Saturday, May 25, 2013

UBS Luxembourg Fund Services, un parfum de scandale?

Tags



             Quand UBS Fund Services Luxembourg joue la mondialisation à fond!

L'information nous est communiquée par un important « client de la banque » et ami du site « Finance Offshore », non pas à Luxembourg, mais... à Genève! « Quand j'ai lu cette information dans la presse luxembourgeoise (...), l'autre soir en voyages d'affaires dans un hôtel de Luxembourg, les bras m'en sont clairement tombés! Je sais que le groupe se doit rationaliser certaines branches, mais là, on ne craint pas le ridicule, celui d'un certain mépris! »croit savoir notre source sous couvert de confidentialité. En fait la société UBS Fund Services Luxembourg semble disposer à ne pas faire dans la dentelle, il semble qu'emprise dans un plan social qui s'avère compliqué, la direction de la filiale du groupe international innove dans le traitement des salariés, « Ceux, qui un temps encore si peu éloigné, étaient l'objet de louanges et autres qualités vantées sur la place de Luxembourg, j'ai à ce sujet, le souvenir précis de certains arguments du staff luxembourgeois de la banque, il y a tout juste quelques mois! » précise notre source un brin choqué par l'ampleur d'une telle pratique « Je voulais être convaincu du bien fondé de l'établissement (...), et de compléter, ...les clients de ma pointure sont plutôt rares de nos jours, j'ai passé quelques coups de fils ici ou là en Europe et même plus loin! Obtenir certaines réponses sur de telles pratiques qui par ailleurs se répandent dans la presse, c'est dire les conséquences désastreuses pour l'image du groupe! (...)» insiste notre source pour le moins remontée qui trouve la gestion du groupe désastreuse tant par "...la communication, et plus important l'aspect humain d'une telle décision..."

Scandale?

En fait, ce sont quelques 30 personnes du service informatique de l'établissement qui se retrouvent dans une situation pour le moins paradoxale, le groupe désireux d'externaliser ses services informatiques, comme de nombreux acteurs du secteur, souhaite que certains personnels « transmettent si bon savoir avant leurs adieux... Et comble de l'histoire, ils seraient chargés de former leurs successeurs qui débarqueront d'Inde en stage d'intégration à Luxembourg dans les jours à venir! » insiste notre source à Genève.  Renseignements pris, il est vrai que certaines connaissances s'attendaient à une telle issue il y a quelques mois en arrière, «On est passé du stade des pures spéculations au stade de la mise en œuvre! Cette posture marque une totale rupture avec les pratiques reconnues dans la maison. »(...) « Je doute fort, si d'aventure, qu'aux États-Unis, que le groupe imagine le même genre de plan. (…) Prendre les salariés à Luxembourg comme unique variable d'ajustement pour une société qui déménage certains services est un scandale! » Commente notre source qui semble découvrir que sa banque serait finalement « ...en rien différente de certains autres groupes du secteur, avec en moins une gestion intelligente de la problématique pour ce qui est d'UBS. »souligne cet important client.


Conciliation...

Il est vrai que les médias luxembourgeois ont largement relatés l'information, il semblerait même acquis que certaines autorités soient décidées à regarder les interlignes d'un plan qui semble difficilement, en l'état, trouver grâce à leurs yeux. « Le plus incompréhensible dans cette affaire, c'est le manque d'un pragmatisme intelligent, il y avait bien d'autres solutions, (...) c'est indéniable. Reclasser ces personnes est tout à fait envisageable, les données macro-économiques de l'entreprise en sont la plus édifiante démonstration. La publicité qui entoure et risque de grever durablement l'image de UBS Fund Services Luxembourg dans les semaines à venir, risque de s'inviter dans la partition. Cette entreprise devra être claire sur tous les points! » Nous commente une source importante à Luxembourg qui s'étonne de tels errements pour « ...la communication d'un groupe privé qui compile de sérieux problèmes d'image à l'international. » fermer le ban. Pour l'heure, « Finance Offshore » attend les résultats de -la conciliation- vers laquelle, syndicats et employés semblent se diriger, mais plus important, ce sont à présent, d'importants clients du groupe UBS qui scruteront l'issue de cette affaire.
Cette affaire a au moins un mérite, c'est que le groupe qui s'inscrit dans les pratiques largement répandues de l'externalisation des services informatiques pour le secteur, va devoir s'atteler à mettre un peu plus de classe et surtout bienveillance dans le traitement de cette affaire que d'aucun jugera « comme le parfum d'un possible scandale à éviter! » Pour l'heure, les collaborateurs du groupe indien « Mahindra Saatyam » se sentent déjà moins attendus à Luxembourg même si leur arrivée devait se faire dans les prochains jours. Comble de l'histoire, ce sont les informaticiens de cette équipe UBS Luxembourg qui serait bien à l'origine du logiciel vendu aux... indiens! Pour l'heure, UBS Luxembourg sent le vent tourner, et informe à présent les médias du Luxembourg, ne plus pouvoir communiquer sur un plan social « toujours en cours. »Pour les syndicats de la profession, «Les gens se sentent vraiment exploités jusqu'au bout. On prend leur travail et on les met à la porte!» Syndicats qui instiguent une volonté du groupe de jouer avec certains effets du calendrier et donc de noyer si mauvais poisson.


L'avis de Finance Offshore...

Pour ce qui est d'UBS, « Finance Offshore » ne doute pas que cette institution réglera la problématique avec bienveillance et efficience, "il n'est jamais trop tard pour ...". L'entité luxembourgeoise devrait mettre un point d'honneur à s'assurer d'une issue capable de préserver l'image du groupe, il est vrai que les récents échos à Luxembourg suggèrent un traitement urgent du dossier qui soit plus conforme avec l'image du groupe, celle que nous souhaiterions tant pouvoir conserver à l'esprit. L'affaire est prise trés au sérieux, elle suscite un nombre important d'interrogations sur la méthode retenue, -la conciliation- devra prendre tout son sens... Dans un tout autre registre, notre comité de rédaction reviendra sur le grand dossier du groupe (et d'ailleurs comme pour d'autres grands groupes du secteur.),  dossier qui fera l'actualité dans les prochains mois, à savoir une nouvelle plainte des États-Unis. Décision de l'Etat de l'Illinois, qui devrait assurer dans d'autres proportions,   l'occasion de vérifier si bonne communication du groupe à l'international, ce qui pour l'entité de Luxembourg, semble déjà manquer un peu...  à l'appel !   A suivre.





Voici un communiqué des syndicats à Luxembourg:





Communiqué:"La direction du groupe UBS a décidé de délocaliser une partie de ses activités administratives de suivi des fonds de UBS FSL vers la firme indienne Mahindra Satyam afin de réduire ses coûts et de se libérer de toute dépendance opérationnelle vis-à-vis de ses salariés qualifiés.

Les négociations du plan social ont débuté le 2 mai dernier et se sont terminées le 16 mai par un échec.


UBS FSL  veut retenir ses 33 salariés impactés par le plan social jusqu’au 28 février 2014 afin qu’ils assument le risque opérationnel et forment les salariés de Mahindra Satyam. Leur emploi perdurera quelques mois dans des conditions éprouvantes. Dix salariés retrouveront peut-être un emploi auprès d’UBS ou de Mahindra Satyam.

La direction de UBS FSL veut faire de ce plan social un plan de rétention de son personnel, à moindre coût,  ce qui est inacceptable pour les syndicats  et les représentants du personnel. 

Les négociations se poursuivront devant l’Office National de Conciliation. Les syndicats OGBL/SBA et LCGB-SESF souhaitent qu’un accord puisse encore être conclu pour sécuriser au mieux les 23 salariés qui seront licenciés. Malheureusement, ces licenciements auront lieu, non pour garantir le maintien de l’emploi chez UBS FSL, mais pour augmenter les bénéfices de la banque."
























Photographie: Tous droits réservés

Finance Offshore © Copyright 2013 Tous droits réservés.