Luxembourg: Pierre Gramegna, un pragmatique aux finances!

Pierre Gramegna, un pragmatique aux finances!

                                   


Luxembourg le 29/11/2013

Les négociations gouvernementales sont bouclées, le formateur Xavier Bettel, futur ministre d'état et premier ministre vient de communiquer les noms de l'équipe de  la nouvelle coalition qui devra mettre en application le programme. De nombreux noms circulaient depuis des semaines, si un nom retenait notre attention, c'est bien celui de l'emblématique directeur général de la Chambre de commerce du Grand-Duché, monsieur Pierre Gramegna, 55 ans ayant le net avantage de cumuler une expérience de négociateur à l'international, jugé particulièrement efficace.


Bonne place...

Xavier Bettel n'avait pas caché sa volonté de faire entrer dans son futur gouvernement la société civile par la grande porte, aujourd'hui, c'est chose faite. En donnant ce poste éminemment stratégique à une personne rompue aux rouages des négociations, il mise sur un professionnalisme jugé consensuel, voir très pragmatique. Pour s'en convaincre il faut regarder l'expérience professionnelle de ce futur ministre des finances, diplômé en droit et économie à Paris II, il rejoint très rapidement le « MAE » ou Ministère des affaires étrangères dès 1983, il sera attaché à l'ambassade du Grand-Duché à Paris,  plus tard de 1993 à 1996, il fera ses armes dans la diplomatie «de terrain» pour devenir Consul Général de Luxembourg à San Fransisco, États-Unis, ou il étoffera son carnet d'adresses comme dirigeant du très sérieux Board of Economic developpement, dès 1996 il deviendra même ambassadeur du Luxembourg à Tokyo, puis viendra se poser « au pays » et prendra la direction de la chambre de Commerce. Il faut le préciser ici, s'il est un homme qui sera regretté dans une grande administration du pays, c'est bien Pierre Gramegna, mais du côté de la Chambre de Commerce, « On voit l'occasion rare pour un pays comme Luxembourg de faire sens au besoin de renouveau, les enjeux sont considérables, les réponses doivent faire l'objet d'une stratégie proportionnée et empreinte d'équité. »croit savoir notre source à Luxembourg. Il est vrai qu'un autre nom circulait, cependant, « Il y avait le risque inhérent d'une immixtion et d'un possible conflit d'intérêts, bien plus dans les esprits que dans  les faits, les acteurs concernés pourront d'une façon ou d'une autre, rester à disposition de l'état et contribuer au changement de paradigme, face aux enjeux, chacun y trouvera sa bonne place. » précise une autre source.

Pierre Gramegna est attendu sur des dossiers sensibles, à commencer la place financière du Luxembourg dans le concert de la mutation réglementaire internationale, un engagement ferme de Xavier Bettel du côté de la transparence est acquis à cette future majorité gouvernementale. Le Luxembourg ne sera plus un paradis fiscal au sens très critique de ses pairs, comme ceux du Forum mondial de l'OCDE voici à peine une semaine... Dès 2015, la mise en place de l'échange automatique d'informations fiscales marquera un des premiers pas d'un état qui peu ou prou, va devoir rivaliser d'intelligence pour amorcer un formidable virage éthique, à l'image de la Suisse. État du Luxembourg qui devra actionner tous les leviers possibles pour combattre les dérives de la dépense publique et permettre la sauvegarde d'un modèle économique, il sera bien question de gérer au mieux les risques et problématiques de déficit structurel. Chacun peut le comprendre, la mission du futur ministre des finances du Grand-Duché se partagera bien entre arbitrages et réelles capacités d'anticipation, une logique qui devrait rapidement prendre forme avec Etienne Schneider Vice-Premier ministre et ministre de l'Economie et le chef de l'état, Xavier Bettel, trois personnes qui conjuguent plutôt bien le pragmatisme au quotidien. A suivre.













Photographie: Tous droits réservés.

Finance Offshore © Copyright 2013 Tous droits réservés.

Popular posts from this blog

Darauf sollte man achten: Checkliste für Ratenkredite

Wie Beamte mit Krankenzusatzpolicen Leistungslücken schließen