Wednesday, July 17, 2013

Suisse VS France: Pierre Condamin-Gerbier, futur scandale d'état?

Tags


La ministre Widmer Shlumpf toujours attentive...
                          
 
C'est à l'Assemblée nationale française que l'affaire Pierre Condamin-Gerbier gagne en ampleur, les parlementaires français trouvent à présent la décision de Berne inappropriée est clairement "scandaleuse"... Les Suisses jouent "avec le feu!" commente un parlementaire français sous couvert de l'anonymat. "Nos amis suisses ne semblent pas faire cas de l'instruction en cours et viennent tacler le processus actuel de la commission d'enquête parlementaire française sur les dysfonctionnement de l'état dans l'affaire Cahuzac" (...) "C'est indéniable, Berne exerce une pression sur Pierre Condamin-Gerbier pour envoyer un signal fort à tous ceux qui seraient tentés de communiquer des précieuses informations sur des ressortissants français présumés exilés fiscaux en Suisse. D'autant plus honteux que monsieur Condamin-Gerbier n'a visiblement pas été en mesure de préparer sa défense et s'est retrouvé clairement piégé à son retour sur le territoire helvète, et ce après son audition au parlement français.(...) Il ne s'agit pas de donner un blanc-seing à monsieur Condamin-Gerbier, mais juste s'assurer que celui-ci n'est pas utilisé à des fins purement politiques. La Suisse devrait faire un profil bas du fait des dossiers contentieux en cours avec les Etats-Unis et en devenir avec l'Union Européenne, il y a un problème grave sur la forme et le fond. Chacun peut comprendre que Condamin-Gerbier fait l'objet d'une instrumentalisation par les autorités de Berne, dont le ministère public n'est qu'un exécutant. Certes, si monsieur Condamin-Gerbier compulse bien des écueils personnels, s'attaquer ainsi à cette personne fragilisée, est inacceptable, démesuré, inapproprié en l'état! Un vent de contestation gagne en ampleur, car nous savons ce qui se trame avec "la mise au fer" de monsieur Condamin-Gerbier. Nous ne manquerons pas de nous intéresser au dossier Suisse avec d'autant plus de vigilance et bienveillance, la confédération a la mémoire courte et ne semble pas mesurer les conséquences toujours possibles sur des contentieux en cours dont il nous faudra à présent relativiser tous les efforts et donc la sincérité  de nos amis suisses en pleine démonstration." Insiste notre source à Paris. Il est vrai que la méthode peut paraître comme très passable, on se croirait à l'époque d'une certaine chasse aux sorcières, "Monsieur Condamin-Gerbier s'est fait franc-tireur, aujourd'hui, on lui tire dans le dos! C'est un père de famille ayant des écueils personnels, on a profité sans discernement le plus élémentaire qui soit de ses faiblesses actuelles pour le mettre à terre. Une opération peu glorieuse et qui risque d'atteindre un certain plafond de verre dans les prochains jours. Fondamentalement le ressortissant français est instrumentalisé par Berne, même si la Confédération s'en défend toujours plus maladroitement, on s'étonnera que la Suisse ne s'accorde pas la même puissance pour piéger les évadés fiscaux qui portent un préjudice immense aux comptes de la nation française!" Insiste une source diplomatique à Berne.
 
 
Jeu malsain...
 
Il est vrai que depuis que le français s'est mis à table, la presse helvète tire à boulet rouge sur un homme "loin d'être un saint" comme l'a reconnu la président de la commission parlementaire française, monsieur de Courson. Il voit à présent le travail de sa commission altéré par cette mise en détention préventive "de l'aviseur français."  Une situation qui serait "en pilotage automatique depuis Berne", qui joue la montre depuis certains graves contentieux avec la France et l'Union européenne dont certains parlementaires "ne sont plus dupes du double-jeu des Suisses!" (...) Médiapart s'est montré particulièrement choqué par la stratégie présumée de Berne, les journalistes insistent sur cette volonté de mettre à mal leur travail sur l'affaire Cahuzac et bien sûr, consorts!" croit savoir une autre source à Paris. Certains travaillent à la protection consulaire du français qui se doit rester "à l'entière disposition de la justice française et commission d'enquête parlementaire française!"  Certains condamnent déjà l'absence de réaction de l'Elysée, "Présidence de la république française qui pourrait au moins poser quelques questions pertinentes sur les méthodes helvètes, et le double jeu Suisse sur la question de l'évasion fiscale des ressortissants français et européens!" insiste une source à Paris.  A suivre...
















Photographie: Tous droits réservés

Finance Offshore © Copyright 2013 Tous droits réservés.