de Direct  8, l'émission "Touche pas à mon poste!" s'installe avec son animateur, Cyril Hanouna est le parfait prototype du besoin de renouveau du téléspectateur, un ton direct, et capable de proposer « ...la salade niçoise du Paf avec un résumé parfois en forme de jury populaire qui ne manque pas un certain discours de vérité », (...) « c'est l'endroit pour se faire connaître, mieux, se faire reconnaître! Un carrousel barométrique du giron médiatique, le matin chez Morandini à Europe, le soir chez Hanouna, et votre plan média est gravé dans le marbre! » Il faut dire que les groupes se font une guerre qui assure au moins un mérite, celui de dynamiser la vente d'espaces publicitaires, mais attention, et même plus grave, capable de la dynamiter un plein vol. Les producteurs font force de prudence et il n'est pas rare d'entendre que venir se tirer une balle dans le pied sur le grill de « Touche pas à mon poste! » est un risque réel, « ...des exemples confortent cette problématique, celle qui porte à une surenchère sur le rôle auto -proclamé de ce programme qui se fait fort de juger », mais il est bien acquis qu'un programme doit s'installer et donc rencontrer son public, l'incidence économique peut s'avérer « catastrophique pour certaines cases d'autres chaînes! » Une vision un peu binaire, mais du côté des analystes financiers; on scrute avec attention les dégâts collatéraux de la guerre de l'access. Les actionnaires sont formels, c'est bien la rentrée audiovisuelle la plus scabreuse du Paf (paysage audiovisuel français), le développement de la puissance de la TNT et de certaines contre-programmations par des nouvelles chaînes démontrent que les groupes doivent se faire du souci pour ce nouveau modèle économique en devenir, celui du fameux "all access prime time."   A suivre...






















Photographies: Tous droits réservés pour tous pays.

Finance Offshore © Copyright 2013 Tous droits réservés.

JP Morgan Chase, pénalité record de 11 milliards de dollars?

Tags

  

26/09/2013  La banque JP Morgan Chase s'orienterait vers le versement d'une pénalité record de 11 milliards de dollarspour tenter solder ses différents contentieux avec les autorités américaines comme celles des régulateurs.
L'annonce fait l'effet d'une bombe après que l'échec cuisant des récentes tentatives de la banque pour proposer une offre initiale de quelques 3 milliards de dollars. Une offre transactionnelle que le ministre de la justice Eric Holder devait refuser avec des motivations réputées intactes pour voir la justice obtenir de sérieuses garanties, « ...c'est à dire en proportion des conséquences des présumés errements de la banque. »selon certaines sources.

11 milliards de dollars...

Si la banque new-yorkaise s'acquitte du versement d'une telle pénalité transactionnelle, elle deviendrait l'entreprise des Etats-Unis ayant versée la plus importante pénalité de l'histoire du pays. Les records étant le laboratoire pharmaceutique GlaxoSmithKline avec 3 milliards de dollars en 2011, et le pétrolier BP pour 4,5 milliards de dollars, après avoir provoqué une marée noire dans le Golfe du Mexique. L'objectif que sous tend une telle mesure exceptionnelle, réside dans la volonté « de s'éviter de multiples poursuites pénales engagées au civil et au pénal », celles dont l'issue serait clairement incertaine et « d'autant plus porteuse de lourdes pénalités financières. » La banque avait déjà mis 5, 3 milliards de dollars pour régler divers contentieux liés à sa politique présumée douteuse de vente massive de crédits immobiliers relatifs à la crise des fameux « subprimes », établissement s'étant révèlé pourtant « comme un de ceux ayant le mieux réussi à surmonter cette crise... »
Selon différents médias comme le Financial Times, le Wall Street Journal, ou le Washngton Post, la banque JP Morgan serait amenée « à payer 7 milliards de dollars en numéraire et contraint de modifier à hauteur de 4 milliards de dollars les termes de certains prêts immobiliers réputés mal conçus et souscrits par de nombreuses familles en difficulté depuis la crise des subprimes. »


Négociations...

Des discussions cruciales sont en cours avec le DOJ, ministère de la justice et pas moins importantes avec l'autorité faîtière du système américain de refinancement hypothécaires, la Federal Housing Finance Agency, le procureur de l'état de New-york est également à la manoeuvre dans les négociations, la banque étant située à New-York. On semble s'orienter vers une pression accrue sur l'établissement et «  une volonté sans faille et toujours plus ferme des autorités pour obtenir et garantir un succès à l'opération de justice. » La banque s'enferre à vouloir démontrer ses responsabilités dans ses affaires et tenterait « vouloir les minorer », de nombreuses réticences se feraient jour de la part de l'établissement qui pour de nombreux observateurs, « risque très gros » en conservant un tel axe de défense dans le cadre d'un accord transactionnel toujours censé devoir mettre un terme à plusieurs procédures de poursuites engagées au civil et au pénal.

État de droit...

«La plus grande difficulté de cet accord sera bien de veiller à démontrer la responsabilité de l'établissement visé, son périmètre réel, permettre aux victimes de se retrouver dans la décision d'une justice d'un état de droit en démonstration, un signal fort doit être envoyé aux différents acteurs et donc présumés responsables de telles pratiques. »croit savoir notre source. A suivre...
























Photographie: Tous droits réservés.

Finance Offshore © Copyright 2013 Tous droits réservés.

Dominique Strauss Khan futur dirigeant de la banque d'affaires LSK Luxembourg!

Tags

Dominique Strauss-Khan dirigeant d'une task force!





26/09/2013  Un printemps en automne, tel sera le défi de l'ancien directeur du FMI,  un Dominique Strauss-Khan qui va diriger le conseil d'administration du Groupe Anatevka qui au passage s'offre un nouveau patronyme pour devenir "La banque d'affaires internationale LSK Luxembourg". Celui qui fut élu "Personnalité de l'année du site Finance Offshore" vient conforter ainsi son image  près les nombreux gouvernements qui font bonne place à la qualité d'expertise de l'ancien dirigeant du fonds monétaire international. Nous souhaitons à Dominique Strauss Khan un retour gagnant sans manquer de souligner la qualité du team de Thierry Leyne dont les succès démontrent toujours et encore une stratégie efficiente. Ce nouveau pôle affirmera cette stratégie en regroupant le conseil aux Etats, aux sociétés et aux entrepreneurs pour leur développement stratégique international, leur financement, la restructuration de leur dette et les acquisitions et cessions... Une task force pleine de promesses!


COMMUNIQUE OFFICIEL DU GROUPE:

25-09-2013

DSK prend la tête de LSK pour développer une activité de banque d'affaires

L’ancien directeur général du FMI a accepté de prendre la présidence du conseil d’administration du Groupe Anatevka, désormais dénommé « Leyne, Strauss-Kahn and Partners, Compagnie Financière » (en abrégé LSK), en vue d’y développer une activité de banque d’affaires internationale.

Depuis près de deux ans, Dominique Strauss-Kahn oeuvre dans le monde entier en tant que conseiller de gouvernements étrangers, notamment pour la Serbie ou le Soudan du Sud, et de plusieurs entreprises, telles que la Banque Russe de Développement des Régions, le Russian Direct Investment Fund, la National Credit Bank ou un consortium de banques marocaines.
Afin de développer ces nouvelles activités, l’ancien Ministre de l’Economie et des Finances a souhaité s’appuyer sur les équipes et la présence internationale de la Compagnie Financière Anatevka, un groupe fondé en 1994 par Thierry Leyne, un entrepreneur de la première heure dans le secteur bancaire et financier (Co-fondateur de Consors, Synthesis Bank, EBPF-Financière de l’Echiquier, Assya, Firstcaution …)


Développement du pôle banque d‘affaires


Anatevka Compagnie Financière compte une centaine de collaborateurs répartis dans 6 pays: Luxembourg, Belgique, Monaco, Israël, Suisse, Roumanie. Le Groupe rassemble aujourd’hui différents pôles d’activités financières réglementées, à savoir la gestion d’actifs (Groupe Assya), le corporate finance, l’intermédiation financière et l’assurance (Groupe Firstcaution).
Thierry Leyne a déclaré : « Je suis heureux et honoré de l’arrivée de Dominique Strauss-Kahn à la présidence de notre Groupe. Grâce à sa vision globale et son expertise unique, nous allons développer un pôle de banque d’affaires, tout en privilégiant notre culture entrepreneuriale internationale. Ce pôle regroupera le conseil aux Etats, aux sociétés et aux entrepreneurs pour leur développement stratégique international, leur financement, la restructuration de leur dette et les acquisitions et cessions d’entreprises. »
 
Suite à la nomination de Dominique Strauss-Kahn à la présidence du Conseil d’administration qui devrait intervenir à l’issue de l’Assemblée Générale le 18 octobre 2013, Thierry Leyne restera administrateur délégué et conservera la présidence des filiales du Groupe.

Anatevka devient LSK

Pour tenir compte des changements de gouvernance, la dénomination sociale de la société Anatevka Compagnie Financière sera modifiée en «Leyne, Strauss-Kahn & Partners, Compagnie Financière» ou «LSK» en abrégé.
La société restera cotée sur Nyse Euronext Paris (Code Isin LU0834474271 – Code Mnemo MLANA).



Contact Relations Presse LSK: Anne Hommel, +33 6 20 02 78 52



Le groupe...


Fort de l’expérience et du parcours de ses dirigeants (chefs d’entreprises, anciens banquiers), c’est une organisation dynamique constituée de professionnels animés par un esprit d’indépendance, partageant la même culture entrepreneuriale et s’appuyant sur un objectif de service d’excellence.
La diversité des compétences, des langues et des cultures font d’Assya Asset Management un acteur unique et exclusif capable de servir les plus hautes exigences.

Assya Asset Management est un groupe indépendant qui ne dépend d’aucun organisme financier, ce qui lui permet de garantir la plus grande objectivité dans ses prestations et de proposer des choix de gestion en totale liberté et dans l’unique intérêt des clients. Le groupe bénéficie du soutien et de la compétence de sa maison mère, la société Anatevka S.A, une holding luxembourgeoise. Cette structure de tête qui chapeaute le groupe s’appuie sur trois lignes de métier complémentaires : la gestion d’actifs, le capital investissement et l’assurance. La flexibilité et l’efficacité de cet actionnaire de référence permet au groupe d’allier rigueur et dynamisme.


















Photographie: Tous droits réservés.

Finance Offshore © Copyright 2013 Tous droits réservés.


Tuesday, September 24, 2013

Libor Euribor: Echec et mat?

Tags

24/09/2013  Au départ, certains établissements qui s'étaient fédérés dans une entreprise bien peu glorieuse mais très lucrative, instrumentalisation d'outils comme les fameux taux d'intérêts internationaux...« Ce scandale éclabousse potentiellement toutes les banques qui ont participé à la fixation du Libor de 2005 à 2009 »insiste notre source proche du dossier.Une pratique simple pour organiser les prêts que les banques« ...se font entre elles. » Des banques chargées de déterminer le cours du Libor, le taux d'intérêt à très court terme de référence entre les différents acteurs de la partition. Un scandale qui prend de l'ampleur et risque de voir une cascade de procès dans différents pays, qui pour la plupart n'auront pas de peine a démontrer la responsabilité de ses mêmes établissements:« …tant les négociations engagées se sont renforcées pour tenter biffer le montant des amendes appliquées aux principaux acteurs!» Pour de nombreux observateurs, la signature de cette « filouterie organisée », est à présent clairement démontrée par les premières décisions de justice. « A mesure que d'autres banques trouveront des accords à l'amiable avec les autorités, et que les détails en seront rendus publics [...], notre situation sera finalement mise en perspective », écrivait déjà en 2012, le comité exécutif de Barclays dans une note aux salariés, certains pensaient un peu trop vite « ...que la démission du président de Barclays, Marcus Agius, et l'abandon de son bonus suffiraient à calmer l'opinion publique... » croit savoir notre source.

Constat édifiant...

De l'arrogance à la cupidité, les banques qui se sont embarquées dans cette aventure vont devoir faire leurs comptes, et pour l'heure, bien malin serait l'établissement capable de donner le montant de «... la facture totale! » En force, la justice américaine qui démontre sa volonté de faire payer les responsables et ne fait pas cas des questions que posent la confiance présumée aveugle des régulateurs et donc des banques centrales. « Nul ne pouvaient ignorer que les banques se trouvaient en plein conflit d'intérêt lorsqu'elles déclaraient à quel taux elles empruntaient sur le marché interbancaire, d'autant plus bien fondées à toujours plus s'en accommoder puisque ces taux en « or » devaient servir de référence pour tous leurs swaps et autres dérivés de taux, en tous cas très certainement le petit monde des traders des marchés des taux... » (...) « Sous-estimer le Libor de deux petits points de base a permis à certaines banques de gagner beaucoup d'argent sur les swaps de taux !»Insiste notre source à Genève. Ce sont à présent les relations présumées entre certains traders et certaines banques européennes qui risquent d'être ''détricotées'' pour déterminer le rôle de ces mêmes établissements, il y a une volonté de définir un périmètre de responsabilité qui devra dire qui était clairement responsable et de quoi. « De là imaginer voir des établissements moins vertueux que peuvent le souhaiter certains, il n'est pas d'impossible en la matière, la tension très palpable des services juridiques du board de certains groupes européens démontre que des questions risquent de trouver leur réponse... » croit savoir une autre source. La problématique que sous tend l'implication présumée de certaines banques européennes jusqu'à présent plus ou moins épargnées, élément qui renvoie « ...au rôle présumé et au fait que des autorités de régulation étaient au courant de telles pratiques, des éléments devraient pouvoir conforter cette hypothèse, étrangement écartée avec vigueur et souvent avec des arguments plutôt flottants! » croit savoir notre source. C'est d'ailleurs clair, certaines banques épargnées jusqu'à présent comme à l'image de SocGen qui se retrouve dans le collimateur de la NCUA, National Crédit Union Administration ,qui supervise le secteur des caisses d'épargnes aux Etats-Unis. Elle souhaite récupérer une partie des sommes perdues du fait de ces manipulations présumées par cinq établissements qu'elle supervisait et qui ont fait faillite depuis. Une plainte pour violation des lois anti-trust fédérales et régionales a été déposée auprès d'une cour de l'Etat du Kansas selon le communiqué de la NCUA. Outre Socgen, la NCUA a attaqué UBSet Crédit Suisse, Raiffensen Bank, Norinchukin Bank, JPMorgan Chase, Lloyds Banking Group, WestLB, Bank of Tokyo Mitsubishi UFJ et Banque royale du Canada...« C'est de notre responsabilité de récupérer de l'argent par tous les moyens possibles à ceux qui ont causé des milliards de pertes aux caisses d'épargne », a souligné la présidente de la NCUA Debbie Matz, citée dans le texte. « Certaines sociétés manipulaient les taux d'intérêt internationaux de telle manière qu'ils ont coûté aux cinq (caisses d'épargne faillies) des millions de dollars »a-t-elle encore relevé, se disant déterminée à les rendre « responsables de leurs actions ».La NCUA souligne dans un autre communiqué qu'une quarantaine de procédures ont été engagées dans le monde « contre les différentes banques chargées de déterminer le cours du Libor, un taux d'intérêt à très court terme appliqué aux prêts que les banques se font entre elles. » A ce jour, des amendes d'un montant total d'environ 2,5 milliards de dollars ont été appliquées à trois des principaux acteurs de ce marché: UBS, Royal Bank of Scotland et Barclays. 

  Produits pourris...


La même NCUA a par ailleurs annoncé avoir engagé une autre procédure distincte en justice contre l'établissement Morgan Stanley et huit autres banques internationales « ...pour avoir vendu pour 2,4 milliards de dollars de produits financiers pourris! » La NCUA a expliqué qu'elle entendait « être indemnisée pour les pertes subies par certaines banques qu'elle supervisait et qui ont fait faillite en raison de ces mauvais investissements. » Cette procédure spécifique est engagée devant un tribunal fédéral de New York, vise aussi: JPMorgan Chase, Credit Suisse, Royal Bank of Scotland, UBS, Goldman Sachs, Wachovia (rebaptisée Wells Fargo) et Ally Bank.

Pour l'heure, sur les 2,4 milliards de produits financiers qui se sont révélés toxiques, des obligations adossées à des crédits obligataires, 416 millions ont été vendus par Morgan Stanley, a relevé le régulateur. La NCUA rappelle qu'elle a réglé des contentieux similaires avec Citigroup, Deutsche Bank, HSBC et Bank of America qu'elle a ainsi pu récupérer plus de 335 millions de dollars... «Si de nouvelles banques européennes devaient être clairement condamnées, elles porteront un risque supplémentaire pour le volet européen du scandale du Libor, (...) ...sa gestion et le rôle des autorités européennes de régulation et le sens qui doit être acquis à leur mission matricielle, la qualité des recommandations des différentes banques centrales et de la politique de la régulation du secteur. Un commissaire européen concerné doit se faire des soucis...» Croit savoir notre source à Bruxelles. A suivre...













Photographie: Tous droits réservés.

Finance Offshore © Copyright 2013 Tous droits réservés.

Wednesday, September 18, 2013

Affaire Cahuzac: Pierre Condamin-Gerbier libéré sous conditions!

Tags

Pierre Condamin-Gerbier libéré sous conditions...


Genève le 18/09/3013  Les autorités judiciaires Genevoises semblent reculer dans l'affaire Pierre Condamin-Gerbier, forcées de constater que le dossier s'étiole, elles ne peuvent plus imposer des mesures dites de contrainte sans prendre le risque de violer le principe de proportionnalité relatif à la détention préventive de l'accusé, elles décident donc de libérer l'ex-employé de la banque Reyl..


Condamnation plus légère...

Cette information révélée par la RTS (Radio Télévision Romande) confirme les doutes de certains parlementaires français de la commission Cahuzac, « Une mise au frais souvent jugée comme très arbitraire pour exercer une pression sur les français et leur volonté d'en découdre avec les errements de certaines pratiques d'établissements bancaires helvètes! » croit savoir une source proche du dossier. Une information qui intervient alors que de la commission d'enquête parlementaire française devait conclure à l'absence de dysfonctionnement notoire du gouvernement dans le traitement de l'affaire Cahuzac. « Le procureur s'est orienté vers une procédure simplifiée pour Pierre Condamin-Gerbier, il devra reconnaître un certain nombre de faits et ainsi obtenir une condamnation plus légère. Monsieur Condamin-Gerbier avait affirmé posséder une liste de noms de français présumés détendeurs d'un compte en Suisse, affirmant avoir remis cette liste très fournie à la justice de son pays et ce,  dans le climat très tendu de l'affaire du scandale de l'ex ministre français du budget Cahuzac. »insiste notre source.

Si mauvaise barque...

La banque Reyl avait immédiatement déposé plainte en Suisse contre Pierre Condamin-Gerbier, « Contre son ex-employé pour vol, falsification de document dont faux dans les titres et violation du secret professionnel et commercial. »Les autorités de la justice suisse devaient placer Pierre Condamin-Gerbier en détention préventive pour tenter obtenir des aveux de l'accusé. Selon ses avocats, il fallait bien plus relativiser ses informations, « Celles que l'accusé semblait affirmer pour plus ou moins prévenir sa protection dans un climat de défiance généralisée! » croit savoir notre source. Pour prévenir tout risque de fuite, le Tribunal genevois impose à Pierre Condamin-Gerbier de se présenter à la police « Une fois par semaine! », preuve que les autorités helvétiques souhaitent garder la main sur ce témoin qui voit le risque d'une autre plainte, cette fois-ci en France pour parjure devant la commission d'enquête parlementaire. « Une option qui reste facultative, tant les errements de monsieur Pierre Condamin-Gerbier font force d'une suite d'écueils personnels dont il serait inutile d'aggraver la situation et donc conséquences. Si cette personne peut démontrer avoir perdu pied dans le climat si particulier de cette affaire, il serait clairement injuste de charger si mauvaise barque! La justice française devra faire le tri entre toutes les présumées informations communiquées par l'ex-employé de la banque Reyl, si certaines peuvent démontrer des pratiques contraires à la loi venant d'établissements bancaires, elles serviront logiquement au travail de la justice.(...) Il est important de pas tout mélanger dans cette affaire et comprendre pourquoi monsieur Pierre Condamin-Gerbier s'est lancé dans une telle aventure, il doit y avoir des raisons...» croit savoir une source proche du parlement.

Monsieur Pierre Condamin-Gerbier , soupçonné d'espionnage économique, avait été arrêté le 5 juillet 2013 et placé en détention sur ordre du ministère public de la Confédération helvétique. Décision du procureur quelques jours après son audition à Paris devant la commission d'enquête parlementaire liée à l'affaire Cahuzac, ex-ministre français du budget en charge de l'évasion fiscale et détenant un compte non déclaré en France dans la banque suisse Reyl.








Photographie: Tous droits réservés.

Finance Offshore © Copyright 2013 Tous droits réservés.


Tuesday, September 17, 2013

When You Retire...

When you retire, how much money do you need to have saved?
 
If there is a million dollar question, or a $4 million, or $10 million, I guess this would be it.  In my personal finance class, a student asked how much money you will need to retire.  We started going through the time value of money equations -present value and future values of lump sums and annuities to calculate how much one would need; which started me thinking long and hard about this questions.  I told my students it was keeping me up at night and this is why it is such a hard question to answer:
1. It depends on when you want to retire.  I asked my class and it ranged from age 45 to never retiring.  The person who retires at age 45 will need a lot more money saved in retirement than the person who never wants to quit working.  I’ve always said, “If you can turn your passions into profit, you never have to work a day in your life.”  I also believe that meaningful work provides you with self worth and increased happiness. So if you love your job, maybe you won’t retire; you may just slow down a little.
 
2. It depends on your lifestyle when you retire.  Experts are saying that you will need 80%-100% of your current income in retirement.  BUT….do you want to cruise the seven seas and stay a five star resorts or do you want to work around the house and live off the land?  There are a lot of retirement calculators on the Internet where you can find out how much money you will need to replace your current income or a percentage of it.  Lately we have been trying to live off the land and it is amazing how much we have saved in groceries.  Even with a small garden and a few chickens, you can save big money, eat better and be closer to your food source.
 
3. What will Social Security and health care cost be in the future?  I don’t know what government plans will be around when I retire, so I’m planning on being self-sufficient.  I would rather have too much in retirement savings then not enough.
Just some figures so you can check to see where you stand with the average American.  According to Gallup’s annual Economy and Personal Finance survey, the average American expect to retire at age 61.  This is up from age 57 when the survey was conducted in 1991. However over fifty percent of the non-retirees age 58-64 expect to retire past the age of 65.  Gallup also found that 61% of Americans are worried or very worried about having enough money for retirement.  The highest percentage of Americans worried about retirement savings is ages 50-64.
This delay in retirement could be due to a change in values, lack of financial resources, uncertainty about future expenses, or decreased mandatory retirement age.  I hope that you find your passions and can turn it into profit. Let us know what you think. 
When do you plan on retiring and how do you envision your retirement lifestyle? 

Sunday, September 15, 2013

Luxembourg/Élections: De Xavier Bettel à Étienne Schneider, pour le changement?

Tags

                  
Luxembourg le 15/09/2013 - Ils sont nombreux à s'intéresser à l'avenir de ce petit état qui va devoir se trouver le 20 octobre prochain une nouvelle majorité lors du scrutin anticipé. Après une série de scandales d'état liés au service de renseignement (SREL) du pays et quelques autres errements ou affaires pas très glorieuses, un vent de renouveau pointe au Grand-Duché de Luxembourg. « Un printemps en automne prédisent les instituts de sondage, dans l'ensemble c'est la nouvelle génération qui devrait tirer son épingle du jeu, ce sont Xavier Bettel, l'actuel bourgmestre de la capitale éponyme du pays qui tient la corde et le ministre sortant de l'Economie, Étienne Schneider, qui incarnent le mieux ce changement. Cependant subsiste un grand paradoxe pour cette élection, le premier ministre contraint et sortant Jean-Claude Juncker semble toujours attirer les jeunes qui se font moins critiques que leurs parents, comme quoi, le débat démocratique fera le reste... » Précise notre source proche du dossier à Luxembourg.


Un état dans tous ses états...


La ligne directrice de cette élection est bien celle du retour à l'état de droit, l'organisation de ses élections anticipées se veut la synthèse des leçons que «  Celles que le bon peuple de Luxembourg devra tirer après le scandale du SREL (service de renseignement de l'état luxembourgeois) véritable compulsion de pratiques dignes de la guerre froide et dont la justice du pays doit encore venir nous dire qui sont les vrais responsables! », sur ce point, « La commission d'enquête parlementaire semble donner de bonnes pistes dans son rapport qui est bien à l'origine de cette élection anticipée. »insiste notre source. Souvent, les médias étrangers devaient évoquer « ...une démission du gouvernement de coalition, en fait il résulte bien plus un tour de « passe passe » du premier ministre Jean-Claude Juncker (CSV, Démocrate chrétien social) pour s'éviter les motions de défiance de ses parlementaires, le Conseil d'état n'ayant jamais obtenu l'écho nécessaire au respect fondamental de l'usage des bonnes pratiques en la matière... » Il faut noter qu'un consensus se dégage des différents groupes parlementaires pour entrevoir les élections anticipées comme la meilleure réponse au climat de défiance ambiant. Luxembourg est à la croisée des chemins, il y a le changement de paradigme de la place financière aux dimensions internationales et l'apport du cadre réglementaire international qui s'oriente peu ou prou vers la transparence et donc l'échange automatique des informations, souvent cité en première ligne pour la défense du secret bancaire au sein de l'Union européenne, le pays s'est montré enclin à faire « ...sur le tard de cette législature sortante  force d'adaptation! »(...) « Il y aura des écueils pour certains dont le cœur de métier est l'optimisation fiscale pure, face à l'impôt comme celui des sociétés comme le numérique (ventes en ligne) et la gestion de fortune (Family Equity) qui devrait finalement mieux s'en sortir, (...) Mais il ne faut pas croire ou laisser-faire croire que la place ne tiendra pas un rôle prédominant dans le futur, l'échange automatique va réorienter les fortunes vers d'autres pratiques, certes il faudra trouver sa place dans un milieu très concurrentiel et voué au besoin d'anticiper, ce que nous faisons plutôt bien par rapport à d'autres places en Europe continentale, Suisse y comprise. » Nous assure un dirigeant de banque. Il est vrai que le Luxembourg va devoir se trouver de nouvelles ressources, la fin de la manne du numérique comme Amazon et autres consorts est proche. (Le G20 ayant mandaté l'OCDE à cette fin.) Dans l'ensemble, le gouvernement sortant, CSV (Chrétiens sociaux) et LSAP (Parti socialiste) se sont attaqués à la réorientation de l'économie du pays. Étienne Schneider est un « Socialiste libéral tendance pragmatique... », il sait pour l'avoir démontré pendant son court passage au ministère de l'Economie, que le pays doit se trouver de nouveaux débouchés, « En ligne de mire, la recherche, et la logistique que les positionnements stratégique et géographique du pays peuvent facilement accompagner. Il n'a jamais caché aux luxembourgeois que le pays allait devoir changer certaines habitudes! » Le ministre sortant, quadra et tête de liste socialiste aux élections anticipées d'octobre prône une politique économique tournée vers l'initiative et le maintien du développement du tissu local des P.M.E, P.M.I. « Les véritables vecteurs d'emplois pérennes, mais attention, pour ce qui est du Luxembourg, que si et seulement si les ressorts de la compétitivité se maintiennent face à la concurrence, il est par ailleurs très attaché aux fleurons qui font l'histoire de ce pays. »croit savoir notre source. Le chômage est en augmentation constante depuis la dernière législature, notamment celui des jeunes, « Il est plus important en données comparées de la situation tendue de nombreux états équivalents suite à la crise, celle-ci ayant toutefois épargnée le Luxembourg dans des proportions plus acceptables ou gérables que d'autres. » assure une source à Bruxelles.


A l'index?


Étienne Schneider est très sympathique, mais ne manque jamais l'occasion d'une vérité, il veut s'attaquer aux situations déloyales, remettre la valeur travail en assurant vouloir préserver l'index, le fameux système qui permet l'ajustement automatique des salaires sur les prix à la consommation et dépenses courantes. « Celui qui défend les intérêts des ouvriers et donc le pouvoir d'achat des familles, mais attention, plombe tout autant la compétitivité de certains secteurs d'activité de notre pays! »Croit savoir un économiste local et d'ajouter, au Luxembourg le plus compliqué, c'est le logement « ...c'est un sérieux problème du fait d'un marché jugé artificiellement restreint et fort coûteux pour les ménages ; il place le pays comme l'un des plus onéreux en la matière de toute la Zone euro! », sans compter les retards de l'état « ...en matière de logement social, sur ce point, le maintien de l'index est une difficulté pour certains des entrepreneurs qui cependant, admettent le besoin de défendre le pouvoir d'achat de leurs employés , ce que l'état n'a visiblement pas ou si peu accompagné avec des mesures efficientes comme le plafonnement des loyers attendu par bon nombre de luxembourgeois.» Des entrepreneurs qui ne manquent pas de souligner « L'envolée attendue de certains prélèvements sociaux et ou comme fiscaux depuis la crise, le budget de l'état devient compliqué et le déficit se creuse... » Les entrepreneurs ne manquent pas d'affirmer leurs réelles inquiétudes: « Il est difficile de rester compétitif dans un environnement transfrontalier qui place le Luxembourg en bas de l'affiche sur le coût horaire, c'est fort regrettable de devoir sacrifier une grande partie de notre balance et donc investissements d'avenir comme la recherche là ou l'état se repose toujours plus sur notre seul développement après s'être reposé sur la seule manne de la place financière. (…) C'est évident qu'en matière de logement, le pays s'est fait doubler par une politique spéculative très organisée, elle est à présent clairement inadaptée! »tempête un chef d'entreprise. Un défi supplémentaire pour la tête de liste socialiste « Étienne Schneider qui souhaite voir l'état tenir un rôle d'arbitre plus efficace en la matière, sans compter l'efficience d'une nouvelle politique du logement et accession à la propriété plus renforcée. »Le foncier est excessif et hors normes, « ...tout est affaire de spéculation en cascade, les terrains constructibles abordables sont à présent inexistants et souvent aux seules mains de promoteurs en mesure de faire ainsi toujours et encore leur loi, ils viennent pour certains, jusqu'à s'immiscer directement dans les grands projets de l'état du logement social, mais ils sont souvent les mêmes de certains scandales ou dérives locales à l'image de l'affaire du stade national de Livange! »persiste notre source. (Une sombre affaire de présumés délits d'initiés et favoritismes qui devait lever de sérieux doutes sur certains pratiques de membres de la majorité sortante, présumés en cheville avec certains promoteurs du pays, l'affaire d'état s'est réglée en ''queue de poisson'' en justice et au parlement luxembourgeois...).
                           

Monsieur Etienne Schneider. (LSAP)

Courage politique...


Le ministre de l'économie sortant ne fait pas l'économie d'une vérité, Étienne Schneider et son parti, le LSAP (Socialistes) ne cachent pas que la nouvelle coalition gouvernementale issue des élections anticipées devra se faire exemplaire sur ces questions, « On s'oriente sur une nouvelle politique du logement, plus équitable, laissant une réelle chance à tous ceux qui vivent au pays, il n'est plus acceptable de voir des résidents devoir s'installer aux frontières pour vivre alors qu'ils travaillent au pays, c'est un non sens qui doit trouver sa limite. (…) Les enseignements seront tirés et il faudra un véritable courage politique pour s'attaquer à cette problématique, l'état devra s'imposer comme un arbitre et régulateur du marché aux pouvoirs accrus. »Croit savoir une source proche du dossier et d'ajouter: « L'index est une garantie pour les plus modestes, c'est un outil d'accompagnement, il ne doit pas être perçu comme un outil de contraintes par les effets de certaines absences d'une politique de l'état comme pour le logement. »

Intéressant mix...

Pour ce qui est du modèle luxembourgeois, la ville de Luxembourg instigue un nouveau souffle au pays tout entier. C'est le bourgmestre de la capitale qui tient la bonne corde dans cette élection. Jeune, dynamique et très impliqué, Xavier Bettel impulse aussi la vision moderne et dynamique de la capitale, centre névralgique et stratégique de l'économie du pays. « On le sait tous, Xavier Bettel à l'image d'un Étienne Schneider, deux acteurs de cette élection anticipée qui représentent le tandem du futur de notre pays, chacun dans son style, mais finalement avec un point commun indéniable, le pragmatisme! » Il faut dire que l'un et l'autre font force de contribuer au renouveau de l'image un peu engluée de la sphère politique luxembourgeoise, leurs côtes de popularité respectives et donc respectables, démontrent que « Certains regrettent déjà s'être reposés sur les lauriers d'un certain passé fait de conservatisme faisant parfois force d'un cruel manque d'ouverture d'esprit. »Le pays se compose d'une population qui se nourrit de multiples cultures et finalement d'un attachement très remarqué pour sa famille régnante, « un intéressant mix »entre des traditions très ancrées et l'apport de ce carrefour au cœur de l'Europe, « Les français, belges, allemands et portugais sont présents dans le pays pour y travailler et certains pour s'y être installés avec le projet de rejoindre notre communauté de vies. (…) Dans l'ensemble, la cohabitation avec les luxembourgeois se passe avec plus de respect mutuel que de réelles problématiques, le tissu social est à l'image du monde dans lequel nous vivons. »Constate une enseignante du pays. Il faut dire que certains souhaitent voir les étrangers résidents voter aux scrutins locaux, Étienne Schneider et Xavier Bettel seraient disposés à ouvrir cette capacité à certains résidents, « Ceux qui démontrent une volonté sincère d'intégration, les mariages mixtes sont légion, quoi de plus normal que de permettre à ceux qui font le choix du Luxembourg de se voir reconnaître une juste place dans notre société. C'est le meilleur vecteur d'intégration, il évite des citoyens de seconde zone! »Nous commente un avocat habitant de la capitale et d'ajouter:« A Luxembourg, nous vivons au rythme de nos différentes cultures, ici on fête 4 à 5 fêtes nationales différentes! »


Monsieur Xavier Bettel. (DP)
                                  
Ne rien laisser passer...


Pour ce qui du bourgmestre Xavier Bettel, il vient de reconnaître que sa priorité pour assurer le destin de la ville capitale n'est plus son unique combat. Dans un entretien avec RTL, il assure « Sur le tard! »que le choix des électeurs commandera bien son avenir, et il n'est pas impossible « ...que celui-ci tienne logiquement un rôle très important dans la future coalition gouvernementale! » commente notre source. C'est une évidence, il faudra bien que la nouvelle coalition colle le mieux aux souhaits des luxembourgeois, et Xavier Bettel fait figure d'un changement attendu, il est en droite ligne avec ce besoin de réformes, mais il pourrait aussi devenir l'allié d'un Étienne Schneider, les deux hommes sont de la même génération, amis et bien que dans des partis politiques différents, Lsap et Dp, il n'est pas rare de les voir converger sur de nombreux points. Ils sont très sympathiques, « Plutôt accessibles et d'un franc parler qui tranche avec un certain conservatisme parfois ambiant... » insiste un proche. Il n'est pas rare d'imaginer une coalition « dite transversale », en rupture avec un certain passé, elle serait plus ouverte, mais certainement recentrée sur l'intérêt général que les seuls intérêts particuliers « ...dont les nombreux errements du CSV (parti dominant de l'actuel premier ministre Juncker) sont à l'origine des élections anticipées! » Quand Xavier Bettel monte au créneau pour de sérieux problèmes de sécurité dans le quartier de la gare de Luxembourg, dont il nous faut reconnaître à nos très nombreux lecteurs que nous avons déjà remarqué « ce point noir » qui tranche avec l'image si paisible et proverbiale du Luxembourg que nous aimons tant. Certains collaborateurs ne cachent pas les désagréments causés à leur arrivée en TGV depuis Paris. « Certes, Paris n'est pas en reste, mais à la gare de l'Est, les effectifs de Police sont clairement visibles, et surtout il y a une Police en civil en conséquence, à Luxembourg on constate des vols ou présences de toxicomanes d'un genre plutôt violent et déterminé, loin d'être accueillante, cette présence fait clairement désordre dès l'arrivée en gare de Luxembourg! Sans compter des vols de portables, Ipad et autres si récurrents de collaborateurs, aujourd'hui un fait enfin plus rare dans une gare à Paris! » Certaines représentations diplomatiques se font fort d'avertir les risques inhérents dans ce quartier jugé «...dangereux! » Mais Luxembourg ne se résume pas à l'insécurité notoire de ce quartier, elle l'est dans les faits, historiquement compliquée pour ce qui est du périmètre de la gare. Point positif, Xavier Bettel et la majorité municipale défendent le projet de Tram qui devrait « ...assainir le quartier et redonner un élan à la capitale du pays! » (…) « L'idée est de créer un axe entre la Gare et le quartier des affaires et des institutions européennes du Kirshberg. Sur ce point, une fois levées les logiques inquiétudes liées aux travaux, la ville va s'affirmer comme une capitale européenne incontournable ou la culture tient toujours une large place, l'actuel bourgmestre étant un promoteur avisé et très actif en la matière. » Commente une autre source. Xavier Bettel est également parlementaire DP (Parti Démocrate) à la Chambre des députés, il est intervenu avec promptitude sur l'ensemble des affaires d'état liées à l'actuelle majorité sortante, « Il n'hésite pas à prendre la parole au parlement pour remettre ''certaines pendules à l'heure.'' Il n'hésite pas à questionner le premier ministre sortant Jean-Claude Juncker, « tout de go » » et ce avec des assertions remarquées, pleines de respect pour son premier ministre de tutelle mais jamais faussement complaisantes, c'est en partie ce qui explique sa côte de popularité en hausse constante! » Cette posture de ne rien laisser passer, en tous cas d'inacceptable, confère un rôle toujours plus attendu au Bourgmestre de la capitale du Luxembourg. Un point de convergence avec Étienne Schneider, bien que membre de la majorité gouvernementale et donc coalition sortante 'CSV et LSAP), « Étienne s'est fait fort de remettre en cause très directement les pratiques de l'ex-allié Csv! (Démocrates chrétiens sociaux de monsieur Juncker, actuel premier ministre sortant). Il considère qu'il faut sortir le pays de cette imagerie inappropriée de barbouzeries en tous genres et conflits présumés d'intérêts chroniques de certains ex-membres de son gouvernement de coalition sortant. L'affaire du SREL ou service de renseignement luxembourgeois ou celle dite du Bommeleeër, deux dossiers dont il s'est fait fort de condamner tous les errements liés à la posture de certains membres du gouvernement, (...) à commencer par le premier ministre en personne, un Jean-Claude Juncker qui peine à se reconnaître dans le bilan très incisif dressé par son ex-ministre de l'économie mais qui prend note des conséquences d'une telle scission dans la majorité, celle qui instigue les élections anticipées actuelles et trouvera selon lui: « Sa vrai réponse dans les urnes! » Etienne Schneider est contre le cumul des mandats et pour leur limitation dans le temps et finalement toutes situations porteuses de conflits d'intérêts si préjudiciables à l'état de droit... » Croit savoir notre source à Luxembourg.

Monsieur Jean-Claude Juncker. (CSV)
                                       
Le premier...

Les élections anticipées vont se jouer sur les acquis de la majorité gouvernementale, une gouvernance de monsieur Jean-Claude Juncker, ses succès, ses faiblesses, pas moins ses errements. C'est ce que semblent démontrer les premiers sondages d'opinions qui pour certains, commanderaient déjà de sérieux doutes sur le besoin de respect d'équité de la pratique de telles enquêtes d'opinion. « Une vigilance s'imposera! »Dans l'ensemble, le parti dominant historique se fonde sur une campagne liée à la tradition électorale du pays, bastion de conservatisme. Le CSV ; le parti démocrate chrétien social du pays table toujours et encore sur Jean-Claude Juncker, premier ministre sortant et donc, logiquement flanqué comme tête de liste. Une stratégie de la confiance, faite de stabilité et d'un rôle à tenir dans le concert des nations importantes de l'histoire de l'intégration européenne, Luxembourg étant un pays membre fondateur de l'Union, et souvent cheville ouvrière notable des relations franco-allemandes. Le CSV mise sur le monde paysan, ouvrier et très important, plus encore , la classe moyenne, les plus importantes du vivier électoral. Un socle électoral plutôt âgé dans les chiffres, mais qui démontre une solidité acquise dans l'histoire. « La problématique la plus récente de l'électorat du CSV, est bien le climat de défiance lié aux différentes affaires d'état, un certain plafond de verre serait bien atteint, cependant un paradoxe pointe avec les jeunes qui font plus confiance à l'image et reconnaissance internationale et dynamique et même parfois très paternaliste de l'actuel premier ministre, dans les faits, bien plus que leurs parents, qui pour un bon nombre, semblent se considérer comme bel et bien trahis par leurs élites historiques. On note donc un électorat flottant toujours plus grand, partagé entre volonté ferme d'en finir avec les chrétiens sociaux et le besoin d'imaginer un pouvoir plus en phase avec son temps, laissant place aux jeunes générations qui réfutent des pratiques dignes de la guerre froide. Tout sera question de cette capacité à fédérer et rassurer, la fin du secret bancaire est aussi perçue comme la fin d'un certain paradigme pour le Luxembourg, et nombreux sont ceux qui tiennent rigueur au pouvoir sortant d'avoir été incapable de résister aux pressions successives de la communauté internationale. » (…) « Jean-Claude Juncker dispose d'une côte de popularité érodée depuis le scandale d'état qui conduit à cette élection anticipée, mais il semble toujours en capacité de s'avérer rassurant face à la dispersion de la surenchère qu'annoncent les autres partis en lice. Il est en somme ''le juge de paix'' de cette élection anticipée. Il devrait pouvoir recadrer certains candidats qui se font forts de critiquer le bilan de l'actuel premier ministre, mais se risquant pour certains, à oublier un peu trop vite, faire partie de cette même coalition gouvernementale, à l'image des candidats du LSAP (Socialistes)! »Croit savoir notre source à Luxembourg.


Sillon...

Voici un assez bon résumé de ces élections anticipées qui très certainement,vont donner un peu d'air au giron politique du Grand-Duché, les Écologistes y trouveront-ils pour autant une place avec les habituels thématiques de l'écologie? Pas certain, juge une de nos sources, « Un parti qui mise sur l'alternative et les besoins du seul respect de l'environnement enferré dans les débats d'une élection anticipée suite à un scandale d'état politique devrait flatter certains électeurs, notamment ceux qui sont las des errements de la politique politicienne du pouvoir conservateur, un espoir se dégage avec le rapporteur de la commission parlementaire  sur le service de renseignement,  monsieur François Bausch „Déi Gréng“ -Verts Luxembourgeois, s'étant appliqué à un travail équitable et de grande qualité morale.(...) Pour les autres partis, il y aura substantiellement un vote en forme de sanction pour les partis historiques. » (...)« Cette élection repose sur des figures locales, très ancrées, le changement se fera sur base de gains substantiels de sièges, clairement à la marge. » Devait conclurenotre source à Luxembourg et d'ajouter « Les autres partis seront dans le sillon des grands, avec plus ou moins de succès, il leur sera très difficile d'escompter une révolution de palais, en période d'incertitudes, on se tourne vers un vote qui rassure, même si la tentation d'un vote sanction peut toujours frapper certaines personnalités de plein fouet et remettre certaines pendules de la démocratie à l'heure... »  Fermer le ban.


Economie du Luxembourg...



Pour compléter votre information sur l'Economie au Luxembourg:




Note conjoncture. Luxembourg /STATEC
(Attention, les pages 3.4.5.6 sont de garde textuelle et donc vides.)



Partis en lice...



Les différents partis politiques présents à l'élection anticipée d'octobre 2013 et l'ordre d'affichage officiel :






1: Déi Lénk 
2: ADR 
3: KPL 
4: DP 
5: Piraten 
6: Déi Gréng 
7: LSAP 
8: CSV 
9: PID




Sondage...

 PREMIER SONDAGE DE CAMPAGNE RTL-LUXEMBOURGER WORT 



Température générale Septembre...

Rapport de confiance du Gouvernement VS Opposition

Compétence et sympathie des personnalités politiques...

Evolution des partis. (04 à 09/ 2013)
Idem tableau "Température générale".



Notez bien: Entre le 27 août et 13 septembre par l'institut d'analyse de sondages (TNS)
 ayant interrogé 1009 Luxembourgeois. (Téléphone et internet individus à partir de 18 ans.)



En chantant...




Quand le parti socialiste luxembourgeois (LSAP) donne de la voix...


Les membres du parti socialiste luxembourgeois se sont lancés dans une version "Pop" de l'internationale, une occasion de rappeler qu'une campagne électorale doit pouvoir rester conviviale


L'affaire dite "Bommeleeër"...


Comprendre l'affaire "Bommeleeër" (ou poseur de bombes) et le scandale d'état du service de renseignement (SREL):







Photographies: Médias luxembourgeois et étrangers. Tous droits réservés.

Tableaux "RTL Sondage": Captures RTL TV Luxembourg "De  Journal"  (RTL Group) Tous droits réservés pour tous pays.

Sondage: RTL Luxembourg (RTL Group), Luxembourger WORT (Quotidien national). Réalisé par TNS Luxembourg. Tous droits réservés pour tous pays.
                       


Finance Offshore © Copyright 2013 Tous droits réservés.