Zone euro: Luxembourg veut réduire son secret bancaire!



                   
                    Luc Frieden:  "La tendance va vers un échange automatique..."
                                    





  Le Luxembourg souhaite faire évoluer son secret bancaire pour le rendre plus partiel et s'aménager une coopération renforcée avec les autorités fiscales étrangères. L'annonce du ministre des finances luxembourgeois est jugée comme cruciale par un bon nombre de chancelleries. Le ministre des Finances Luc Frieden s'en est ouvert dans un journal allemand jugé conservateur, le « Frankfurter Allgemeine Sonntagszeigtung »tout en assurant vouloir intégrer les récentes évolutions sur l'échange automatique d'informations bancaires au niveau international.
 
Offshore leaks..
 
Cette annonce intervient en plein « Offshore leaks », qui d'après nos sources ne devrait pas épargner le Grand-Duché de Luxembourg, à l'image de la Suisse qui découvre que ses cabinets de renom d'avocats d'affaires et fiscalistes de la place sont clairement jettés en pâture aux médias qui découvrent ainsi... leur ingéniosité. « Il semble que Luxembourg risque de devoir supporter les mêmes conséquences, ce qui expliquerait en partie la volonté du gouvernement de réduire l'impact des " futures annonces promises " sur certaines pratiques de la place. Le pays est clairement sur la sellette depuis qu'il s'était ligué avec la Suisse et l'Autriche pour défendre le secret bancaire lors des fameuses listes de l'OCDE pour le compte du G20. » Précise notre source à Luxembourg. L'état Luxembourgeois se voit toujours plus contraint depuis que l'Allemagne et la France souhaitent voir évoluer « ... ce membre fondateur de l'Union européenne! »sur les questions de l'échange automatique d'informations.

Pour de nombreux observateurs, c'est aussi l'occasion de mettre en avant la volonté du premier ministre luxembourgeois, un Jean-Claude Juncker ancien dirigeant de l'Eurogroupe, qui veut que Luxembourg accentue ses efforts sur le cadre réglementaire international et communautaire. « A l'image de la Suisse, Luxembourg doit se battre sur les qualités de sa place qui par sa stature internationale doit pouvoir tirer encore son épingle du jeu et consolider ainsi ses acquis en constante évolution. Les principaux acteurs de la place ne supportant plus la caricature trop souvent faite sur un Luxembourg qui serait qu'un paradis fiscal au coeur de l'Europe, toujours plus aveugle de la crise financière en Zone euro, prompt à faire l'unique jeu de la mafia érigeant l'opacité comme révélée par le triste curseur chypriote » (ndlr: Une curée médiatique instiguait que le Luxembourg n'était que l'égal grand frère de Chypre!) Pour Luc Frieden, la pression actuelle sur les états semble avoir eu raison de sa légendaire inflexibilité sur la question cruciale du secret bancaire. La stratégie du gouvernement devrait pouvoir s'avérer payante dès lors que le changement de paradigme laisse place à l'autre réalité de la place. « Luxembourg, c'est avant tout un secteur financier professionnel, responsable et fort d'une expertise internationale reconnue! Elle représente 26 pays, 141 banques et quelques 3840 fonds d'investissements qui agissent de concert pour 70 autres pays dans un cadre réglementaire en pleine évolution. Laisser la Zone euro voir filer tous ce beau monde à Singapour serait lourd de conséquences...  » Insiste notre source.
Pour le ministre des finances, « La tendance internationale va vers un échange automatique d'informations bancaires. Nous n'y sommes plus strictement opposés. »Assurant vouloir élargir à leur pays d'origine toutes les informations sur les intérêts payés aux clients étrangers, mettant en avant que « la plupart des clients l'étaient bien plus pour la qualité des produits et services toujours plus adaptés aux besoins internationaux que pour un simple évitement fiscal. »

Couac...

Une semaine délicate pour Luxembourg visé par les effets du cas chypriote et un couac gouvernemental plutôt fractal, le ministre luxembourgeois de l'économie Etienne Shneider (LSAP, socialiste) ayant clairement visé les arbitrages de la BCE (Banque centrale européenne.) sur les taux directeurs qui selon lui devraient être baissés « pour aider les capacités de financement comme celles des P.M.E! », et « ...assurer les leviers indispensables de la croissance. » Selon une de nos sources à Francfort, la sortie du ministre luxembourgeois n'atteint que trop peu le collège des directeurs centraux: « Gros problème, à Francfort certains semblent vouloir suggérer à monsieur Schneider de s'intéresser d'avantage à la politique de l'index des salaires de son pays, celle qu'il défend bec et ongle, et pénalise ses mêmes P.M.E pour ce qui est de leur compétitivité. (…) ...marquant ainsi une très grande contradiction avec sa récente sortie sur la politique de la BCE, lui reconnaissant toutefois une efficiente pertinence pour ce qui est du besoin urgent de diversifier son économie!.. »(Ambiance)
« Pour ce qui est de diversifier le Luxembourg, l'état pourra sans grandes difficultés mettre en avant ses nombreux efforts en la matière, Jean-Claude Juncker (CSV Chrétien démocrate) ayant une vision plus différente sur la politique de l'index (indexation automatique des salaires), plus en phase avec l'esprit des fondamentaux de la BCE ou l'OCDE!... » devait conclure notre source à Luxembourg. Pour l'heure le ministre allemand des finances Wolfgang Shauble a salué la démarche qui place le Luxembourg toujours plus proche d'un échange automatique d'informations...   
 
 
 
L'avis de Finance Offshore...

La prise de position du ministre des finances du Grand-Duché de Luxembourg est un signal fort envoyé à l'ensemble de ses pairs de l'Eurogroupe, conclure en une révolution serait clairement excessif. Depuis que Luxembourg signe des conventions, Luc Frieden et son administration ne font pas obstacle à toutes demandes d'informations motivées. L'Allemagne et la Franceplanchent pour un Fatca à l'européenne, dans ce contexte particulier, il n'est pas inconcevable d'entrevoir le besoin crucial du Grand-Duché de Luxembourg de conserver bonne place dans le futur des négociations. Il faut aussi regarder les spécifications de la place financière du Luxembourg, les fonds sont présents en force et disposent d'un environnement professionnel particulièrement adapté, à l'image de Genève, le Grand-Duché joue la carte de l'expertise, celle de ses spécificités acquises. Situé au coeur de l'Europe, disposant d'infrastructures de grande qualité, d'une stabilité politique exemplaire et d'un environnement international, le Luxembourg est assurément une place de référence. Pour ce qui est du ministre de l'économie, réduire la mission d' Etienne Schneiderà sa prise de position courageuse sur la politique de la BCE serait injuste, il s'agit d'avantage d'une déception qui s'entend dans certains conciliabules de nombreux gouvernements européens en peine de croissance. Sur ses capacités, il est à noter qu'il vient de présenter un Haut Comité pour l'industrie luxembourgeoise et souhaite ainsi marquer les esprits sur un Luxembourg en capacité de se diversifier, au delà du seul cliché d'unique place financière internationale, soutenant le développement et la promotion de son industrie...





Promote Luxembourg - Life from Luxembourg for Business on Vimeo.
Tous droits réservés pour tous pays.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Photographie: (Capture RTL TV / RTL Group.) Tous droits réservés.

Finance Offshore © Copyright 2013 Tous droits réservés.
 

Popular posts from this blog

Darauf sollte man achten: Checkliste für Ratenkredite

Wie Beamte mit Krankenzusatzpolicen Leistungslücken schließen