Merkel Hollande: Donnant-donnant ?


  "La croissance, toujours la croissance!"

Le président français veut imposer son pacte pour la croissance. "François Hollande doit respecter la signature de la France!" lui rétorque la chancelière allemande, une Angela Merkel qui serait  "...toujours plus droite dans ses bottes!"
On le sait tous, les futures  relations bilatérales entre Allemagne et France ne pourront pas se construire avec une absence de consensus. "Les premiers pas doivent être ceux d'une rencontre, loin de l'idée d'une rupture,  juste une occasion de confronter deux vérités qui trouvent déjà un écho si partagé au sein de l'Union européenne".

Croissance
L'enjeu est bien de pouvoir "raccrocher un volet croissance" au besoin d'une rigueur budgétaire que certains considèrent comme cette indispensable première étape "si austère" à toute  capacité d'une "nouvelle relance en Zone euro".  Angela Merkel recadre "plus vite que son ombre!" alors que  son entourage insiste sur la thématique risquée "d'une croissance auto-suggérée qui donnerait pour résultat un retour cuisant aux prémices de la crise" et d'ajouter " sans compter l'accroissement catastrophique des déficits des comptes publics de tous les états qui miseraient (-un peu trop vite- ) sur des dépenses nouvelles "...pour se construire une illusion collective!"

Au Bundestag, la chancelière enfoncera un certain clou pour confirmer son entourage:
«Une croissance par des réformes structurelles est importante et nécessaire. Une croissance à crédit nous ramènerait au début de la crise. Nous ne le voulons pas, nous ne le ferons pas!», a prévenu Angela Merkel sous des applaudissements. Elle refuse de voir le pacte de stabilité budgétaire s'étioler sous "l'effet de mode de la croissance!"
En effet, outre-Rhin, on veut bien entendre "les bonnes intentions d'un François Hollande", mais "Ici on traite le courrier dans l'ordre d'arrivée! On ne cache pas les recommandés des créanciers sous les derniers tracts comme ceux toujours plus alléchants d'une campagne marketing qui promet si beau soleil... Ici en Allemagne, on lit surtout entre les lignes, ...pas de gagnant par décret! " (Ambiance)
Les enjeux sont considérables, la thématique de la croissance ne serait  "qu'une fausse bonne idée de communicants, pour ce qui est de l'économie, la partie est bien plus complexe". Faire rêver est un atout pour un candidat qui doit casser l'image souvent jugée si austère d'un plan de rigueur "qui annonce efforts et renoncements, ceux d'une rigueur qui s'enferre dans une logique qui semble ne servir que la finance toujours et encore avant.... le peuple!"

Donnant-donnant...
Pour de nombreux observateurs, on s'oriente vers un compromis entre les deux lignes directrices: "L'idée est de raccrocher le volet croissance à la rigueur budgétaire, il faut du donnant-donnant, mais pour ce qui est du gagnant, il devra faire force d'abnégation..." . Autant dire que le nouveau président français appréciera...
Angela Merkel est dans "son calendrier électoral", alors que François Hollande veut s'imposer une entrée en matière qui ne soit pas synonyme "d'un simple affaissement de sa propre capacité à imposer un nouveau modèle au sein de l'Union européenne",(...) "En fait tout l'art de s'imposer sans froisser et décevoir".

En résumé, à Paris on ne cache pas que "Les emmerdes, ça commence!" La droite du président sortant mise déjà sur l'impossibilité "notoire" d'un François Hollande qui sera incapable  de remettre en cause le pacte budgétaire européen:  "Incapable de venir imposer une croissance -à crédit- à nos amis allemands qui eux, contrairement à certains français, sont moins rêveurs..."  

Schäuble

Vu de Paris, on s'oriente vers "un compromis de calendrier face à l'urgence! François avancera même sa rencontre d'un jour avec Angela..."  (Le jour de son investiture, le 15 Mai au lieu du 16.) Une stratégie qui "tentera quand même d'imposer un volet croissance aux futurs travaux." On s'oriente vers une nomination de Wolfgang Schäuble à la tête de l'eurogroupe: "...si toutefois des garanties seront mises sur la table pour le paquet...  croissance!" 

Il faudra déjà beaucoup de courage à François Hollande pour expliquer le choix de l'actuel ministre des finances allemands: "Il sera l'occasion d'un apaisement entre les deux états!" Pour d'autres observateurs,  finalement cette possibilité d'un consensus ou l'Allemagne devra garantir à ses pairs que le futur chef de l'eurogroupe "...ne travaillera pas contre les autres vérités qui s'imposeront à lui!". (...) "L'austérité seule est une voie sans issue!, (...)  Il faut de la croissance, au moins une logique qui l'impulse, l'instigue comme l'objectif de toute la zone euro qui s'accorde après les efforts, les chances de l'émulation!"

Dans l'ensemble des capitales européennes, on regarde avec attention l'issue de la future rencontre Merkel / Hollande. On veut voir comment le nouveau président français "...va ressortir de ce duel si attendu, voir clairement tendu!"

Outre-Rhin, désireux de tempérer, on commence à s'interroger sur les motivations du président français, "On veut des gages, l'entendre parler de croissance, oui! ...mais à quel prix? Et surtout comment!?.." Cependant depuis quelques jours, les thématiques du nouveau président français "Gagnent en ampleur dans les conversations!..."(...)" La récente crise politique en Grèce démontre le risque inhérent à une austérité qui bride toujours plus la Zone euro. Le contexte particulier d'un populisme rampant invite à la réflexion... (...) L'Europe des peuples risque de vouloir s'imposer plus directement dans les thématiques des exécutifs européens, il y a une autre certitude qui s'impose  déjà au couple franco-allemand: ...Un certain plafond de verre est atteint!"

Des bruits concordants en Allemagne précisent la nomination d'un germanophone (ancien professeur d'allemand!)  comme futur premier ministre français. "... de quoi rassurer outre-Rhin!"
  


 A suivre.










Traduction de l'allemand par Van Halphen T.


Photographie: Tous droits réservés



Finance Offshore © Copyright 2012 Tous droits réservés.

Popular posts from this blog

Darauf sollte man achten: Checkliste für Ratenkredite

Wie Beamte mit Krankenzusatzpolicen Leistungslücken schließen