Sunday, July 21, 2013

Affaire Cahuzac: Pierre Moscovici recadre le président de la commission d'enquête! (Sa lettre...)

Tags

 
 Pierre Moscovici défend son honneur...
 
 
 
On le sait, depuis le départ de l'affaire Cahuzac, de nombreux observateurs se sont intéressés au rôle du ministre français  de l'Economie, monsieur Pierre Moscovici. Depuis l'annonce de l'affaire à la demande d'entraide à la Confédération Helvétique, le contentieux porte en partie sur "sur la gestion personnelle du ministre, ses services..."
 
Le président de la Commission d'enquête relative "aux éventuels dysfonctionnements dans l'action du Gouvernement de des services de l'Etat, entre le 4 Décembre 2012 et le 2 Avril 2013, dans la gestion d'une affaire qui a conduit à le démission d'un membre du Gouvernement", monsieur Charles de Courson s'est répandu dans les médias avec différentes allégations, au point de créer un certain malaise au sein de la dite commission.
 
A présent, au vue de ses dernières sorties médiatiques, "On lui reproche de profiter de l'affaire et de sa mission in extenso, pour se faire un nom dans les médias, au point de déplacer les débats toujours plus à l'extérieur du périmètre des travaux en cours de la Commission d'enquête parlementaire." (...) "Cette Commission doit pouvoir travailler dans un climat serein, on s'étonnera de certaines dérives qui transforment à présent l'exercice en une simple tribune politique avec le risque de s'écarter de la mission matricielle de la dite commission d'enquête"... Et de conclure pour notre source à Paris, "Avec le risque inhérent de fragiliser durablement le travail de la commission qui s'éloigne plus que jamais d'un exercice qui gagnerait à conserver une certaine hauteur de vue!"
 

Monsieur de Courson, (trop) bon client des médias?

             


 
Règlements de compte....
 
Pour le ministre français, point de doute, un certain plafond de verre est atteint, monsieur Pierre Moscovici y voit à présent une logique qui porte toujours plus une approche biaisée de la réalité, il en fait une question d'honneur et s'en défend dans une missive ou il répond point par point aux différentes récentes assertions du président de la Commission d'enquête, Monsieur Charles de Courson. "Ce dernier devait encore expliquer en préambule de l'audition de la Ministre de la Justice et Garde des Sceaux, Madame Taubira (la semaine passée), devoir considérer pouvoir conserver sa capacité à s'exprimer comme simple citoyen..." (...) "Cependant il s'avère dans une incapacité flagrante de produire un quelconque début de preuve sur ses différentes allégations martelées à grand renfort d'apparitions médiatiques..." Croit savoir notre source à Paris. Une surenchère médiatique qui peut s'avérer salutaire dans certains cas, comme sur le différent avec les autorités helvétiques avec la mise en détention provisoire de Pierre Condamin-Gerbier par les autorités Suisses, "Et ce dès son retour de l'audition par la Commission d'enquête française" instiguant certaines pressions Suisses sur les travaux de la commission française. On regrettera la tournure actuelle des évènements, ceux qui tendent à confondre les travaux de cette Commission comme le lieu commun d'uniques règlements de compte politiciens...
 
 
 
 
La lettre du ministre Pierre Moscovici...

 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Photographies: Tous droits réservés.
Lettre: République Française, Ministère de l'Economie.
Diffusée par "Le Monde.fr".
Tous droits réservés pour tous pays.

Finance Offshore © Copyright 2013 Tous droits réservés.