Thursday, August 30, 2012

Zone euro/Espagne: François Hollande aux avants-postes de la croissance!

Tags

     
    La main tendue du président Hollande...

François Hollande ne le cache pas, s'il faut un président aux avants-postes de la gestion de la crise en Zone euro, on peut compter sur son implication sans faille... « Il gagne en ampleur sur la scène de la crise en Zone euro, c'est incontestable, il faut dire qu'à Paris, la mobilisation est générale pour fédérer l'ensemble des bonnes volontés... » (…) « Le président règle son agenda au mieux pour apporter soutien et réconfort à ceux qui sont dans les plus grandes attentes, il fallait un contre-poids à la suprématie allemande dans le dossier. » Il met au centre des négociations un savant mélange entre respect des objectifs de la rigueur et l'apport d'un certain bol d'air. L'homme écoute les souffrances de ces peuples enferrés dans la crise, il veut que le retour à la croissance devienne aussi une thématique incontournable dans la gestion du dossier, il fallait impulser, aujourd'hui, l'objectif se veut gagnant.
 
 
Paquet Croissance
 
Jeudi, François Hollande s'est bien rendu à Madrid pour mesurer cette attente, Mariano Rajoy ne cache pas que le président français est venu préparer le futur Conseil Européen du 19 octobre prochain. Il veut que ses homologues européens passent enfin à l'action, avec cohésion, détermination. «Cela fait trop longtemps que nous reportons un certain nombre de décisions et que nous laissons un doute s'installer» Précisera t-il lors de la conférence de presse en marge de la rencontre. A Madrid, le message « est bien passé » pour ce qui est du « Paquet Croissance » dont il assure que la presque totalité des exécutifs européens semblent en ordre de bataille... «C'est le Conseil du 19 qui procédera à cette application, mais à condition que pour la Grèce et l'Espagne, il y ait des garanties» assure François Hollande. Depuis que le ce volet est ajouté au pacte de stabilité le 29 Juin dernier à Bruxelles, on perçoit que le défi « ...gagne en ampleur! » Selon nos sources, ce sont bien des mesures inédites qui seront annoncées en Octobre, « Histoire d'inverser une tendance clairement contre-productive! » La stratégie repose sur une mutualisation des forces en présence, des synergies se feront jour, comme une nouvelle orientation: « A situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles! »  François Hollande veut clairement accélérer tous les leviers disponibles au niveau de l'Union européenne pour que son paquet croissance soit appliqué. «Le problème de l'Europe, c'est qu'elle reporte trop souvent ses décisions et les met trop tardivement en œuvre», a-t-il déploré tout en reconnaissant que: «Quand la croissance n'est pas au rendez-vous, quand des efforts sont demandés, quand il y a des inquiétudes, il y a forcément un doute qui s'installe dans l'opinion publique». Tous les réseaux de « ...la maison France » sont activés aux avants-postes de cette entreprise qui gagne en ampleur. Les groupes français seront de la partie, « Il y a un contingent d'experts qui peuvent contribuer au succès de cet ambitieux objectif, ils sont nombreux et de qualité, en général très disponibles à l'idée d'y contribuer par une entremise dès plus efficaces! » Nous confiait notre source. Il est clair que cette bataille de la croissance va se jouer à plusieurs niveaux, il faudra compter sur un ensemble cohérent, loin de tous les clivages qui plombent en général ce genre d'initiatives... 
 
 
La réalité, c'est la réalité...
 
« On remarque que le président évite autant que faire se peut toutes les situations de blocages stériles, l'intérêt est commun, les enjeux pour la Zone euro indispensables! C'est le bras de fer pour débloquer la situation du rôle de la BCE et du Mécanisme Européen de Stabilité qui est au centre de ce défi ». Notre source y va de son avis: « Il ne faut pas se voiler la face, en Europe, deux camps s'opposent sur la méthode, l'un propose clairement la punition, l'autre la construction par l'innovation, une forme d'imagination pour relancer la machine, celle de l'intégration européenne... » Il clair que l'exploration de nouvelles pistes serait la bienvenue, « car qui pourra se satisfaire d'un énième sommet de la dernière chance si ce n'est un état qui peut se reposer sur certains lauriers... » Alors que le chômage des jeunes atteint des sommets en Zone euro, il va falloir s'attaquer aux fondamentaux de la crise, le populisme gagne des points,  « De quoi motiver les troupes! » Car selon une autre source à Bruxelles « Un certain vent tourne, il y a en Allemagne des gens responsables qui perçoivent que la solidarité doit être un volet incontournable, il faut relancer une politique active pour la croissance, ne plus se regarder le nombril, comme si la vérité se devait que verticale... ». Pour Mario Rajoy: «La réalité, c'est la réalité. Ne pas augmenter les impôts comme je l'avais promis aurait été une grave erreur» Celui qui doit composer face à un endettement toujours plus lourd et une panne de croissance porteuse de la plus grave crise sociale connue depuis la dernière guerre, il fallait s'attaquer au train de mesures aussi impopulaires que sont le relèvement de la TVA et une augmentation de certains impôts. La problématique de l'emploi est à son paroxysme en Espagne, « Le pays de l'Union Européenne qui subit de plein fouet le taux de chômage des jeunes le plus élevé, c'est dire l'urgence d'un paquet croissance... » Une situation équivalente avec la Grèce alors que le pays « compte aussi des jeunes qui n'ont pas à rougir de leurs qualifications! » C'est le paradoxe de cette crise de la dette en Zone euro, une absence de plan de vision à long terme pour installer toute cette jeunesse dans l'emploi durable. Le refus du sacrifice d'une génération est une thématique qui s'invite durablement dans les prochains sommets de l'Union Européenne, l'Espagne doit implémenter au mieux cette réalité, comme tant d'autres, avec le désavantage d'une économie à la peine. Il est de plus en plus acquis que l'aide du Mécanisme Européen de Stabilité devienne une réalité très prochainement, sauf que des élections pointent en Espagne et que le calcul est « jugé encore risqué... » .
 
 
Cohésion
 
Pourtant, il faudra bien assortir cette potentielle aide d'un arsenal de mesures efficientes pour impulser un nouveau plan de cohésion sociale, histoire de trouver le bon chemin. Il n'est pas rare de voir en Espagne des jeunes diplômés se fédérer en réseaux pour agir ensemble sur l'économie et explorer toutes les pistes possibles, sur ce point la volonté ne fait pas défaut! La situation macro-économique peut donner le vertige, des régions sont en quasi-faillites et il y a un manque de réalisme de certains exécutifs qui ne comptaient que trop sur la bulle immobilière avortée à jamais. A l'image de la Grèce ,des potentiels sont sous-exploités, et il n'est pas impossible de voir pointer des modèles au périmètre plus adapté aux réalités locales. Les experts sont formels, l'agroalimentaire, le tourisme, certaines industries peuvent encore jouer de bonnes cartes dans cette région du sud de la Zone euro. Comme quoi, la croissance a aussi son droit de citer en Espagne, le président français ne s'en cache pas, à l'image d'une certaine cohésion en Zone Euro, l'Espagne doit miser sur une action toute aussi cohérente. A suivre.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Photographie: Tous droits réservés