Luxembourg: Plan B pour triple A?


Monsieur Xavier Bettel, plan B pour triple A?

                                    

Depuis des semaines, Luxembourg est dans le viseur des agences de notation, que l'on se rassure, « Très logiquement pour comprendre comment le formateur Xavier Bettel souhaite articuler sa coalition et donc orienter l'économie du pays! » (...) « De bonne guerre, il faut mettre en perspective les différents défis à relever et donc les solutions proposées par ceux qui seront très justement en charge du futur gouvernement.» Pour l'heure on perçoit une volonté claire et déterminée, elle se remarque dans la méthode comme pour ce qui est d'assurer un budget de l'état conforme à l'esprit d'un certain changement de paradigme.  Le pays est largement tributaire de sa place financière, il ne l'est pas moins pour son besoin de se construire « ...un accompagnement sérieux afin de s'assurer une croissance suffisante pour un modèle... en pleine mutation!» On comprendra que ce pays est à la croisée des chemins, la fin de l'apport du commerce électronique et l'assise ou plutôt incise de l'échange automatique d'informations imposent des mesures salutaires pour assurer tous les leviers utiles. « Ceux d' une parfaite maîtrise des dépenses publiques, la coalition doit donner un signal de vérité, on peut considérer que la transparence promise semble un assez bon angle d'attaque pour ce futur gouvernement. Nous verrons rapidement si le bilan tiré par les plénières est conforme à l'esprit! »Aime à penser notre source.


Ordre de bataille...
 
 
Le Grand-Duché de Luxembourg ne fait pas l'économie d'une vérité, tout de go, le futur vice premier ministre et actuel ministre de l'économie annonce la couleur. En effet, Étienne Schneider ne veut pas d'une coalition bancale, l'urgence est palpable, des échéances importantes s'annoncent pour le Grand-Duché. D'abord le budget de l'état, qui se doit être bouclé avec « un effet de lissage », finalement celui d'une passerelle pour permettre un passage de témoin « en douceur » et s'éviter le mauvais signal d'un état qui ne prend pas « la mesure de sa juste hauteur » face au défi! Contrairement à d'autres états européens, le Luxembourg se caractérise par une culture du dialogue, « Ici, à quelques rares exceptions, on peut toujours se mettre autour d'une table pour dialoguer et s'éviter l'écueil du blocage contre productif, c'est un point positif, mieux, une méthode! » Depuis que le formateur Xavier Bettel est à la manœuvre, Luxembourg semble faire force de légitime prudence, « La première impression doit être la bonne, la coalition explore toutes les pistes qui lui permettront de construire un ensemble programmatique en phase avec les enjeux. » (...) « Le calendrier de décembre et du futur Conseil Européen est donc dans tous les esprits, le pays va par ailleurs coordonner l'agenda de l'Union Européenne de Juillet à Décembre 2015, c'est dire que le pays doit être en ordre de bataille! » instigue notre source à Luxembourg.



Triple A...


Dans les médias, les récentes assertions du ministre de l'économie ne sont pas passées inaperçues, pour cause, « Étienne Schneider prévient, le triple A du pays est à consolider, il serait lourd de conséquences au pluriel de voir une altération de la notation de l'état, « ...aussi minime soit-elle! » Finalement un mauvais signal que doit éviter le pays. » Insiste notre source. Un appel au concordat pour s'éviter une gestion aggravée des comptes de la nation et donc sur une situation qui risque de marquer la fin d'une certaine partie, le pays est confronté peu ou prou aux problématiques de ses grands voisins, chômage des jeunes, plans sociaux, perte de confiance dans l'état et notamment la démonstration de l'état de droit après le scandale des services du renseignement à l'origine des élections anticipées. « C'est un paradoxe, les gardiens du temple se sont avérés comme les gestionnaires d'un certain pré-carré, fait de clientélisme en cascade, souvent éloigné de l'intérêt général, à Luxembourg, un certain plafond de verre serait donc clairement atteint. (…) Le pays a besoin de retrouver une capacité de rebond, en économie, ce rebond passera par le retour à la compétitivité, les potentiels sont présents, il faut remotiver ses troupes, et plutôt rapidement! » confirme l'analyste. Sur le budget de l'état, un certain « plan B », pour reprendre l'expression du moment, est avancé: « On met en avant la vente de certains ''bijoux de famille'', nécessité faisant toujours loi! » En effet on pensera à la participation de l'état luxembourgeois dans la banque française BNP Paribas, une enveloppe substantielle qui permettra d'assurer un matelas pour consolider et amorcer certains leviers. «Des parts de l'État à la BGL BNP Paribas rapporteraient quelques 2 milliards d'euros» devait souligner Claude Meisch, bras droit de Xavier Bettel au DP et futur ministre... « Ce n'est pas idéal, mais un bon père de famille qui fait des économies doit pouvoir aussi compter sur une réserve providentielle acquise et conservée méthodiquement, c'est un signal qui est donné, il faut entendre et donc comprendre que nous avons encore de quoi voir venir. (...) Le faire savoir est peut être direct, mais au moins on démontre que toutes les solutions sont très sereinement explorées... » Confirme une source proche du dossier.




Dette...


Le comité de conjoncture fait un constat en forme de sirène d'alarme « Battant un certain rappel et réveillant au passage les esprits, ...les plus endormis! Ceux qui pensent pouvoir continuer avec la même politique et donc orientations... » assure notre analyste à Paris. Dans sa configuration actuelle, c'est à dire le modèle de politique économique actuelle, le pays verrait sa dette publique brute passer de 24,3% du PIB (NDLR: 11,046 Milliards d'euros) à 29,2% (soit 15, 075 Milliards d'euros) du PIB, c'est à dire 4,029 milliards d'euros qui viennent donc augmenter la dette publique. Ce qu'Étienne Schneider considère à juste titre comme une situation « très critique » en insistant sur les chiffres de l'évolution négative du solde structurel: « Le solde structurel passerait de 1 % du PIB en 2013, à 0,4 % en 2014, -1,5 % en 2015 et -2,2 % en 2016, alors que Bruxelles interdit un déficit budgétaire structurel supérieur à 0,5 % ...» Insiste le ministre qui met donc clairement en garde tout en relativisant l'impact de la perte des recettes de TVA liées au commerce électronique, « Une détérioration substantielle et dramatique! » pour l'année 2015. Un discours de vérité qui tranche avec les déclarations parfois édulcorées de certains membres du parti chrétien social de Monsieur Juncker, « Parti longtemps aux affaires, mais il est important de noter ici que monsieur Juncker n'a jamais minoré cet aspect dans ses discours ou analyses, comme quoi... » Souligne une autre source à Luxembourg. C'est dire que l'impact est dans l'ensemble plutôt bien mesuré, « A Luxembourg, on doit travailler à court terme mais également à long terme, 2018 est un objectif, le difficile passage de 2015 et le bilan d'étape de 2016 seront déterminants! »Insiste notre source à Luxembourg et d'insister: « Compétitivité, tel sera le mot à la mode dans les mois à venir, et autant dire que l'état va devoir réfléchir sur certaines problématiques très locales d'un modèle très local! » (NDLR: Index, fiscalité...?)


Croissance...


A Luxembourg, la croissance est scrutée avec méthode, un optimisme ambiant table sur une hausse à 2,7 % en 2014, plutôt conforme et d'ailleurs proche des 2% en 2013, mais en 2015 un ralentissement à 1,8 %, lui jugé fort optimiste si l'on doit impacter la logique perte annoncée des recettes de la TVA du commerce électronique, pour tirer le tout avec une audacieuse hypothèse de 3,6% en 2016. « Bon, de bonne guerre, mais un brin optimiste, car le pays doit assurer une continuité sociale de son modèle, et on semble s'orienter vers un quasi ''statu quo fiscal'', l'index, celui qui protège les plus modestes, les entreprises qui doivent disposer d'un accompagnement jugé urgent et renforcé, et le manque à gagner de certains secteurs diffus liés à une ambiance qui va devoir se trouver de nouveaux repères.» C'est bien la capacité d'émulation de ce futur gouvernement « ….qui fera la différence!» toutes les mesures urgentes comme le logement, sont synonymes d'investissements, et sur ce point, l'état est là aussi, plutôt contraint. Une fiscalité des hauts revenus ajoutée aux pro-spéculatifs serait une piste, mais dans ce pays, l'exercice est souvent à double tranchant... » Croit savoir l'analyste. Pour l'heure le ministre de l'économie explore des pistes plus prometteuses avec mesure: « Il y a des gros dossiers qui intéressent notre curiosité, par exemple le sens et l'articulation des choix stratégiques de l'état comme à l'image de Cargolux (NDLR: Opérateur de fret aérien.), la locomotive d'une certaine mise sur le secteur de la logistique, plutôt bien engagé au Grand-Duché et sa position centrale en Europe... » Devait conclure l'analyste. A suivre...
 
 
Pour comprendre...



La France, Le Royaume-Uni, L'Autriche: ces pays qui arboraient encore leur AAA début 2010 ont vu leur note chuter. L'une ou l'autre des agences voire les trois ont fait tomber ces nations de leur piédestal. A la mi-novembre 2013, il ne reste plus que huit pays en Europe continentale à pouvoir toujours afficher le AAA: Allemagne (*Négative), Pays-Bas (Négative), Luxembourg (Négative), Finlande (négative), Norvège (Stable), Suède (Stable), Danemark (Stable) et Suisse (Stable).

Stabilité suisse, regain de forme scandinave, sont les bons élèves qui partagent avec l'Australie, le Canada et Singapour le tiple A des trois agences...

* Perspective: Souvent la note est complétée d'une perspective, tendance qui suggère la mise en place d'une stratégie pour assurer et anticiper une forme de dégradation dite graduelle.





 
Pour compléter votre information...
 





http://download.rtl.lu/2013/11/11/ceacd202cdaba08e7fc429a51389283d.pdf
Note au formateur par le comité de Prévision. (Source: Gouv. Grand-Duché de Luxembourg.)
                             Cliquez sur le document pour le consulter. Lien actif.
 










 
 
 
Photographie: Tous droits réservés.
Document "Comité de prévision cf Formateur.": Gouvernement Grand-Duché de Luxembourg. Tous droits réservés.
Finance Offshore © Copyright 2013 Tous droits réservés.


Popular posts from this blog

Darauf sollte man achten: Checkliste für Ratenkredite

Wie Beamte mit Krankenzusatzpolicen Leistungslücken schließen