Zone Euro/Espagne: L'Allemagne dit oui, les espagnols NO!



La Zone Euro et son effet domino...  
                          
                                                            
Le plan d'aide qui vise à remettre en ordre le secteur bancaire de l'Espagne vient d'obtenir le précieux blanc-seing de la première puissance économique de la Zone euro. Les 583 députés du parlement allemand (Bundestag) devaient s'exprimer lors d'un vote crucial. 473 ont voté le plan d'aide , 97 ont voté contre et 13 se sont abstenus. La République Fédérale d'Allemagne approuve ainsi l'octroi à l'Espagne d'une aide européenne allant jusqu'à 100 milliards d'euros. Le gouvernement espagnol enferré dans la crise, avait annoncé que ses banques devaient trouver quelques 62 Milliards d'euros... dans les plus brefs délais  « afin de s'éviter une aggravation de la situation du pays qui se rapprochait toujours plus d'une situation comparable à celle de la Grèce! »



Sauce grecque...
Dans un climat particulièrement tendu, le pays va devoir vivre dans une nouvelle ère de rigueur budgétaire qui exigera un plan de 65 milliards d'euros d'économie « qui feront l'objet d'une implémentation drastique de mesures d'austérité en tout genre ». Cet épisode n'est pas sans rappeler celui de la Grèce qui, mise sous tutelle de la Troïka FMI, Union Européenne, BCE, est un de ses nombreux pays du sud de la Zone euro entrés dans une logique « de remise à plat de leur économie. »

D'importantes manifestations de fonctionnaires se font jour dans les rues de Madrid, inquiets de voir les salaires et avantages altérés, ils refusent clairement «... d'être mangés tout cru, sauce grecque! »





Pourtant les données macro-économiques sont formelles, Finance Offshore s'est vu communiquer un rapport stratégique trés alarmant sur l'évolution des taux d'emprunts du pays qui confirmait bien le besoin de trouver une solution « ...rapide et sereine! ». Le chef du gouvernement, l'emblématique porteur de la réforme qui se veut salutaire Mariano Rajoy, a reconnu il y a quelques semaines que « le pays ne pouvait pas continuer longtemps à se financer aux taux que lui imposent en ce moment les marchés. » Pour information, lors de la récente levée sur les marchés, jeudi, l'Espagne a continué de susciter de vives inquiétudes. Le pays a emprunté près de 3 milliards d'euros à des taux en hausse par rapport aux dernières émissions similaires. Les taux étaient de 5,204 % sur 2 ans contre 4,335 % le 7 juin, 6,459 % sur 5 ans contre 6,072 % le 21 juin et 6,701 % sur 7 ans contre 4,832 % le 16 février... C'est dire l'urgence qui pointait pour s'assurer une issue capable d'endiguer les montés de taux, toujours plus prohibitifs.
Le gouvernement va devoir «  faire avaler la pilule de ce remède que d'aucun juge comme déjà précaire. (...) En effet le pays est toujours confronté à une grave crise de défiance sur ces capacités à entrevoir des solutions pérennes. Confronté aux conséquences catastrophiques d' une bulle immobilière, la plus importante jamais vue à ce jour en Zone euro, beaucoup s'inquiètent de l'absence d'un tissu industriel capable de porter un plan de relance économique efficient. » 

No!
Pour l'heure, le gouvernement est confronté à une situation politique intérieure extrêmement risquée tout en continuant à faire des annonces toujours plus impopulaires. Alors que des taxes seront clairement haussées (on parle d'une refonte du système fiscal) , les aides sociales en partie altérées, l'âge de la retraite sera repoussé de 65 ans à 67 ans pour répondre aux principales recommandations du FMI et de l'Union européenne. Les fonctionnaires sont clairement dans la ligne de mire du gouvernement qui « doit agir sur tous les leviers disponibles pour assurer un maximum d'équité entre le secteur public et privé, l'effort doit être juste et partagé! »(...) «  Pour asseoir telle logique, les salaires sont en fait déjà réduits de 3,5 % à 7 % les derniers mois, mais le gouvernement n'a pas hésité à faire l'économie d'un symbole en s'attaquant aux bonus de Noël, ...effacés à jamais! ». Les syndicats sont très remontés et commencent même à entrevoir pour certains « ...la fin pure et simple de la dotation de la couronne! » C'est dire l'aggravation du climat social ibérique. Le mouvement des indignés se fend d'un seul mot, « No! » alors que les pompiers devaient manifester tout nus dans les rues de Madrid avec un soutien très remarqué des nombreux touristes présents qui à leur tour devaient scander « NO !»...      A suivre.


Communiqué Eurogroupe du 20 Juillet 2012
(Cliquer pour une lecture plus attentive.)


















Photographie: Tous droits réservés

Popular posts from this blog

Darauf sollte man achten: Checkliste für Ratenkredite

Wie Beamte mit Krankenzusatzpolicen Leistungslücken schließen