Wednesday, December 12, 2012

Zone euro / Eurogroupe: Juncker espionné, va tirer sa révérence!

Tags




                                   Jean-Claude Juncker...     espionné!



L'actuel premier ministre du Grand-Duché de Luxembourg s'est montré ferme sur sa décision de ne plus se maintenir à la tête de l'exécutif des ministres des finances de la Zone euro. Ayant accepté « avec contrepartie »de jouer les prolongations après le Conseil européen de Juin dernier, il annonce que ses pairs devront se trouver un successeur, sa décision étant « irrévocable. »

L'actuel président de l'Eurogroupe s'était prononcé pour une nomination de son gouverneur de la banque centrale de Luxembourg pour un éminent poste au sein de la banque centrale européenne, élection à la BCE qui devait faire l'objet de multiples réticences pour ne pas devoir assurer une représentation exemplaire de la parité hommes femmes. Cependant le poids de Jean-Claude Juncker ajouté à celui des nombreuses compétences de Monsieur Mersh feront la différence, aujourd'hui, il est bien ce membre qui assure à Luxembourg une représentation de qualité au sein d'une des plus importantes institutions européennes. 


MI16
 
Jean-Claude Juncker se retrouve par ailleurs confronté à une affaire d'état prise très au sérieux par les services étrangers du renseignement . En effet, il semble que l'actuel président de l'Eurogroupe s'est vu espionné « de l'intérieur » par ses propres services secrets, à savoir au moins un cas identifié avec son ex-chef du renseignement qui l'aurait enregistré « à plusieurs reprises? » avec une montre lors de multiples rencontres, à son insu et en contradiction totale avec la législation de l'état. C'est à présent « de forts soupçons qui instiguent en plus des liens privilégiés entre le MI16 britannique et la Cour grand-ducale! », de quoi laisser« ...un boulevard sur les porosités relatives aux fonctions de l'actuel président de l'Eurogroupe sortant ». En fait c'est bien le calendrier de cette affaire d'état qui est pour le moins curieux, on s'interroge sur le besoin de « règlements de compte à l'intérieur de son pays » qui pointent ainsi « en fin de mandat du président de l'Eurogroupe et à la veille d'importantes échéances électorales pour 2014 au grand-duché de Luxembourg ...».

Double jeu?

Des spéculations en tout genre font surface, il semble -que raison gardée-, que le gouvernement actuel du premier ministre luxembourgeois Jean-Claude Juncker est bien l'objet d'attaques persistantes et pour le moins ciblées. La Cour grand-ducale et donc son Altesse, le Grand-Duc Henri de Luxembourg et donc qualité es chef de l'état relativisent ses annones et « ...donc effets d'annonces. » en réfutant de la façon la plus ferme qui soit « des pures allégations, sans aucun fondement... ». Cependant le premier ministre n'a pas caché que la Cour faisait bien « l'objet d'écoutes pour assurer la sécurité du Palais et ses membres dans une situation précise qui logiquement l'imposait. » Rien de bien différent par rapport à des « mises en sécurité » d'autres chefs d'états européens. Mais à Luxembourg, c'est l'empilement de multiples affaires qui se fait jour dans un contexte si particulier.

Il n'est pas impossible « que d'autres enregistrements soient mis à disposition des médias, bien qu'une commission d'enquête parlementaire soit sur les rails pour éclaircir les nombreuses zones d'ombre de cette affaire d'état. »S'interroge notre source à Luxembourg. Dans ce contexte, l'actuel président de l'Eurogroupe doit mesurer toute la gravité d'une affaire qui pourrait « ...mettre au jour des porosités entre ses fonctions de chef de gouvernement et plus graves de conséquences, de chef de l'Eurogroupe, (…) Il serait fort regrettable de découvrir des failles sur des négociations entre les différents états de la Zone euro, notamment si depuis Luxembourg un certain double jeu était clairement démontré! » (Ambiance!)


Boîte de Pandore?
 


Loin de nous de remettre en cause les qualités si émérites du premier ministre luxembourgeois dont il serait pour le moins inacceptable et déraisonnable d'imaginer (comme nos sources à Luxembourg) autant de légèreté et naïveté. Nous en tenons pour meilleure preuve l'implication du chef de l'Eurogroupe pour agir dans le contexte si particulier de la crise de la Zone euro et la solution équitable de la crise de la dette. « Les pressions sur monsieur Juncker sont nombreuses et en droite ligne avec son rôle, il n'est pas anormal que son mandat soit l'objet de multiples pressions, cependant, il semble que dans son pays des langues se délient et il n'est pas impossible qu'une certaine boîte de Pandore soit à présent clairement ouverte! » Nous confiait un diplomate européen.


Equité...


Pour l'heure la Zone euro se cherche un nouveau président pour l'Eurogroupe, les allemands font force d'exigences toutes autant ciblées que les français, en rien disposés à un chef de l'Eurogroupe qui ne serait pas conforme à l'équité et loyauté que suppose toujours la fonction. Monsieur Juncker pourra se vanter d'avoir été un grand serviteur de la cause européenne et plus particulièrement l'intégration européenne, on imagine mal que puisse être remise en cause si grande qualité dans un tel contexte. La place financière de Luxembourg ayant fait force d'adaptation sur le secret bancaire et de multiples concessions sur l'autel de cette même équité.













Photographie: Tous droits réservés

Finance Offshore © Copyright 2012 Tous droits réservés.