Zone euro: Les Euros-Obligations au programme du sommet européen! (28/29 Juin Bruxelles.)



                      Les Euros-Obligations feront surface les 28 29 Juin!

Les Euros-Obligations devraient refaire surface lors du prochain sommet européen des 28 et 29 juin prochain à Bruxelles. Dans un document de travail confidentiel, il semble acquis que les principaux dirigeants européens devront plancher sur la question avec un calendrier précis. L'objectif affiché est bien de tracer une ligne directrice sur la question, permettant de définir la nouvelle politique d'intégration européenne. Depuis le début de la crise de la dette en zone euro, était souvent évoquée l'idée d'une mise en commun des titres de dette, afin de les garantir par l'ensemble des pays de la zone euro. Les risques ainsi mutualisés entre les pays permettraient l'avantage de voir la fin des taux inégalés d'emprunts, qui seraient ainsi clairement supprimés. Cette nouvelle approche suscite des réticences de ceux qui comme l'Allemagne serait mis à contribution pour permettre à des pays comme l'Italie ou l'Espagne de financer leur dette à des coups plus faibles... "Le continent n'arrive plus à sortir de la crise de la dette, les économistes sont formels, plus on hésitera à trouver une solution globale, plus il en coûtera aux principaux contributeurs, la notion d'intégration s'avère comme une des seules issues restantes à disposition". Le plan de relance acté à concurrence de 1% du P.I.B globale de la zone  (120 à 130 milliards d'euros) ne pourra qu'impulser une nouvelle dynamique qui ne peut à elle toute seule représenter la solution. Les écarts se creusent avec un tel delta que les efforts macro-économiques ne peuvent devenir la solution miracle, la dégradation des finances des états étant plus rapide que l'unique retour à la croissance.

Le président de la Commission européenne Herman van Rompuy s'est lancé dans une véritable task force pour travailler sur la question, il s'est entouré du président de la Banque Centrale Européenne, Mario Draghi et du luxembourgeois, le président Juncker qui dirige l'Eurogroupe. Ces derniers sont clairement mandatés pour trouver les moyens de renforcer l'intégration en Europe, fort d'une volonté appuyée par le nouveau président français, François Hollande. A Bruxelles on compte de voir une nouvelle synergie s'imposer sur cette épineuse question, à vrai dire, bien que les allemands soient réticents, il semble que les mentalités évoluent, « A mesure que l'effet domino s'invite, on mesure l'inquiétude de ceux qui refusaient de voir bouger certaines digues... » Nous confiait notre source à Bruxelles.

Urgence

Les principaux ministres des finances semblent en accord sur le besoin d'une action concertée pour trouver des solutions structurelles efficaces, adaptées et novatrices. « Dans une perspective de moyen terme, l'émission de dette commune pourrait être explorée comme un élément d'une union budgétaire. » Le sommet des 28 et 29 juin ne pourra pas se limiter à de bonnes intentions, il faudra aboutir au consensus le plus large sur la question, les marchés sont en relative attente sur l'issue de ce rendez-vous crucial. Le ministre français de l'Economie s'est largement impliqué dans le processus en invitant ce mardi à Paris ses homologues espagnol, italien et allemand, évoquant « C'est un sommet qui n'est pas un sommet banal » (…) « On attend des Européens qu'ils donnent enfin des solutions structurelles, et c'est ce qu'ils sont en train de chercher ».Pierre Moscovici souhaite voir les mentalités évoluer sur la question des Euros-obligations lors de cette réunion préparatoire au sommet des 28 et 29 Juin prochain. « La plus grande difficulté, est de rassurer tous ceux qui sont encore plein de réticences sur la question, mais il faut bien reconnaître que chacun viendra à la table des négociations avec ses vérités... »Les États-Unis, le Canada attendent que les européens mettent de l'ordre dans une crise dont ils commencent à s'inquiéter, « On ne pourra plus se contenter d'un énième sommet de la dernière chance, ou les thématiques de désintégration de l'euro et autres effets domino n'obtiendraient que pour réponse une absence de politique claire, franche et donc capable avec un calendrier précis... » Il faut dire que le dernier G20 avait déjà donné le ton sur le besoin de voir en zone euro se dégager une cohésion retrouvée. A suivre.










Photographie: Tous droits réservés

Popular posts from this blog

Darauf sollte man achten: Checkliste für Ratenkredite

Wie Beamte mit Krankenzusatzpolicen Leistungslücken schließen