Friday, August 16, 2013

Affaire Cahuzac: La liste Pierre Condamin-Gerbier n'existe pas!

Tags







Pierre Condamin-Gerbier, lanceur de (fausses) alertes?








 
 
 
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               
 
 
 
L'ex-cadre de la banque Reyl et Cie (Genève), témoin clé dans l'affaire Cahuzac semble dans une bien mauvaise posture... « A présent, il sera très difficile d'accorder un quelconque crédit aux déclarations faites sous serment par une personne qui s'avère finalement bien moins sincère et donnant de fait plus l'impression d'une personnalité complexe plutôt empreinte d'une habitude aux gros bobards pour asseoir ses thèses! » (…) « A mesure que l'on avance, on perçoit bien plus un simple règlement de comptes avec son ex-employeur, c'est à dire un ensemble de maladresses, certes malheureuses, mais pleinement contre-productives pour les conclusions de la commission d'enquête parlementaire française sur l'affaire Cahuzac et l'ensemble de sa mission pour préserver les acquis d'un état de droit... » croit savoir une source à Genève. Une autre source tempère: « Il n'y a pas de fumée sans feu, la prudence doit être la règle, des rebondissements sont toujours possibles!... »


 
N'a jamais existé...

En Juin dernier, Pierre Condamin-Gerbier avait affirmé « haut et fort » détenir une liste de personnalités très en vue, qui d'hommes politiques, actuels ou anciens ministres français disposeraient de comptes « présumés cachés » en Suisse. Dès le début de l'affaire, la banque visée devait démentir avec la plus grande fermeté les allégations de Pierre Condamin-Gerbier, bien qu'en situation de faiblesse notoire du fait de certains errements liés à l'affaire de l'ancien ministre du budget Cahuzac, démissionné depuis. Ministre qui se vantait de vouloir faire la guerre à l'évasion fiscale si préjudiciable aux comptes de la nation française. Dans les colonnes de L'Agefi , l'avocat de Pierre Condamin-Gerbier, maître Edmond de Braun relativise les allégations de son client et parle de maladresse. Son avocat assure ce vendredi que cette liste « n'a jamais existé », selon lui, Pierre Condamin-Gerbier « a utilisé cet argument pour faire taire les menaces dont il faisait l'objet à l'époque ». L'intéressé avait déclaré l'existence d'une telle liste devant la commission d'enquête parlementaire française, créant le trouble et une suspicion générale dans les rangs de l'élite politique. A présent, et toujours selon son conseil, Pierre Condamin-Gerbier reconnaît que « c'était un moyen de pression très maladroit », mais son avocat laisse un doute en affirmant « Je ne suis pas persuadé qu'il a menti, (pour tout?) (…) « Dans une procédure de cette importance il peut y avoir des oublis ou des imprécisions. ».

 
 
 
Ecueils...

Pour l'heure, Pierre Condamin-Gerbier est toujours en détention en Suisse, citoyen français, « Il ne semble pas avoir bénéficié du soutien des autorités consulaires de son pays, pas plus d'une réelle implication de la commission parlementaire française, cette dernière devant relativiser tous les éléments portés à sa connaissance par l'ex cadre de la banque Reyl. » précise une autre source à Genève. Monsieur Condamin-Gerbier a été arrêté début Juillet, « ...dés son retour de France et son fameux passage en commission parlementaire.». La banque Reyl avait déposé une plainte en Suisse contre son ex-cadre pour « vol, falsification de document et violation du secret professionnel et commercial » en clair, une altération au sacro-saint secret bancaire Suisse, et donc présumée évasion d'informations économiques... Dans le journal financier L'Agefi, son conseil ne cache pas que son client « vit très mal sa détention ». Pour l'heure, « Il faudra attendre la réponse des autorités françaises, les déclarations présumées fausses sous serment devant la commission parlementaire française peuvent donner lieu à des poursuites pénales. » insiste une autre source qui tempère « Si cette maladresse s'avère finalement un acte désespéré d'une personne tourmentée par des écueils personnels, les parlementaires devraient pouvoir en tenir compte, et faire logiquement la part des choses en s'évitant de charger si mauvaise barque, (...), et ce compte tenu du climat lié à l'affaire Cahuzac, ministre, lui, toujours libre de ses mouvements... » croit savoir une source à Paris.





Photographie: Tous droits réservés.

Finance Offshore © Copyright 2013 Tous droits réservés.