Wednesday, September 26, 2012

Zone euro: Espagne, Grèce, ...Octobre rouge?

Tags



 
                          
 Octobre rouge?...
               

                               


  Il fallait s'en douter,  les nombreux effets d'annonce sur le traitement de la crise de la dette, ne font plus recette "...dans les opinions publiques!"  Une logique fin du tunnel devra s'imposer! L'actualité des récentes manifestations en Grèce et Espagne devrait inviter les politiques à réagir, "et plutôt mieux que trop vite..."

  En ordre,  ces dernières semaines, seront celles d'un véritable sursaut pour l'ensemble de la Zone euro. Tout n'est certes pas réglé, mais il semble acquis qu'une pointe de "Croissance" ajoutée de quelques  "nouvelles contraintes plus intelligentes et logiquement mieux adaptées"  semblent enfin agir comme un véritable électrochoc: "Aujourd'hui, la spirale de l'austérité trouve sa limite, sans croissance, la courbe de l'emploi va s'aggraver pour l"ensemble de la Zone euro!" La France annonce un triste record de la barre fatidique des 3 Millions de chômeurs et s'assure ainsi une rentrée sociale plus complexe...
 
  La BCE est bien à l'origine de cette nouvelle approche et donc stratégie : "Loin de s'être laissée enfermer dans l'orthodoxie de la Bundesbank!", faisant ainsi "...bonne place aux thèses programmatiques de la croissance qui fleurissent ici ou là en Zone euro!".
 
 Pour les experts, point de doute, "Un certain plafond de verre serait déjà atteint... Il n'est plus question d'accepter "...de voir  toute une génération sacrifiée sur l'autel de la crise de la dette!" Oui, mais  pour l'heure, les mécontents sont toujours plus nombreux, et les politiques toujours   dans l'incapacité d'amorcer un réel changement de paradigme.   "Un paradigme n'est-il pas une représentation du monde, une manière de voir les choses, un modèle cohérent de vision du monde qui repose sur une base définie?  C'est urgent, il faut agir, coordonner, anticiper tous les leviers de cette croissance, initier une nouvelle logique, ...plus efficiente!"

La Cour Constitutionnelle Allemande de Karlshrue par son quitus au nouveau M.E.S (Mécanisme Européen de Stabilité), "Lève certains doutes sur le respect de ses fondamentaux."(...) "Objectivement, nous partions gagnants dans cette manche, il fallait juste s'assurer que certaines garanties supplétives soient acquises à l'issue du texte. (...) Sur le fond, on est loin de considérer le texte comme un exemple, mais il doit faire consensus dans beaucoup d'états et donc faire force d'adaptation...  à la situation globale!" Nous confiait notre source.


Indignés

Pour l'heure,  nous sommes dans les ajustements et le calibrage des plans d'aides, il faut voir comment l'Espagne va négocier sa demande d'aide, "...qui se devra formelle!  Il y va aussi de sa crédibilité dans un ensemble de zones émergentes qui sont liées traditionnellement et économiquement avec cet état... "    Il en ressort que l'Espagne devrait solliciter cette aide "dès que certains ajustements  de la politique intérieure seront acquis au dossier." (...) "Le régionalisme identitaire de ce pays transforme la situation en véritable volcan par un référendum sur l'état et sa capacité à fédérer les bonnes volontés. La situation de certaines régions est bien la démonstration d'un besoin d'état fort, cohérent et structurant pour l'économie..." Nous confiait une autre source.
 
  Sur le fond, l'optimisme est de rigueur, le pays devrait formaliser une demande "...dans les semaines à venir!" La problématique sociale porte "sur la teneur des solutions qui doivent donner confiance au bon peuple!" (d'Espagne:ndlr) "Lui qui ne voit depuis des mois que restrictions, augmentations, et privations dans la politique actuelle, ses orientations!" Un véritable casse-tête alors qu'un plan d'aide formel suggère d'autant plus de rigueur budgétaire et donc forcément, nombre d' efforts... Dans l'ensemble, on remarque l'évolution des mentalités sur la gestion de la crise: "L'austérité n'est pas la bonne solution, dans l'histoire chacun peut comprendre le risque d'une telle logique, il faut libérer les énergies! Les indignés  Espagnols sont le futur des  actuels indignés Grecs, ils sont également dans le vrai, à présent, tout est question d'équilibre, entre vérité et équité!"  (...) " Pour bien me faire comprendre, en Grèce on  manifeste pour les mesures de la Troïka (UE/BCE/FMI) alors qu'en Espagne, tous  manifestent pour refuser celles du M.E.S (Mécanisme Européen de Stabilité...)"  Nous confiait notre source.
 
C'est dire qu'il faudra un effort de pédagogie pour que nos politiques puissent convaincre autant de logiques réticences et finalement défiance face à la crise et sa gestion. "Pour certains analystes, plus de doute, Octobre sera rouge!"   A suivre...
 
 
 
 
 
 
 
 
Photographie: Tous droits réservés