Friday, December 30, 2011

Frugal Festive Opportunities

Have you planned your New Year’s celebration yet? A little short on cash? Consider giving a last minute shout out to friends and acquaintances --The more random the better. Those that accept, have them pair up to provide a course of the meal. Each take turns serving, with one pair volunteering to do dishes. What you have is a gourmet evening with good company for the cost of making one dish at home. The entree to our last impromptu gathering this week was a hit (Chef Daniel Boulud's Pork Shoulder with Guinness, Dried Cherries, and Sweet Potatoes). 

All in all, it makes for a very frugal – very fun evening out. Hope you are gearing up to enjoy wrapping up 2011.


Monday, December 26, 2011

From the Heart

During the gifting season, it is sometimes difficult to find the ‘perfect’ present. Some of the best are those from the heart. Like the garden stone with our grandchildren’s’ foot prints, framed photos of special moments from the past year, lovely scarves from faraway places we have traveled. Sometimes the best gift can be the offer to undertake a dreaded task, like cleaning out and reorganizing a storage room or offering your services as dishwasher for your parent’s dinner party.


The very best gift is the present of presence, being there for one another, either in person or in heart. And to think – it doesn't cost a penny. How grand.

Saturday, December 24, 2011

Christmas Traditions


Every year, in place of buying gifts for one another, we take a family vacation for Christmas. This year was an exception. The year got away from us. With no extra funds set aside for travel, we decided to spend time together at home. To compensate for not traveling, we  exchanged gifts with one another. We made many of the gifts, but we still felt like we needed to buy everybody something. This was way more work than we remembered. Spending money in such a short window of time for so many people, and not knowing if it is something they would like, need or want --is stressful.

It was joyful being together and has been a very laid-back week. But we all agreed that from now on: 1) each Christmas, we will start planning for the next year's trip. When everyone is together, it is easier to negotiate the dates and destination selection. 2) We will budget a savings plan for the trip that stretches over a 12-month period. The ultimate gift you can give yourself is to pay for a trip out of savings vs. on credit. 3) We will go back to drawing names for a Secret Santa, with a dollar amount cap on spending.

We all agreed that in the future, if we feel tight on time or funds, we will find a way to at least take an overnight trip as a family. We didn't appreciate how much we enjoyed our Christmas vacations until deciding to not do it this year. What a great way to help us all gauge the value we find in the investment.

Hope all is joyful where you are at this holiday.

Wednesday, December 21, 2011

4 Days ‘til Christmas; 10 Days ‘til End of Year

As we rush around getting last minute gifts, we should also be mindful of the end of the year for tax reasons. Here are a few items to check off your list before 2012 rolls around.

- Last Minute Charitable Contributions: Time to get in the last minute charitable contributions for the 2011 tax year. Is it time to clean out your closet and make a donation to Good Will? Can you afford to give a little extra to a charitable cause? It has been a rough few years for a lot of people and your donation may be just what your favorite charity needs to help those in need.

Unreimbursed Medical and Dependent Care Accounts: These are your "use it or lose it" accounts. You have to use the money by the end of the year or you forfeit your balance. If you have money in these accounts, maybe it is time to get your eyes checked or a new pair of glasses. Make sure you have paid all of your dependent care expense and that your balance is zero. 

- 529 or Educational Savings Deposits: In some states, your contribution into an educational savings account or 529 plan is a deduction on your state taxes. Do you need to add a little more for next semester's U-bill? Consider adding a little more to receiving the deduction?

- Taxes: Do you have any tax bills due in December or January? These bills might be deductible on your taxes. You might consider paying your January taxes in December to take advantage of the deduction.

- Medical and Dental Expenses: Did you have a lot of medical expenses this year or are you going to have medical procedures next year? You may be able to deduct medical expenses on your taxes if the amount is greater than 7.5% of your adjusted gross income (AGI) and you itemize your taxes. A little tax planning can save you a lot of money.

- IRA Contributions and Future Tax Planning: You have until April 15, 2012 to maximize your IRA contributions. However, an IRA or 529 contribution to someone else might be a great last minute Christmas gift.

We wish you and your family a great and save safe holiday season. As always, check with your tax professional to see what strategies work best for your individual situation.

Wednesday, December 14, 2011

Upcycle Twinkle Time

It is the holidays and in the spirit of gifting and the joy of creating, make useful and fun things for family and friends this time a year. Tis the art of Upcycle: To make new from items that have lost their usefulness or value.

A few flavors of the day:

Paper bag stockings, perfect for gifts of movie passes, lottery tickets or gift certificates:


       Covering an old canvas so to gift a new painting:

Piecing together old jeans into a cozy blanket:


Everyone has a little elf inside them. Get out the glue and glitter and release your inner elf. Very fun. Very frugal.

Friday, December 9, 2011

OWS, Student Debt, Tuition Increases and Tuition Free Colleges


Higher tuition, more student loans, and greater access to higher education…what do we do? The Occupy Wall Streeters (OWS) say they are not going to repay student loans and are demonstrating on college and university campuses.  In today’s Inside Higher Ed daily updates, there is an article about how their energy might be misplaced.  This article argues that college and university administrator’s hands are tied because states are cutting funding to higher education and students are demanding quality student services and education.  They are feeling that their only or best choice is to raise tuition and fees, which ultimately increases the debt burden for college graduates.

According to DiplomaGuide.com there are 10 colleges and university with $0 tuition.  Yes that is right, $0.00 in tuition.  Perhaps we should look at these institutions to see if we can apply some best practices to reduce the cost of higher education.  Many require students to work on campus.  College of the Ozarks nicknamed “Hardwork U” requires 15 hours/week of work from the student to graduate tuition-free.  Berea College offers every student a full-tuition scholarship and a laptop computer while attending Berea and work-study to offset food, room and board.

Higher education is not free.  It is expensive to pay for buildings, professors, administrators, support staff, research and everything that makes college “the best years of your life.”  So the question is how do we lower the cost of higher education without additional taxes and reduced quality of education and services?

My answer is YOU!  Did you graduate from college?  Did you benefit from college?  If so, it is time to give back.  You can give back to a specific scholarship, start a scholarship, name a building or give to the general fund.  You can ask anyone who asks for donation, the amount is not important, but it is important that you get in the habit of giving.  We are all at different places in our financial lives, so whether you give $1 or $100 million, just give. This holiday season, think about giving your college or university a gift.  Contact your alumni association or foundation to see how you can help reduce the cost of higher education and designate your money to the area where you believe it would do the most good.

If you value higher education, and if our society values higher education, we need to put our money where our mouth is and give back.  College and university administrators, faculty and staff — You have a huge responsibility to do as your donors wish and be good stewards of the resources you are charged with managing.  That not only includes the fiscal responsibility, but the education you provide in the classroom and the support services in housing, recreational services and every service to the students. You are charged with providing the highest quality education and experience at a reasonable price.

I hope you have a happy holiday and take time to reflect on your personal values and where your money goes.  I’ve always said, “If you want to see what people really value, look at their checkbook and see where they spend their money.”  I hope your values and your checkbook are in agreement.

Wednesday, December 7, 2011

Frugal Fun and the Holidays


Frugal Fun”', “Holidays”: The two topics go hand-in-hand.  So much of the joy of the holidays is the time spent with love ones and surprising them with something special. The something special does not have to cost a mint. Gifts from the heart can be the least expensive and the most treasured.


Frugal-festive examples from our homestead this year include packets of homemade monogrammed stationary:
Stockings made from a fabric stash and old costume jewelry:
And grandparents teaming up with the grandchildren to make extra special surprises for the parents. These activities make the holiday glow -- from the joy of the planning, the making and the giving.















From our household to yours, we hope your holiday prep this year is joyful, frugal and fun. :)

Monday, December 5, 2011

Zone Euro: Sarkozy et Merkel dans le viseur des agences!

Tags
"Germanophobie?"

 
L'agence de notation américaine Standard and Poor's l'affirmait depuis de longues semaines, "la faiblesse du processus de prise de décision dans l'Union européenne et la zone euro" et le "manque d'avancées des dirigeants européens pour éviter la contagion de la crise" mettaient clairement  "en péril la note actuelle de nombreux états..." 

Alors que le couple franco-allemand se perd toujours plus dans l'actuel  débat "inutile" d'une "germanophobie" qui serait  "organisée en tous points", l'annonce de l'agence viendra mettre un terme aux spéculations sur la sortie de crise maintes fois annoncées. "Trop, c'est trop!", tel est le sentiment des professionnels des salles de marchés qui "balladés" depuis des mois, sont "confrontés au mur des éléments d'une polémique d'immixtions hasardeuses entre différents états de la Zone euro", "incapables de se placer comme acteurs responsables, de mettre en place un calendrier efficace de prises de décisions qui intègre -une hauteur de vue- sur les fondamentaux de la crise de la dette." Car chacun pourra comprendre que les mots croissance, industrie, cohésion, solidarité ou mutualisation tout comme fédéralisme efficient sont passés à la trappe des derniers débats...
Dans ces conditions, le message de ses nombreux états est bien loin de rassurer, depuis quelques semaines, une aggravation de la crise était clairement palpable, "On est passé de la gestion de la crise grecque et consorts à celui d'un véritable parcours du combattant qui de réunions formelles comme informelles" se sont soldées comme une suite de "rendez-vous de la dernière chance!"

La difficulté de trouver une logique de compromis entre les deux principaux acteurs de cette partition "Allemands et français se perdent dans des calendriers électoraux respectifs au détriment d'une gestion globale de la crise et de l'indispensable besoin d'une action concertée au bénéfice de l'ensemble des états de la Zone euro". Nous précisera une autre source. Tel est ce sentiment  partagé par de nombreux analystes qui ne seront pas surpris de cet énième coup dur pour la Zone euro. Standard and Poor's a donc  placé sous surveillance la note de 15 pays sur 17 de cette même Zone euro, dont six pays encore noté AAA "avec perspective négative", qu'il nous faut comprendre comme possible première étape d'une dégradation des pays comme la France, l'Allemagne, les Pays-Bas, le Luxembourg, l'Autriche et la Finlande... Grèce et Chypre pas concernés.


France ciblée...
La France est particulièrement visée par la menace croissante d'une dégradation de deux crans,  "...se contrastant particulièrement par rapport aux autres états visés par l'actuel  jeu catastrophique d'une cacophonie grandissante des débats politiques qui envoient des messages qui rendent inaudible la logique retenue, une stratégie qui bat de l'aile et sans remèdes pour la croissance!"  . Nous précisera une autre source qui souligne l'urgence "d'une véritable concorde (des politiques) sur les fondamentaux économiques du pays..."  Une décision rendue très rapidement "aussi vite que possible après le sommet européen du 8 et 9 décembre", précise déjà l'agence dans sa missive.

"Solidaires?"

 
S&P, avait déjà dégradé la note des États-Unis en août, elle justifie aujourd'hui sa décision par l'aggravation "des problèmes politiques, financiers et monétaires au sein de la zone euro" qui menacent "la distribution des crédits, les perspectives de croissance et, du même coup, la capacité des pays encore notés AAA à réduire leurs déficits publics."

La France et l'Allemagne  se disent "pleinement solidaires, confirment leur volonté de prendre toutes les décisions nécessaires, en lien avec leurs partenaires et les institutions européennes pour assurer la stabilité de la zone euro", devait réagir l'Élysée dans un communiqué commun avec l'Allemagne. L'annonce d'une réforme des traités de l'UE par Angela Merkel et Nicolas Sarkozy un peu plus tôt lundi à Paris n'a semble-t-il pas suffi pour convaincre S&P de la capacité de l'Europe à résoudre ses problèmes. Une Europe "à marche forcée, pour un accord aux sanctions automatiques pour les pays jugés conformes ou pas , ...c'est à dire dans les cordes des 3%!" et une nouvelle gouvernance "gestion étape de tous les mois" et "l'accélération du Fonds de stabilité européen qui passera ainsi  à la majorité qualifiée des chefs d'états et non plus l'unanimité comme évoqué", (...) "s'évitant le blocage contre-productif de certains états..." , la Cour de justice décidera de la qualité (pertinence retenue)  de la règle d'or, (zéro déficit...) "le fonds sera lancé en 2012 contrairement à 2013", "opération d'une Europe de la rigueur retrouvée" qui "devra laisser rapidement  place à celle d'une "Europe de la croissance!". Tout repose sur une ratification à deux ans (mise effective des principes acquis aux dernières décisions...).

 
Relance
"L'Elysée promet un sommet social en France" (Janvier) "un plan de relance de l'emploi via l'activation des principaux leviers de la confiance" qui sont porteurs en général du retour à la croissance. Restaurer la capacité de l'Europe pour sanctionner et mieux s'organiser tout en étant solidaire, "il faut des disciplines collectives et modérées, une rigueur pour placer les curseurs avec plus d'efficacité, pour retrouver un retour à l'équilibre des comptes publics..."    Il faut donc "... impérativement trouver des accords entre des pays différents par leur modèle politique, mais toujours plus égaux en responsabilité pour sortir de la crise de la dette!"... L'intérêt de ce nouveau traité est donc sur la table des négociations, devant agir avec la plus grande prudence sur la problématique d'un risque croissant d'une austérité qui viendrait "mettre à mal toutes bonnes chances de retour à la croissance", seule issue viable ...Il faut des mesures concrètes pour des démocraties avec un modèle social fort dans un environnement industriel économiquement "à nouveau viabilisé!". A suivre.


Pour compléter votre analyse:

Finance Offshore met à votre disposition le communiqué officiel de la présidence de la république française de la réunion de ce lundi 5 Décembre 2011 , réunion Angela Merkel / Nicolas Sarkozy.

(Traduction des propos de la chancelière par les services de la présidence.)






COMMUNIQUE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE (OFFICIEL FRANCE)


Palais de l'Elysée -- Lundi 5 décembre 2011


LE PRESIDENT -- Mesdames et Messieurs, merci de votre présence. Je voudrais dire à la Chancelière Angela MERKEL combien nous sommes heureux de la recevoir une nouvelle fois.

Nous avons travaillé pratiquement tous les jours ensemble, nous nous sommes parlés au téléphone, nos collaborateurs travaillent en flux tendu comme l'on dit. Et je crois pouvoir dire que l'accord franco-allemand est le plus complet. Il fera l'objet d'une lettre que nous allons adresser ensemble, Mme MERKEL et moi-même au Président VAN ROMPUY, mercredi prochain, qui détaillera -- cette lettre -- l'ensemble des mesures que nous souhaitons voir adoptées par la zone euro.

Qu'est-ce que nous voulons ? Nous voulons pour l'essentiel que les dérèglements qui ont conduit à la situation de la zone euro aujourd'hui ne puissent en aucun cas se reproduire. Voilà la volonté de l'Allemagne et la volonté de la France. Ce qui s'est produit ne doit plus pouvoir se reproduire.

Pour cela, nous souhaitons un nouveau traité. Pour faire prendre conscience à l'ensemble des peuples européens, membres de l'Europe et de la zone euro, que les choses ne peuvent plus continuer comme elles ont prospéré jusqu'à aujourd'hui.

Notre préférence va vers un traité à 27 pour que personne ne se sente exclu de la démarche franco-allemande, mais nous sommes tout à fait prêts à passer par un traité à 17, ouvert à tous les États qui voudraient nous rejoindre. Le contenu de ce traité comporterait les éléments suivants dont je me contenterai d'évoquer simplement les têtes de chapitre et qui fera l'objet d'une rédaction plus détaillée dans la lettre que nous enverrons, au président VAN ROMPUY, et qu'après qu'il l'ait reçue, nous rendrons publique :

* D'abord nous souhaitons des sanctions automatiques en cas de non-respect de la règle du déficit inférieur à 3%. Et nous souhaitons que seule une majorité qualifiée puisse s'y opposer c'est-à-dire l'inverse de la situation d'aujourd'hui ; ce qu'on appelle une majorité inversée.

* La deuxième chose, ce que nous avions proposé le 21 juillet, nous souhaitons une règle d'or renforcée et harmonisée au niveau européen pour que tous les budgets des 17 comportent une disposition constitutionnelle qui permette aux cours constitutionnelles nationales de vérifier que le budget national va vers le retour à l'équilibre.

* Troisièmement, nous nous sommes mis d'accord sur la participation du secteur privé pour dire que ce qui s'est passé en Grèce ne se reproduira pas ; nous nous calerons désormais sur la jurisprudence, en la matière, qui est celle du FMI.

* Quatrièmement, nous souhaitons que le Mécanisme européen de stabilité soit avancé de 2013 à 2012 et nous souhaitons, à l'intérieur, que les décisions puissent être prises non pas à l'unanimité mais à une majorité qualifiée dont nous estimons aux alentours de 85% le quota.

* Cinquièmement, nous souhaitons une réunion des chefs d'Etat et de gouvernement constituant le gouvernement économique de la zone euro tous les mois, tant que la crise durera, et chacune de ces réunions devra avoir un ordre du jour précis, focalisé sur la nécessité de doper la croissance dans la zone euro.

* Enfin, s'agissant de la BCE, -- pour dire la profondeur de notre discussion -- nous nous sommes mis d'accord pour confirmer ce qui a été notre déclaration avec Mario MONTI lors du Sommet de Strasbourg : confiance dans la BCE, indépendance de la BCE et abstention de tout commentaire positif ou négatif sur son action.

Voilà, je terminerai en disant que, dans cette période extrêmement troublée, devant cette crise extraordinairement grave, plus que jamais la France pense que son alliance et son entente avec l'Allemagne et avec la Chancelière sont des éléments stratégiques absolument essentiels.

L'Allemagne et la France sont deux grandes économies de l'Europe. Prendre le risque de la divergence entre nous, c'est prendre le risque de l'éclatement de l'Europe et de l'euro. La crise nous met un devoir supplémentaire d'unité. Nous allons ensemble vers la même Europe, une Europe des gouvernements et une Europe qui ne recommencera pas les erreurs du passé, où il y a eu trop de légèreté, trop de décisions qui ont été prises sans en tirer toutes les conséquences. Aujourd'hui il faut rattraper en pleine crise tous ces retards qui ont été accumulés.

Enfin, je veux dire un dernier point : l'Allemagne et la France, nous sommes tout à fait d'accord pour dire que les eurobonds ne sont en aucun cas une solution à la crise. En aucun cas !

D'ailleurs, je veux dire aux Français : quelle drôle d'idée que celle qui consisterait à mutualiser la dette, parce que l'Allemagne et la France paieraient pour la dette des autres sans pouvoir contrôler l'émission de la dette des autres ! Et comment convaincre les autres de faire les efforts que nous sommes en train de faire nous-même si on mutualise les dettes dès maintenant ? Tout ceci n'a guère de sens.

Merci. Mme la Chancelière.

MME ANGELA MERKEL -- Merci beaucoup. Je voudrais à mon tour remercier le Président pour son hospitalité. Je crois qu'il est très important que nous travaillions très étroitement ensemble. La preuve en est la fréquence de nos rencontres mais aussi le dialogue permanant entre nos collaborateurs.

Nous nous trouvons dans une situation difficile et il faut surtout reconquérir la confiance car la fiabilité dans la zone euro, et la confiance dans le respect de nos engagements ont pâti de ces évènements. Nombreux sont ceux qui se demandent si nous sommes fiables et il faudra donc, lors du Conseil européen jeudi et vendredi, que nous puissions retrouver, reconquérir une partie de cette confiance et renforcer l'engagement formel de nos décisions.

Comme le Président l'a dit, il faut des modifications structurelles qui vont au-delà de simples accords. D'où la nécessité de modifications des traités. Il nous faut des règles d'or contraignantes, définies de façon harmonisée en Europe et dont la Cour de justice européenne pourra vérifier la conformité pour que tous les pays puissent véritablement s'engager à respecter les critères du pacte de stabilité et l'équilibre des finances publiques.
Nous ne pouvons pas le faire dans le cadre des traités existants. Nous avons vérifié cela. Je prends un exemple : dans le traité de Lisbonne, dans sa version actuelle, il est prévu qu'une procédure pour déficit excessif ne peut être lancée que si une majorité qualifiée du Conseil y consent. Nous voulons justement l'inverser et ceci nécessite une modification du traité. La même chose vaut pour les autres engagements. Comme le président français l'a dit, nous sommes ouverts, soit on procède à une modification des traités à 27, ce serait la voie logique, mais nous sommes absolument déterminés en cas de difficultés à ce que si quelqu'un ne peut pas ou ne veut pas suivre, nous disions : il en va de l'euro, l'euro est tellement important que nous sommes prêts à le faire par la voie d'un traité ouverts aux autres.

Nous ne pouvons pas être un continent qui se donne une monnaie commune et qui, quand on constate qu'il faut changer les bases juridiques, ne serait pas en mesure de procéder au changement des règles juridiques conformément aux réalités du terrain. C'est la raison pour laquelle nous sommes déterminés à discuter de tout cela avec nos collègues lors du prochain Conseil européen. Nous serons les avocats convaincus de tout cela. Nous allons faire connaître les détails au président VAN ROMPUY. Nous allons bien entendu consulter tous nos partenaires. La France et l'Allemagne ne sont que deux membres, mais nos économies pèsent particulièrement lourd et notre responsabilité est lourde.

Deuxièmement, la mise en place du Mécanisme européen de stabilité (ESM), la pérennisation du FESF, nous voulons l'accélérer pour qu'il soit en place dès 2012 et nous voulons bien insister sur le fait que nous nous en tenons à ce que nous avions dit le 21 juillet sur la Grèce. La Grèce est et restera une exception et nous allons pour l'ESM nous caler sur le FMI pour bien montrer qu'un emprunt d'Etat de la zone euro n'est pas moins sûr qu'un autre et pour bien montrer que la zone euro est une zone d'investissement sûre.
Troisièmement, toujours dans le cadre du Mécanisme européen de stabilité, nous ne voulons pas que quelques-uns puissent bloquer les avancées des autres, d'où cette majorité de 85% que nous proposons, qui éviterait que quelques-uns puissent bloquer l'avancée du train.

Sur la BCE, nous nous en tenons à ce que nous disions à Strasbourg. Les euro-obligations, nous les rejetons et par ailleurs nous tiendrons tous les mois une réunion de l'Eurogroupe pour améliorer notre compétitivité et la croissance. Ce seront des réunions mensuelles thématiques : droit du travail, innovation, développement des infrastructures pour que l'Europe retrouve sa qualité de continent de la croissance. Le chômage des jeunes est trop élevé, l'innovation n'est pas assez importante. Nous voulons dans un esprit de convergence et de meilleure compétitivité faire progresser tout cela. Ce paquet, cet ensemble de mesures est la preuve de notre détermination absolue pour que la stabilité de l'euro soit préservée et qu'il soit une contribution forte à l'Union européenne.

Merci beaucoup.

LE PRESIDENT -- Merci Madame la Chancelière.

QUESTION -- Madame la Chancelière, Monsieur le Président, depuis votre promenade sur la plage de Deauville vous avez fait un long chemin. Maintenant, vous parlez de sanctions automatiques : est-ce que la Cour de justice européenne ne pourrait également prendre une décision sur ce qui pêche en matière de déficit, le cas échéant.
Deuxièmement, vous avez souligné l'importance des règles d'or. Vous avez, Monsieur le Président, un problème particulier puisque vous avez une majorité de gauche au Sénat qui est opposée à la règle d'or, cela restera le cas après les prochaines élections présidentielles, quelle pourrait être la solution ?

MME ANGELA MERKEL -- La Cour de justice européenne ne pourra pas déclarer un budget national immédiatement nul et non avenu mais la Cour de justice européenne pourra dire si la règle d'or telle que définie dans le droit national estconforme donc la Cour de justice européenne vérifie que les règles d'or nationales représentent un véritable engagement en matière d'équilibre des finances publiques.

Nous avons tous beaucoup avancé et c'est la nature même des relations franco-allemandes. Nous réagissons aux faits, aux réalités. Nous choisissons la voie la meilleure et c'est ce qui fait de notre relation une relation dynamique, vivante. C'est ce qui fait que c'est une relation de qualité car à l'arrivée nous nous retrouvons toujours et je crois que nous sommes vraiment en très bonne voie.

LE PRESIDENT -- Vous savez quand on choisit, comme nous l'avons choisi avec la Chancelière, d'aller vers la convergence et le renforcement de l'unité entre l'Allemagne et la France, c'est un choix stratégique, c'est un choix historique parce que nous pensons tous les deux que dans ce que nous ont laissé nos prédécesseurs, ce qu'il y a de plus précieux, c'est l'amitié entre la France et l'Allemagne. Il y a eu entre nos pays, 70 ans d'affrontements meurtriers et depuis 70 ans, il y a la paix. Que voulons-nous que soit l'avenir ? Nous, nous voulons que cet avenir passe par la convergence et par le maintien de la paix.

Pour cela, il faut que chacun apprenne à comprendre l'autre, à accepter ses différences et à créer les conditions d'un accord avec des compromis où chacun y trouve son compte. Quel est notre objectif ? Pas que l'Allemagne gagne sur la France ou que la France gagne sur l'Allemagne. Notre objectif, c'est que l'euro et l'Europe sortent renforcés, que nous retrouvions la croissance, qu'il y ait moins de chômeurs. Et pour cela, nous avons décidé de faire un long chemin ensemble, pas simplement depuis Deauville, Madame.

Alors, sur la Cour européenne de Justice, les choses sont assez claires. Comme l'a très bien dit la Chancelière, la Cour européenne de Justice ne pourra pas annuler les budgets nationaux. Ce n'est pas possible. En revanche, nous souhaitons que chaque constitution de chacun des 17 pays de la zone euro se dote d'une règle d'or sévère, qui aille vers l'équilibre. D'ailleurs, est-ce que l'on peut demander autre chose à un budget que d'aller vers la réduction des déficits et de l'endettement ?

Et c'est la Cour européenne de Justice qui pourra, si besoin est, vérifier si la règle d'or de chaque pays est conforme au traité qui sera signé par les 17. Voilà l'accord que nous avons trouvé. Il me semble qu'il est parfaitement conforme aux institutions européennes, au respect de la souveraineté, au respect des prérogatives des parlements et à l'efficacité.

Vous avez pointé, Madame, le Sénat qui est à gauche. C'est une réalité. Mais vous savez qu'il y a des élections présidentielles, suivies d'élections législatives. L'objectif que nous avons avec la Chancelière, c'est qu'au mois de mars, l'ensemble de l'accord ait été négocié et conclu entre les 17 membres de la zone euro, parce qu'il nous faut aller vite et partant, les ratifications auront lieu après ces deux rendez-vous politiques français importants que sont les présidentielles et les législatives. Nous verrons à ce moment-là comment résoudre les problèmes.
QUESTION -- Je voudrais revenir, Monsieur le Président, sur les risques de ratification, la France n'avait déjà pas ratifié en 2005 le traité constitutionnel européen, est-ce que vous envisagez de prendre contact avec François Hollande et l'opposition pour qu'un consensus soit fait, pour que les Européens ne se retrouvent pas de nouveau devant un tel incident ? Et puis une question à Madame MERKEL : des responsables socialistes ont parlé à votre propos de politique à la Bismarck, un autre responsable socialiste a comparé Monsieur Sarkozy à Daladier allant à Munich lorsqu'il est allé à Strasbourg avec vous. Craignez-vous une poussée de l'anti-germanisme en France si la crise ne se résout pas rapidement ?

MME ANGELA MERKEL -- Je lis beaucoup la presse allemande, ce qu'elle dit sur la France, je lis la presse française et quiconque nous voit au quotidien, le Président et moi, sait bien que ceux qui écrivent ne connaissent rien à la réalité de nos relations. Nous travaillons ensemble dans une intensité inégalée, nous cherchons des solutions communes et nous avons dégagé des communautés de vues nouvelles sur cette monnaie commune et donc la perspective d'évènements qui se reproduiraient et auxquels font allusion les uns et les autres est tout simplement impossible. Et c'est bien la leçon de tout ce travail, c'est que jamais plus on ne s'affrontera comme on l'a fait. Ceci dit, l'Europe ne peut pas se construire sur de mauvais compromis et c'est vrai que même l'amitié franco-allemande, on a atténué les pactes de stabilité, on a voulu servir la paix du moment sans penser suffisamment aux enjeux de l'avenir et c'est à cela qu'il faut remédier, il faut penser à l'avenir et il faut que l'Europe des valeurs communes où l'amitié franco-allemande joue un rôle particulièrement important soit une union solidaire et une union forte qui fasse valoir ses positions dans le monde à l'avenir. Alors ceux qui parlent comme cela sont dans l'opposition alors réjouissons-nous que nous soyons au gouvernement et que ce soit à nous d'agir et pas à eux.

LE PRESIDENT -- Vous savez, le chemin de l'amitié franco-allemande, c'est un chemin qui a été emprunté par des formations politiques à droite, comme à gauche. Le Général de Gaulle, Georges Pompidou, Valéry Giscard d'Estaing, Jacques Chirac bien-sûr, mais aussi François Mitterrand. Et tout le monde se souvient de cette magnifique image de François Mitterrand prenant la main de Monsieur Helmut Kohl. Jusqu'à présent, cette amitié franco-allemande faisait l'objet d'un consensus de la classe politique française.

Les paroles qui ont été entendues déconsidèrent ceux qui les ont prononcées à l'endroit de nos amis allemands. Je n'ai pas d'autre commentaire à faire que cela. Mais ils les déconsidèrent.

Et Madame MERKEL, comme nos amis allemands, savent bien que ces propos ne sont pas tenus par des gens responsables, qu'il ne faut pas en être blessé. La gauche a toujours cru à l'amitié franco-allemande. La droite aussi. Et je souhaite que quel que soit le calendrier électoral, chacun sache se hisser à la hauteur de sa responsabilité et ne pas jouer avec l'histoire de nos deux pays qui a été trop dramatique pour que l'on se permette de se laisser aller à ce point.

Quant à la personne dont vous venez de parler, le candidat socialiste, comme apparemment il a passé un moment avec les socialistes allemands, je n'aurai pas besoin de le convaincre puisque les socialistes allemands, Monsieur STEINMEYER le premier, ont voté la règle d'or en Allemagne. Je ne peux pas croire qu'il y aurait une telle incohérence, d'aller chez des socialistes allemands qui ont déjà voté la règle d'or et de revenir en France en tirant la conclusion qu'il ne faut pas voter la même règle d'or. Vérité d'un côté du Rhin, vérité de l'autre.

QUESTION -- Madame la Chancelière, on vient de le souligner, la participation du secteur privé ne sera plus de mise à l'avenir avec l'ESM, or cela avait été perçu comme un élément d'équité en Allemagne, à savoir que les banques assument aussi une part du risque. Comment voulez-vous maintenant expliquer que cet élément d'équité disparaisse à l'avenir ?

MME ANGELA MERKEL -- Je crois qu'il y a un petit malentendu, nous avons dit dès le 21 juillet, et tout le monde l'a accepté en Allemagne, que la Grèce était un cas particulier, un cas d'espèce et que cette décote volontaire était tout à fait exceptionnelle. Deuxièmement, nous avons dit que les questions de solvabilité seront réglées selon les règles du FMI, et le FMI a différentes approches avec des expériences historiques très différentes. Tout ce que nous disons, c'est que l'Europe ne doit pas être mise dans une position défavorable, nous devons suivre la jurisprudence du FMI et cela je l'expliquerai très facilement en Allemagne.

LE PRESIDENT -- Nous l'avons toujours dit, avec la chancelière, que le cas grec était un cas particulier. Et ce n'est faire injure à personne de dire que l'on ne peut pas comparer une grande économie comme l'économie italienne ou comme l'économie espagnole avec ce qui s'est passé en Grèce. Et ce que nous voulons avec la chancelière, c'est dire aux épargnants du monde entier qu'en Europe la règle c'est que l'on rembourse ses dettes, on réduit ses déficits, on retrouve la croissance et on rembourse ses dettes. Cela fait partie du retour à la confiance auquel appelait la Chancelière MERKEL.

MME ANGELA MERKEL- J'ajouterai ceci : on a bien vu que du fait de ce qu'a dit l'ancien Premier ministre Papandréou, sur l'organisation d'un référendum, a vraiment déstabilisé les marchés et c'est cela qu'il convient maintenant de dépasser parce que l'Europe veut tirer les enseignements de ses erreurs, elle veut renforcer la confiance et respecter ces règles d'or. C'est cela le message, c'est à cela que servent nos décisions. Nous allons à l'avenir suivre les règles du FMI, nous n'avons pas une Lex Europa qui déstabiliserait davantage les marchés vis-à-vis de l'Europe que ce n'est le cas sur les autres marchés.

QUESTION -- Ce que vous nous avez annoncé à l'instant, cet accord franco-allemand est pour le moyen/long terme un traité. Mais que prévoyez-vous pour le court terme ou voire le très court terme, faut-il par exemple s'attendre à une prochaine déclaration de Monsieur DRAGHI. Et puis question subsidiaire, puisque c'est aussi un sujet allemand sur le nucléaire, ce matin des militants de Greenpeace ont envahi une centrale nucléaire française, qu'est-ce que cela vous inspire Monsieur le président ?

LE PRESIDENT -- Sur le commentaire à faire sur ce que fera Monsieur DRAGHI, cela m'inspire exactement ce que nous avons décidé à Strasbourg. Aucun commentaire. Et sur l'initiative de ces militants, c'est assez irresponsable de prendre des risques avec sa vie et avec la vie des autres. J'ai dit que s'agissant de la sûreté nucléaire, nous publierons absolument la totalité des audits. La transparence, nous la devons aux Français.

MME ANGELA MERKEL -- Je voulais simplement ajouter un mot sur les actions à court terme. Nous vous avons donné déjà une date d'ici à mars le traité devrait avoir été bouclé et à ce moment-là les négociations et alors on verra à ce moment-là le cadre, la zone euro, avec ceux qui veulent s'y joindre et avec le FESF, nous avons peut-être moins de ressources que d'aucun en voudrait mais nous avons quand même 250 milliards d'euros avec beaucoup de flexibilité et moi je suis prête à voir comment cet argent peut être en œuvre en liaison avec le FMI. Nous ne sommes pas opposés à des solutions et bien entendu, nous œuvrons pour le retour de la confiance auprès des investisseurs.

QUESTION -- Une petite question de précision sur le calendrier. Espérez-vous obtenir dès le Conseil européen de cette fin de semaine une sorte d'accord de principe de la part de vos partenaires. D'autre part, vous avez évoqué la mise en place d'un nouveau traité en mars, combien vous donnez-vous pour juger, le cas échéant, que l'accord à 27 n'est pas possible et qu'il faut donc passer à des négociations à 17 ?

LE PRESIDENT -- Dès jeudi. C'est très simple pour nous le calendrier, mercredi nous envoyons la lettre au Président VAN ROMPUY, jeudi et vendredi nous entendons obtenir la totalité des propositions que nous faisons et nous verrons à ce moment-là par un tour de table s'il y a lieu de passer par le traité à 27 ou par le traité à 17.Nnotre volonté c'est d'aller à marche forcée pour rétablir la confiance dans l'euro et dans la zone euro. Voilà, nous n'avons pas le temps, nous sommes conscients de la gravité de la situation et des responsabilités qui pèsent sur nos épaules. Donc les choses sont claires, le plus vite qu'il est possible sur la base de cet accord entre l'Allemagne et la France, ouvert aux autres.

MME ANGELA MERKEL -- C'est tout à fait cela et bien entendu nous allons parler avec le Parlement européen, lui présenter nos projets pour qu'il n'y ait pas de malentendu mais nous sommes absolument déterminés à ce que ces décisions soient prises lors du prochain Conseil européen.                     



COMMUNIQUE PRESIDENCE PALAIS DE L'ELYSEE  FRANCE: Tous droits réservés. 

Photographies: Tous droits réservés pour tous pays.

Sunday, December 4, 2011

So Many Priorities, Never Enough Money


80-10-10: That is the budget we strive to achieve in our household. Live on 80%, save 10%, give 10% of our time, talents and treasure. We are not there yet but every year we get closer. Coming to the end of this year and heading into the next, we find that we have had, and will continue to have, more priority family fun than we originally budgeted for. How do we balance our priorities and our income?
  • Want to pay for it in cash and continue to keep our credit card balance at zero each month? -Yes
  • Want to take out of our savings or reduce our savings rate? -No
  • Consider backing down on our giving? -No.
Ideally, we should bring our life style within the limits of that 80%. Selling off an asset, such as an extra automobile, is one option we discussed. We have three vehicles (car, truck, van) between two drivers. For the most part, the truck and the van sit in the garage as we typically car pool. Why is it hard to part with assets we seldom use even though they cost us money? Even if a vehicle is paid for, it still costs you in maintenance, license, insurance and depreciation.

It’s hard. Yes, a van is handy at times and we love ‘Chitty’, with her ‘Truly Scrumptious’ navigation voice and leather, heated seats, back-up camera and warning sounds when her bumper gets close to another object – which makes parking in tight spots such a breeze. We named her ‘Chitty-Chitty-Bang-Bang’ because with her laser speed control, we felt she practically drove herself.

To balance our budget, do we:
Take from savings? Take from giving? Carry a credit card balance? Sell Chitty? Change spending habits elsewhere?


Whether you are striving to live on 90% of your income and save 10%, or aiming for the 80-10-10 split --how do you keep an every changing lifestyle balanced and in budget?  What recommendations do you have?  Thank you for sharing.

Saturday, December 3, 2011

Zone Euro: Sarkozy ...pour un dernier tango avec Angela?

Tags
"Angela Merkel, pour l'union de la stabilité..."





Une semaine bien lourde...  La Zone euro reste suspendue au prochain tango, celui d'un président français et cette chancelière allemande, "Une Angela Merkel qui serait toujours plus droite dans ses bottes..."

Dans les couloirs d'un certain château, on ne cache plus son impatience: "A force de ne plus rien (pouvoir)  décider, on va se mettre tout le monde sur le dos! Et pour l'heure, on va droit dans "le nouveau mur"de Berlin..." (...)" Plus Angela nous résiste, plus sa cote de popularité augmente outre-Rhin, problème, ici , c'est pas la même pour le boss!"  En effet depuis qu'un certain bras de fer s'invite dans le couple franco-allemand, on ne sait plus trop comment faire pour apporter des éléments de langage qui puissent "résister à une certaine germanophobie qui s'installe France."  Car la situation perçue en France commence à faire des vagues au delà des seules digues du couple franco-allemand.  Dans la Zone euro, on trouverait toujours plus "autoritaire"  la suprématie allemande. Inflexibilité sur les épineuses questions de la mutualisation de la dette tout comme pour voir  s' impliquer d'autant plus  la Banque centrale européenne qui pour certains, serait "sanctuarisée sur l''autel de la nouvelle "Germania"... Facilités de langages qui ne résisteront pas au populisme ambiant d'une Europe en pleine crise, à force de dire non,  ou plutôt "nein" pour tout "ou presque...", le peuple est à bout de souffle... Comment faire confiance à des chefs d'états qui multiplièrent les dettes de façon aussi abyssale?

Pour les allemands, une seule ligne directrice: "L'Union de la stabilité!" Angela Merkel s'est exprimée devant son parlement, le Bundestag:"Nous ne parlons pas seulement d'une union budgétaire, nous sommes sur le point de la réaliser"...   A Londres, son de cloche bien différent: "Les allemands jouent la montre, leur puissance est toute relative (dans cette partition), ils ne pourront maintenir une telle pression!  Un nombre important de pays sont pour les Euro-obligations,  cette indispensable mutualisation de l'ensemble des dettes de la Zone euro, une forme de mutualisation des forces pour aider au retour d'une normalisation des faiblesses actuelles, les Allemands plombent les chances de croissance de leurs voisins pour conserver un certain leadership, la ficelle devient un peu grosse!" Le Premier ministre ministre britannique David Cameron a expliqué à Nicolas Sarkozy, avec qui il a eu un déjeuner de travail vendredi, qu' "il n'était pas favorable à un changement des traités européens".

Angéla Merkel ne se démonte pas face au flot des critiques, elle enfonce un certain clou: "Une union budgétaire avec des règles strictes, au moins pour la zone euro". "L'élément central" de cette "union de la stabilité" voulue par l'Allemagne sera "un nouveau plafond d'endettement européen" dont elle veut voir les traités refléter toute la rigueur... "J'ai la ferme intention de convaincre nos partenaires de cette nécessité de changer les traités européens pour y ancrer plus de discipline budgétaire!" Assurant qu' "Il n'y a pas d'alternative à un changement des traités", renvoyant la question sur les euro-obligations aux calendes grecques en refusant de croire que cette solution puisse faire obstacle à la crise actuelle, elle affirmera aux députés allemands son rejet total de cette solution: "Quiconque n'a pas compris qu'elles ( les euro-obligations ) ne pouvaient pas être la solution à cette crise, n'a pas compris la nature de la crise"... Nicolas Sarkozy devra comprendre la leçon Merkel lors du prochain tango à Paris... Lui qui "ne sera jamais parvenu à vendre sa règle d'or..."(...) "Ce n'est pas faute d'avoir fait l'article!"


A Paris, on garde son calme, lundi  matin, "On regardera d'abord la courbe des taux d'emprunts qui  permettent à l'agence France Trésor de financer les besoins de la maison France..." ensuite devant le café, on s'attaquera aux câbles diplomatiques et "à l'indispensable exercice de la presse..."  On sait que le 9 Décembre prochain, nombreux sont ceux qui attendent les "...toujours plus précieuses" annonces du couple franco-allemand." Maintenant, il faut savoir, qui des allemands ou des français, seront en mesure d'imposer les meilleurs signaux? Car ce lundi 5 Décembre, ils devront s'entendre pour aligner le programme du 9 décembre. Une feuille de route qui se doit claire, précise, "après quoi,  le tango se fera avec un pas en avant, ...ou deux en arrière?"  A suivre.











Photographie: Tous droits réservés

Look Who’s Trying to Collect from Beyond the Grave


What happened to your debts when you die? As seniors increase their debt during retirement, you should know what happens to debts when you die.  According to FoxBuisness.com“Nearly 40% of all seniors say they have accumulated debt in their retirement years with no plans to pay it off in their lifetime.  Are the heirs and next of kin responsible?

There is not an easy answer and it all depends on the situation.  The first thing to do in all cases is to notify all creditors of the death. Normally, the estate and the executor who handles the estate will liquidate the assets, pay creditors and distribute the proceeds according to your last will and testament or it will be distributed according to state laws.

If there is not enough money to pay all creditors, the general order of who gets their money is:
1.  Funeral expenses, taxes and administrative fees
2.  Secured creditors such as mortgage loans, car loans, etc.  These creditors have the rights to the assets securing the loan.
3. Unsecured creditors…if there is any money left.  If there is no money left, the creditor will contact the co-signer and the co-signer is legally responsible for the debt.  If the debt was just in the deceased name, most credit card companies will write off the debt.
 
However, more and more credit card companies are outsourcing their collections and contacting the next-of-kin trying to collect based on “moral obligation.”  Saturday’sWall Street Journal has an article describing how collection firms are targeting survivors to try to collect at least some of the debt.  According to this article, “Collectors are starting to realize just how much money you can get from someone when they are at their most vulnerable.” Many survivors pay some or all of the debts just to stop the collectors from calling and bringing on recent memories of the deceased, even though they are not legally obligated to pay.

Here are some of the facts you should know:
  • The Credit Card Accountability, Responsibility and Disclosure (CARD) Act of 2009 prohibits creditors from charging late fees or annual fees during estate settlement.
  • Not all monies are available to creditors.  Retirement accounts such as 401(k)s and IRAs don’t pass through the estate, but go directly to the beneficiary.
  • Under the FairDebt Collection Practices Act , collectors cannot do the following:
  •  Call before 8:00 a.m. or after 9:00 p.m.
  •  Call at work if you ask them not to
  • Harass you, use obscene or profane language or threaten the use of violence or other criminal means to harm you, your reputation, or your property
  •  Conceal his or her identity on the phone
  • Lie or falsely imply that you have committed a crime
  • Disregard a written request from you to cease further contact
  • Falsely represent the amount, character or legal status of debt
  • Continue to contact you if you ask them in writing to stop

If you feel you are being harassed, contact your state’s Attorney General’s office and the Federal Trade Commission with the details of the phone call or harassing activity.  You may not be liable for the debt and you have rights to keep you from being harassed.

Thursday, December 1, 2011

Congo/Elections: La nouvelle RDC, un modèle éthique pour l'Afrique? (Exclusif)

Tags




          République démocratique du Congo: "Un regard plein d'espoir!"

       
L'histoire de la république démocratique du Congo (RDC) est-elle vraiment ce futur modèle d'une possible démocratie éthique?  La question reste posée, alors que le pays est enferré dans une normalisation de ses fondamentaux, "Finance Offshore", premier site de l'espace francophone international sur la finance offshore s'intéresse au dossier en s'invitant dans le débat politique des actuelles élections.

La communauté financière internationale observe cette nouvelle partition qui se joue entre inquiétude et résignation, ceux qui sont souvent accusés de tirer un certain profit des troubles du pays, n'hésitent plus à monter au créneau pour dire leurs vérités...

Parler de la RDC (république démocratique du Congo), s'est s'intéresser au nerf de la guerre, c'est à dire les richesses de ce pays qui cumule le triste avantage de disposer de nombreuses et précieuses matières premières dans un environnement instable politiquement, économiquement et donc ...humain.  Un pays qui peut se prévaloir de disposer d'autant de réalités que de vérités, pour certains, en bonne voie, pour d'autres,  inscrit dans un véritable jeu de dupes.  Bien que riche de ses nombreuses ressources naturelles, le peuple s'enfonce dans une misère toujours plus grande.  Le pays est dans une logique improbable de normalisation,  "Ce n'est pas tant par les efforts de ses rares acteurs de la vie civile et publique, voir tout autant indispensables, que ceux de ces quelques rares acteurs économiques étrangers qui répondent véritablement aux standards internationaux, éthiques, et comme pour la finance, en possible logique de normalisation. Ici la logique de la rentabilisation reste acquise au modèle néo-colonial... Un modèle clanique qui fonctionne en pilotage automatique, sans véritablement se rechercher un pilote, toujours plus loin de l'image d'un véritable chef d'état digne de cette appellation! On passe d'une dictature de MOBUTU à celle d'une dictature édulcorée d'un Kabila, sans jamais atteindre l'idéal d'une démocratie."   La RDC doit se reposer sur un nouvel équilibre, mais peut-on faire du nouveau avec des règles d'un autre âge? Peut-on porter un espoir avec des recettes qui s'étiolent, maintes fois soulignées pour  leurs nombreuses carences, devenues à l'international comme notoires incohérences? "Le plus compliqué dans ce pays, c'est la formidable pratique d'une corruption érigée en quasi modèle de vertu. Ici on tient un double langage permanent, en public on parle "redistribution des richesses", en privé, un travail sous cap,  instrumentalise toutes les relations entre les différents acteurs de cette partition..."(...) "Ils sont nombreux et divers, la situation géologique du pays croise la réalité géopolitique dans un ensemble explosif, qui tient souvent bien plus à un fil, ou bien plus encore à des ficelles toujours plus grosses..." Comme celles des nouveaux seigneurs de la guerre qui perpétuent les vraies fausses transitions démocratiques? "...maintes fois avortées dans le ventre d'une démocratie à l'agonie qui se doit crier famine!"

Une république de marionnettes? 

"Ici pour avoir bonne mine en politique, il faut faire des recettes...", et la recette justement, ce sont les mines et ses nombreuses concessions, celles qui font  l'histoire de cette démocratie, mais  "...parfois la défont tout autant!".  Dans ce pays chacun veut "sa" part de " la galette ", autrefois extensible, aujourd'hui "se resserrant telle une peau de chagrin, les investisseurs ne veulent plus perdre des plumes! Il faut dire que d'importants revers en RDC laissent -encore-  des traces..." 

De tentatives louables en renoncements successifs, il y a une réelle malédiction sur ce pays. Un extraordinaire concours de circonstances qui voit à présent ses réalités "toujours plus décrétées en bourses, bien qu'ici, faisant parfois force de bonnes volontés, on monte courageusement au créneau pour sortir de la panade, mais c'est bien la bourse, qui nous redescend à la cave!..." Car dans les salles des marchés, on y réfléchit à deux fois! L'instabilité du pays fait peur et logiquement, fait toujours plus réfléchir... comme  tous ceux qui voyaient "la bonne affaire dans la RDC!". Du coup , on s'intéresse bien plus aux nombreuses enquêtes d'ONG internationales qui ne manquent pas de souligner les nombreuses atteintes aux droits de l'homme, "...y compris sur les conditions de travail dans les mines qui pour la plupart sont  des joint-ventures aux capitaux étrangers..." et plus pragmatiquement, à cet ensemble d'approximations des autorités qui sont dans l'incapacité flagrante de sortir de ce modèle "...à bout de souffle!" Il faut que le pays travaille dans un esprit de concorde, puisse mettre enfin en place "des commissions salutaires ouvertes aux observateurs de la communauté internationale, pour que la constitution de cette république  -enfin- dispose d'un plein respect des lois" sur "la bonne conduite qui devra faire force aux recommandations des différentes institutions internationales", une constitution remaniée qui donnera la ligne directrice au retour d'une véritable "...concorde nationale, démocratique!" 

Un indispensable objectif qui devra permettre " ...la fin d'un certain gâchis!", celui qui plombe toute la démocratie, son peuple, et finalement plus grave pour l'avenir immédiat, " ...les nombreux acteurs financiers qui s'impatientent de voir une sortie vers le haut!"

"L'intérêt est collectif, il n'est pas impossible, les modélisations  macro-économiques sont formelles, en RDC, on pourrait faire un modèle...  pour toute l'Afrique!" Pour ce faire il faut justement "... que l'équité devienne un axe de réflexion collective",(...)  "Il en coûtera certainement beaucoup à ceux qui devront lâcher et donc faire de multiples concessions, mais il n'est pas impossible que tous les acteurs s'y retrouvent à bon compte!"(...)"Sans cette initiative, il faut s'attendre au pire, la RDC ne pourra survivre aux faux-semblants!"(...) "On pourrait se prendre à rêver d'une opération  qui impliquerait des institutions internationales qui conseilleraient et encadreraient une opération d'envergure pour mettre à plat toute la situation. Mais comment y croire encore, des essais avec des organismes internationaux sont parfois initiés, mais très rapidement sacrifiés sur l'autel d'intérêts... très  particuliers! "


Casino

Il est clair que pour les marchés, miser sur une instabilité perpétuelle, place un curseur  dans une logique toujours plus risquée.  Comme on le dit au Congo: "Nos investisseurs ne veulent plus partir en croisière sur barque qui prend l'eau..." et pour cause... Si le pays fait ce travail de vérités, il aura un certain retour sur investissement, pour l'heure, " ...à part quelques acteurs dédiés qui font force à l'histoire même de cette république, il n'y a pas de réelles ouvertures notables". Il faut une organisation qui puisse sortir de la logique d'un certain pillage érigé, volontaire...    Drame organisé comme une règle qui fige l'histoire d'un peuple dans cet immense gâchis, toujours plus grand. "Les analystes se posent souvent la question de la logique de la RDC, il n'est pas rare de conclure à un résultat catastrophique", on peut d'ailleurs lire des rapports confidentiels d'analystes financiers toujours plus édifiants: "Investir dans la RDC, c'est jouer au casino, ni plus, ni moins, et comme tous les jeux de roulettes, un jour sa passe, l'autre, la roue vous écrase la..........!" (...) "La république est loin de faire tous les possibles pour s'en sortir, elle donne l'illusion avec quelques gages, rien de plus! Le courage n'est pas encore le modèle acquis..."(...) Il faut un plan d'infrastructures, travailler sur l'efficience des réseaux de communication, un comble que de voir un pays si grand toujours enclavé, s'attaquer aux problématiques de l'intégration sociale, l'éducation doit redevenir la priorité, la santé, et le droit des travailleurs doivent devenir les objectifs de ces échéances démocratiques." Le pays revient de loin, mais comme le soulignent des experts: "La RDC peut devenir un modèle pour l'Afrique, il y a un formidable potentiel,  "... les matières premières ajoutées au capital humain d'une démocratie toujours plus impatiente de renaître?

La république démocratique du Congo, c'est aussi  l'histoire liée au royaume de Belgique mais pas seulement... "Une époque révolue, mais il n'est pas interdit de faire bonne place à ce qui marchait ou peut encore représenter un socle en partie stable, car sans savoir d'ou l'on vient, il est bien difficile de savoir ou aller!" Formule bien évidente en occident, mais en Afrique, on peut rarement construire sans une thématique fédératrice, " ...l'image d'une puissance passée peut jouer dans les esprits!" (...) "Le grand paradoxe de la RDC, c'est bien son histoire, celle d'une véritable boîte à outils qui mélange des hauts et donc des bas... La référence à la Belgique enferme parfois les esprits dans le débat du "néocolonialisme à géométrie variable", l'esclavagisme est un mot qui revient souvent! Les nouvelles élites ne manquent pas d'entretenir cette vérité historique, mais dans la coulisse, ces mêmes gens roulent pour qui?"(...) Ici des gens, comme Forrest, (un nom qui revient souvent dans les discussions), sont parfois marginalisés dans cette image, pourtant, autre grand paradoxe, " ....ce genre de "clans" traversent toujours les nombreuses révolutions du pays, il doit y avoir une raison, pas seulement historique." (...)  La difficulté, serait de savoir ce qu'on peut gagner " ...sans jamais vouloir savoir ce qu'on se refuse à perdre !"(...) "Même si l'homme d'affaires (comme peut l'être Forrest) est bien  loin de représenter un bilan négatif pour le pays, il est un parfait partage entre fascination, et l'exemple d'une certaine "mainmise" sur les fondamentaux de ce pays. Ici c'est en partie l'histoire de Forrest, qui par l'extrême longévité de ce nom lié à l'histoire matricielle du Congo,  non loin, ce sont d'autres grands groupes internationaux qui font force d'immixtion dans le jeu politique de ces  partitions... toujours plus évidentes." (...)"Une entreprise économique dans cette partie du monde, c'est bien souvent un jeu de cruels partages pour préserver l'image d'Epinal  d'une démocratie réelle, la RDC doit revenir à un équilibre qui doit permettre le retour à l'équité. Si Kabila veut sortir son peuple avec la même sincérité que supposent ses premières actions ainsi affichées, il y a un boulevard royal pour les réformes!"


Faut-il croire aux belles paroles?

La difficulté de la RDC, est bien celle d'un état qui "...conjugue différentes réalités sociétales!",  d'un état qui frise parfois l'irrationnel, "tenir toutes ces réalités dans un ensemble cohérent" (...)  " ...ne se fera jamais par décret!"  Pour entrevoir une sortie vers le haut, il faut que les élites regardent vers ce même haut, un certain renoncement aux facilités devenues coutumes. Le ciment de cette république est son peuple, l'avenir, incontestablement ses enfants, leur éducation... Pour les économistes, les analystes en salle des marchés, l'équation est bien moins évidente, ce sont pour l'instant les "warning" qui tiennent le haut d'un certain pavé... "On voudrait bien croire en si belle fable, mais rien ni personne de crédible pour nous rassurer!", le jeu de la mondialisation et ses nombreux effets pervers touchent plus que jamais "la nouvelle" RDC. "C'est faire honneur à ceux qui dans un certain quotidien, se battent courageusement en RDC,  sans relâche vers cet objectif, (une démocratie exemplaire) il n'est pas inutile de leur dire qu'en Europe, contrairement aux idées reçues en RDC, dans des salles de marchés, on regarde avec attention la place qui leur sera réservée dans cette nouvelle redistribution des cartes!" Nous savons aussi qu'en RDC, une majorité silencieuse, composée de brillantes personnalités sont écartées des cercles du pouvoir." (...) "Qu'ils se rassurent, la situation économique mondiale est telle, qu'ils nous sera difficilement possible de faire l'impasse sur ces nombreuses vérités... (...) Les tristes effets de la crise de 2009 et ses suites, (ndlr: crise mondiale, crise des matières premières du précédent "yoyo" du cuivre, du cobalt... De nombreux actionnaires ou fonds de pension devaient boire la tasse!) nous ne feront pas l'impasse sur ces approximations qui resteront d'autant plus cuisantes dans les mémoires... pour ce qui est de la RDC, les investisseurs responsables passeront aux cribles ses nouvelles attentes, ...à bon entendeur!" Le modèle de coalition sous l'égide de la Communauté internationale que porte Joseph Kabila semble toujours plus se résumer dans un partage du pouvoir avec des ex-seigneurs de la guerre et certains pouvoirs locaux, "Ce qui devait faire sa force sera bien sa principale faiblesse, chacun campe sur son pré-carré!" Sans prise de conscience, une logique qui ne tiendra pas longtemps...    


Optimisme?



Comment les médias locaux traitent-ils la question des ressources naturelles? Dans ses recherches, "FINANCE OFFSHORE" s'est logiquement intéressé au traitement médiatique de la question. Dans un communiqué en date du 24 novembre 2011, l'ACP (Agence congolaise de presse) fait son "bilan" de la problématique...


COMMUNIQUE DE PRESSE (ACP)

Les ressources naturelles, une véritable chance et une source de conflits pour la Rdc...


Kinshasa, 24/11/2011 / Economie

Les ressources naturelles constituent un enjeu majeur sur lequel se joue le destin de la République démocratique du Congo.
« Les ressources naturelles sont une véritable chance pour la République Démocratique du Congo et une source persistante des conflits et des guerres dans la région des Grands Lacs », a déclaré mercredi le coordonnateur national de la Conférence internationale sur la paix, la sécurité, la démocratie et le développement dans la région des Grands lacs, Beaudouin Hamuli Kabarhuza.

M. Hamuli a fait cette déclaration lors de la clôture de l’atelier des journalistes sur la lutte contre l’exploitation illégale des ressources tenu du 22 au 23 novembre dans la salle de conférence de l’Eglise du Christ au Congo.

L’orateur a invité les journalistes congolais à s’approprier le protocole sur la lutte contre l’exploitation illégale des ressources naturelles, du 30 novembre 2006, qui recommande aux Etats membres de disposer librement de leurs ressources naturelles.

Il a insisté sur le fait que tout contrat d’investissement portant sur les ressources naturelles respecte scrupuleusement le principe de souveraineté et les lois de chaque Etat membre. « Tout contrat doit respecter les dispositions du présent protocole, l’Acte constitutif de l’Union africaine, la Charte des Nations Unies et les instruments juridiques nationaux et internationaux pertinents », a-t-il ajouté.

Le coordonnateur national de la CIRGL a sensibilisé les journalistes à accorder une place de choix dans leurs médias au traitement de l’information sur la lutte contre l’exploitation illégale des ressources naturelles. Il a estimé qu’il existe un lien entre l’exploitation illégale des ressources naturelles et la persistance des conflits dans la région.

Il a, par ailleurs, préconisé une gestion nationale et responsable des ressources naturelles pour qu’elle puisse avoir un impact sur le bien-être des populations congolaises et dans la région des Grands lacs.

Un enjeu majeur pour le destin de la RDC

M. Baudouin Hamuli a reconnu que les ressources naturelles constituent un enjeu majeur sur lequel se joue le destin de la RDC, en appelant les Congolais à se hisser à un niveau de responsabilité dans la gestion des ressources naturelles de leur pays.

L’or, le coltan, le wolframite et le cassitérite ont alimenté l’économie de guerre dans l’Est de la RDC, a-t-il relevé, indiquant que le jour où les Congolais prendront conscience de l’importance du secteur minier et exerceront un contrôle efficace pour qu’il soit réellement capable de créer des richesses, ils influenceront la marche du monde et exporteront leurs minerais avec une plus-value, sans que les prix ne leur soient imposés en fonction des intérêts des sociétés minières et des mercuriales minières internationales.
Il a invité les médias à un véritable travail de sensibilisation et d’information afin que les acteurs étatiques et non étatiques puissent avoir une meilleure gestion des ressources naturelles pour aboutir à une stabilisation dans la région des Grands lacs.

Seule une gouvernance minière efficace permettra aux Etats des Grands lacs de gagner de l’argent pour assurer le bien-être et le développement dans la région, a-t-il souscrit.



Redistribution des cartes...

Pour de nombreux experts, le partage de la "galette" n'est pas sans poser quelques difficultés pour les investisseurs privés, qu'ils soient institutionnels au "sens très local du pays",  (c'est à dire en fonction de leur longévité sur le territoire), ou de la qualité acquise de leur relation passée avec l'ancien gouvernement, et logiquement,  nouveau gouvernement...

Le partage s'opère entre l'état et ses provinces "aux pouvoirs purement locaux qui dealent en direct avec les nombreux satellites des opérateurs privés".  Gécamines, serait pour certains observateurs un "bras armé" de la partition qui se joue, c'est d'une certaine façon le noyau de cette nouvelle guerre "d'une redistribution actuelle des cartes..." Lire (*en fin d'article)  le communiqué du groupe Malta Forrest est intéressant à double titre, il permet de voir la tension palpable et "les rivalités qui se font jour", de là on peut  "Imaginer des règlements de comptes en cascade, telle est la promesse de ces derniers bouleversements et autres élections..."

Le climat de relative stabilité politique ne serait que pure fiction, dans la coulisse se jouent des intérêts très particuliers, des pressions pointent et il n'est pas rare de voir les premiers effets d'un modèle qui trouve plus que jamais  sa limite... "Le problème, c'est la cible de cette redistribution des cartes, il y a beaucoup de rêves qui prédisent des revers... (....) A force de se perdre dans des conflits, la RDC risque bien de perdre une belle occasion de regagner la confiance des autorités internationales, des acteurs de l'économie.  Il faut trouver un équilibre qui repose sur l'équité. Changer uniquement les acteurs de cette partition pour reproduire les mêmes erreurs serait un bien mauvais calcul..."  

"FINANCE OFFSHORE" ne se risquera pas à vous donner son sentiment sur le fond d'un tel défi, les clefs de cet incroyable destin qui se construit, "au jour le jour"... Cependant, il est intéressant de voir les évolutions de cette république. Imaginer que ce pays serait figé à jamais dans des logiques de conflits serait injuste pour son peuple, qui ne l'oublions jamais, est bien la première ressource naturelle sur laquelle doit miser la RDC... Le fameux capital humain, celui qui ne sert que de triste variable d'ajustement pour asseoir si flagrante injustice.... 

Pour comprendre les conflits qui minent la RDC...


-*Voici les communiqués évoqués par nos sources...

COMMUNIQUÉS/ ENTREPRISE GÉNÉRALE MALTA FORREST (EGMF)...




Lubumbashi, le 2 septembre 2011
EGMF veut poursuivre ses activités au sein de CMSK

Ce jeudi 1er septembre 2011, des rumeurs se sont répandues dans la Ville de Lubumbashi. Celles-ci font état d’une volonté de l’ENTREPRISE GÉNÉRALE MALTA FORREST (EGMF) de céder ses participations dans la COMPAGNIE MINIÈRE DU SUD KATANGA (CMSK) à la GÉCAMINES. La COMPAGNIE MINIÈRE DU SUD KATANGA est un partenariat minier associant l’ENTREPRISE GÉNÉRALE MALTA FORREST et la GÉCAMINES, les deux sociétés en détenant respectivement 60% et 40%.

L’ENTREPRISE GÉNÉRALE MALTA FORREST réfute catégoriquement avoir l’intention de céder à la GÉCAMINES, ni à personne d’autre, sa participation de 60% dans la COMPAGNIE MINIÈRE DU SUD KATANGA.

Par contre, l’ENTREPRISE GÉNÉRALE MALTA FORREST confirme être confrontée à une tentative manifeste de la GÉCAMINES visant à la déposséder de force et illégalement de la totalité de sa participation de 60% dans la COMPAGNIE MINIÈRE DU SUD KATANGA.

Pour ce faire, la Gécamines a été jusqu’à donner des informations fausses et incomplètes, et à manipuler plusieurs magistrats congolais.

Face aux refus répétés de la GÉCAMINES d’engager un dialogue serein, l’ENTREPRISE GÉNÉRALE MALTA FORREST s’est vue contrainte, le 24 août 2011, d’introduire une procédure d’arbitrage auprès de la Cour Internationale d’Arbitrage de la Chambre de Commerce Internationale, à Paris, conformément aux termes du contrat liant les deux sociétés au sein de la COMPAGNIE MINIÈRE DU SUD KATANGA.

L’ENTREPRISE GÉNÉRALE MALTA FORREST espère la reprise de discussions entre partenaires, au sein de la COMPAGNIE MINIÈRE DU SUD KATANGA. En ce sens, l’ENTREPRISE GÉNÉRALE MALTA FORREST appelle la GÉCAMINES afin que cette dernière agisse de manière raisonnée, conformément à la Constitution et aux lois congolaises, de même qu’aux termes du contrat liant les deux sociétés.

L’ENTREPRISE GÉNÉRALE MALTA FORREST fait également appel aux plus hautes autorités de l’État afin qu’ils raisonnent la nouvelle direction de la GÉCAMINES et que cesse cette situation de non-droit, en tous points contraire aux efforts consentis ces dernières années par le Gouvernement de notre pays, la République Démocratique du Congo. Le comportement de la GéCAMINES détériore gravement le climat des affaires dans notre pays et suscite de grandes inquiétudes à l’étranger.

L’ENTREPRISE GÉNÉRALE MALTA FORREST déplore d’autant plus l’attitude de la GÉCAMINES que des investissements sans précédent étaient prévus à court terme. L’ENTREPRISE GÉNÉRALE MALTA FORREST organise le financement d’un très important projet de l’ordre de 250 millions USD dans la COMPAGNIE MINIÈRE DU SUD KATANGA. L’ENTREPRISE GÉNÉRALE MALTA FORREST s’étonne que le GÉCAMINES tente de la déposséder de force et en toute illégalité au moment-même ou nous initions des procédures de financement pour la construction d’une usine métallurgique de haute technologie en République Démocratique du Congo.

L’attitude de la GECAMINES met cet investissement en péril, menace l’emploi direct de 600 personnes et indirect de plusieurs centaines de personnes, sème l’inquiétude dans des milliers de familles au Katanga et parmi les bénéficiaires d’une série de projets sociaux qui bénéficient à tous (écoles, dispensaires, maternité…).



Lubumbashi, le 15 septembre 2011...




Recommandation de l’Assemblée Provinciale du Katanga


L’ENTREPRISE GÉNÉRALE MALTA FORREST (EGMF) a pris connaissance de la recommandation de l’Assemblée Provinciale du Katanga relative « au conflit » opposant le GÉCAMINES à EGMF dans le dossier de la COMPAGNIE MINIÈRE DU SUD KATANGA (CMSK), ainsi que du courrier de son président, son Excellence Antoine Gabriel Kyungu Wa-Ku-Mwanza, au Gouverneur de la Province du Katanga, son Excellence Moïse Katumbi Chapwe.
L’Assemblée Provinciale du Katanga y appelle à une convocation « dans un bref délai » des deux partenaires afin que des « négociations autour d’une table » soient privilégiées, ceci notamment dans le souci de préserver l’emploi.
EGMF souligne la pertinence et la sagesse de cette recommandation, en tous points conforme à son avis et à ses récentes initiatives. L’emploi et la situation sociale au Katanga sont des préoccupations quotidiennes pour EGMF.
EGMF privilégie le dialogue et l’a publiquement répété à de nombreuses reprises ces dernières semaines. Elle répondra favorablement à une invitation en ce sens.
EGMF entend poursuivre ses activités au sein de CMSK et y assurer de nouveaux investissements.
EGMF refuse toute tentative de la déposséder de force et en toute illégalité des 60% des parts qu’elle détient dans CMSK. Cette tentative brutale de la GÉCAMINES est une menace directe pour la réputation internationale de notre pays, la République Démocratique du Congo. Elle décrédibilise les efforts constructifs consentis par les autorités nationales congolaises pour l’amélioration du climat des affaires.
L’attitude de la GECAMINES crée une instabilité socio-économique au Katanga.

Elle met 600 emplois directs et des centaines d’emplois indirects en péril.

Elle inquiète des milliers de bénéficiaires Katangais de nombreux projets sociaux, dans les domaines de l’enseignement et de la santé, financés par EGMF.
Elle empêche la finalisation d’un important projet d’investissement dans une nouvelle usine de traitement métallurgique au Katanga sur lequel EGMF travaille avec d’importants partenaires internationaux.

EGMF continue à espérer que le dialogue puisse reprendre entre partenaires et appelle en ce sens la GÉCAMINES à un retour à la raison. C’est dans cet esprit qu’elle se félicite de la recommandation adoptée par l’Assemblée Provinciale du Katanga.






COMMUNIQUE GECAMINES...

COMMUNIQUE DE PRESSE 
La Générale des Carrières et des Mines Sarl confirme son projet de lancer, en Novembre 2011, les missions d’audit dans les sociétés minières qu’elle a constituées avec divers partenaires et communément appelées Joint-ventures ou partenariats de Gécamines.

Ces missions consisteront en une revue limitée de la bonne application, par ces joint-ventures, des conventions de création d’entreprises qui les lient à Gécamines Sarl. Elles ont été explicitement prévues dans ces accords d’association et seront ainsi exécutées avec le plein accord et la collaboration des partenaires concernés de Gécamines Sarl.

Cette revue limitée des joint-ventures couvrira, notamment, les domaines suivants de leur gestion : les investissements réalisés, le financement de ces investissements, la production, les contrats de fournitures et de prestations de services, la commercialisation de la production réalisée. Elle aura donc pour effet de garantir la meilleure mobilisation possible des revenus de Gécamines Sarl attendus de ses participations.

Il ne s’agira donc pas d’une nouvelle revisitation des contrats de partenariat minier conclus par Gécamines Sarl avec ses partenaires, cette opération étant close depuis l’année 2010.
Pour garantir l’objectivité de ces missions d’audit, Gécamines Sarl a lancé un appel d’offres international auprès des grands cabinets d’audit internationaux en vue de sélectionner parmi eux ceux qui seront chargés d’exécuter les travaux selon les standards internationaux. La sélection des offres reçues va bientôt être finalisée et les choix de Gécamines Sarl seront communiqués à ses partenaires qui avaient, par ailleurs, déjà été avisés des missions de contrôle depuis le mois de Juin 2011.

Fait à Lubumbashi, le 30 septembre 2011

Kalej Nkand
Administrateur Directeur Général



Communiqué de presse: ACP (Agence congolaise de presse).
                                          Tous droits réservés pour tous pays.

Communiqué EGMF: Tous droits réservés pour tous pays.


Communiqué Gécamines: (Source diplomatique). 

                                             Tous droits réservés pour tous pays.
Photographie: Tous droits réservés pour tous pays.