Luxembourg: Livangegate, BCEE le ministre Frieden monte au créneau!

Luc Frieden n'a pas hésité à monter au créneau...


Finance Offshore le prédisait, Luc Frieden l'a fait! En effet dans le dossier de l'affaire Livangegate, le volet relatif à l'appel du ministre de l'intérieur Halsdorf à un membre du comité de direction trouve son épilogue...  Enferrée dans l'affaire du Livangegate, la banque de l'état s'est retrouvée citée maintes fois dans le dossier par les nombreux protagonistes de l'affaire. En fait, un ministre s'était fait fort de prendre un jour son téléphone pour s'assurer qu'un promoteur en cheville avec un grand projet disposait bien des meilleures garanties pour le taux de son prêt. On pourrait se dire que ce n'est qu'un bon échange de bon procédé, sauf que l'affaire devait démontrer des différences d'appréciations sur la genèse même de l'attribution d'un projet final à un autre promoteur dont certains évoquaient des proximités douteuses avec certains membres du gouvernement...


Logique

Il n'en fallait pas moins pour que la Banque et Caissse d'Epargne de l'Etat  (BCEE) se retrouve plongée au coeur de l'affaire, cette dernière intervenant directement dans le financement du dit projet. Cette fois-ci, c'est bien le ministre des finances de tutelle de l'établissement bancaire qui recadre ses troupes. Exigeant la présence du membre du conseil d'administration qui dans un premier temps était clairement rétif à l'idée de se présenter à la dite commission des finances et du budget de la chambre des députés du Grand-Duché de Luxembourg et ce par décision collégiale du dit comité de direction. Une posture en partie logique du fait du respect sans faille que se doit garantir tout membre d'un conseil d'administration qui représente la haute protection des données des clients au sens ou la loi se doit les garantir et protéger sur le territoire.  Mais pour beaucoup d'observateurs, il semblait bien plus évident que la levée de bouclier de la banque était bien plus un manque  certain de courage que d'une réelle posture qui se fonde sur le droit. La banque qui logiquement dispose d'un périmètre prudentiel adapté, reposait son analyse sur le fait de devoir garantir le secret bancaire, hors, il en ressort que les informations communiquées à l'interlocuteur et l'aveu même de ces dernières était selon certains observateurs de la place  bien constitutif d'une potentielle altération de ce même secret bancaire...  La banque elle, devait préciser en commission que "Le réviseur externe de la BCEE ainsi que par la CSSF pourront en attester", le promoteur n'ayant effectivement fait l'objet d'aucun favoritisme tout en esquissant bien plus de prudence à l'avenir: "qu'il reviendrait en effet en dernier lieu au banquier de juger s'il est opportun de répondre aux questions en relation avec le dossier personnel d'un client. Ceci pour éviter que la sphère privée de ce dernier et a fortiori le secret bancaire ne soient violées".

Vérité

Toutes proportions gardées, il s'avère bien que cette communication téléphonique privée se devait rester -privée-, pour certains, l'aveu du ministre ajouté à celui du promoteur, ne serait qu'une démonstration évidente "d'une méthode qui bien trop cavalière,  pêchera à jamais par manque de professionnalisme..." Pour d'autres, "il faut continuer à relativiser un simple échange de bon procédé, le client n'ayant et ne pouvant bénéficier de conditions contraires à l'équité que doit garantir une banque dont le premier actionnaire est bien l'état luxembourgeois". Du côté des institutions qui garantissent la qualité des institutions de la place, on ne pouvait s'attendre à une autre issue du fait même de l'implication remarquée du ministre des finances de la place, Luc Frieden dont chacun des acteurs de la place appréciera la posture pour garantir le sacro-saint secret bancaire et plus important la respectabilité -d'un des meilleurs établissements bancaires au monde-. Position qui n'est en rien étrangère aux nombreuses inquiétudes portées par une situation finalement bien peu heureuse... Le membre du comité de direction s'est bien présenté à la dite commission, en présence de son responsable juridique, s'évitant bien plus les foudres de ses pairs que d'une réelle remise en question des qualités propres à l'exécution de ses missions. Cette banque tout en garantissant son professionnalisme marque incontestablement un bon point, celui d'un certain courage... Vers le devoir de vérité! 

Dernière minute...   le rêve!

"Monsieur Finck s'est pincé, point de rêve, il est bien en commission..."



Selon RTL (Luxembourg), le membre du comité de direction de la BCEE s'est essayé à retranscrire un rêve dans lequel il devait refaire le "film" de sa conversation avec le ministre en question. Une bien surprenante posture qui confirme que dans cette affaire, nul ne fera l'économie d'un énième cauchemar...  plaisanterie -sur mesure- à part!

"Monsieur Finck ou l'art de la communication de crise..."

Selon RTL:

(...)

Les membres de l'opposition ne connaissaient pas encore l'histoire du rêve mardi en commission de la Chambre; cet après-midi, ils ont déclaré que c'était à peine croyable et un peu trop "sur mesure".

Transcription du rêve:

2.3. Jean-Claude FINCK— 11.07.2012 M. FINCK nous a remis un document manuscrit qu'il a redigé le 8 juin 2012 et qui reprend sa version de I'entretien téléphonique qu'iI a mené avec le Ministre HALSDORF. Ce document est joint à I'audition de M. FINCK.

Dans la nuit du 7 au 8/6/2012, il s'est passé la chose suivante, je me suis réveillé et j'ai eu l'impression que je venais de "revoir" (en dormant) le "film" de ma conversation téléphonique avec JM Halsdorf (je ne me souviens toujours pas de la date précise)

- ,,Jean-Marie au téléphone, salut"
- ,, bonjour Jean-Marie, comment vas-tu?"
- ,, Bon, Guy se plaint auprès de moi pour savoir comment les choses se passent à la Spuerkeess avec son prêt. Il n'est pas content, je devais vous téleph."
- ,, Qui est Guy??"
- ,,Guy Rollinger de Wickrange, il a son prêt chez vous"
- ,, Ecoute Jean-Marie, je ne peux pas parler avec toi du prêt d'un client"
- ,,Oui, mais il dit que les choses ne se sont pas passées correctement, les conditions n'étaient pas bonnes"
- ,,Tous nos dossiers se déroulent suivant des procédures strictes et les conditions du marché, c'est comme cela dans une banque, je ne peux pas t'en dire plus ... Tu vas voir un match demain?"
- ,, Je n'ai pas encore de ticket, on verra"
- ,, Allez Jean-Marie, je dois retourner à mon comité, à la prochaine"

N B. Même dans le "refilm ", où je ne comprends pas comment cela a pu se produire, peut-être à cause du stress d'hier (Presse Confér. DP + Greng, etc), .J.M Halsdorf semble extrêmement fatigué.












Photographies: Tous droits réservés

Popular posts from this blog

Darauf sollte man achten: Checkliste für Ratenkredite

Wie Beamte mit Krankenzusatzpolicen Leistungslücken schließen