Thursday, October 27, 2011

Is Student Loan Forgiveness the Answer?

President Obama announced changes to the “Pay As You Earn” plan on Wednesday, October 26, 2011 that would/could ease the repayment of student loans. According to the College Board, the average public in-state tuition rates are increasing 8.3 percent for the 2011-12 year.

President Obama pointed out that the average college graduate owes $24,000 in student loans and that the 2011 graduates have an average debt load of $27,300. USA Today reported that outstanding student loans will reach $1 trillion ($1,000,000,000,000) before the end of the year. Currently, student loan debt in America has surpassed credit card debt. Is this our next financial crisis?

The highlights of the “Pay As You Earn” plans or income-based repayment plans are to:
·        Start this option is 2012 (vs. 2014)
·        Cap student loan payments to 10% of discretionary income (vs. 15% )
·        Forgive any remaining balance after 20 years (vs. 25 years)
·        Support consolidation of direct government student loans with government-backed private loans helping an estimated 5.8 million people. This would essentially allow refinance the private loans at lower government rates.

According to a White House fact sheet, a teacher $25,000 in debt and earning $30,000 a year will see their payments reduced to about $114 a month.

Student loans do not go away in bankruptcy unless under extreme circumstances and it looks like this could be one alternative to help people who have a lot of student loan debt. Current repayment plans include the options of 1) Standard Repayment plan of 10 years with a minimum payment of $50.00; 2) Extended Repayment plan if you have more than $30,000 in Direct Loan debt -repayment over 25 years; 3) Graduated Repayment letting you start out with low payments and increase your payment amount every two years; 4) ‘income contingent’ and 5) ‘income-based’ repayment plan.

As you take on student loan debt, you have to decide if and how you will be able to repay your loan. These new changes may not be right for everyone, especially if you do not have a lot of student loan debt and you get a high paying job after graduation.

Borrow wisely, study hard, have fun and pick the right repayment plan for you.

Monday, October 10, 2011

Making Sense of Occupy Wall Street

As a business professor I am torn about the Occupy Wall Street protest (OWS).  On one hand, the capitalism and free market economy enable people to “pull themselves up from their bootstraps” and become wealthy by inventing, creating, developing and delivering new and creative products and services that meet a need.  Doing this at a price consumers will pay while making money is an art and science.  For those who have this talent and gift, should they not be compensated for taking risks?  Isn’t that what makes American business great?  This is the land of opportunity….right?  Just look at what the late Steve Jobs did to help make your life better.  We didn’t have to buy an overpriced MP3 player, but Jobs had the gift to make the i-anything what we as Americans wanted to buy.
On the other hand, I read about executive compensation in the millions while the business is laying off workers or not giving them a raise and I wonder how many line jobs those millions of dollars to one person could pay for. I wonder what is “fair” compensation for CEOs who run corporations.  Is anyone worth $1 million a year, $5 million a year, $30 million a year or even $4 billion a year? Does greed cause us to “bend” the rules, influence decision that our more about us and not so much for the greater good?  Is it the corporation that should be concerned with the greater good?  I can argue with myself all night long about these issues and not come to a clear conclusion. 

Maybe that is what I am struggling with the OWS protest, I don’t know exactly what they want and when they will be satisfied enough to unoccupy Wall Street.  I don’t know if they have clearly stated what they want to see changed. 

From my desk, here are my suggestions for clarity of goals:
1.      Deal with executive compensation and fair pay. Limit executive compensation to a times average salary.  Whole Food touts CEO John Mackey’s salary and cash bonus to no more than 14 time the average worker’s salary.  This should also include stock options and differed compensation.  If the people on top want a raise, everyone should get a raise. This may develop a sense of teamwork, community and doing good for everyone.

2.      Limit the amount of contributions to political campaigns, politicians, and political organization.  Isn’t America to be governed for the people, by the people?  Take the all corporations out of politics and limit individual contributions so no one can buy influence.

3.      Make the tax code fair.  When Warren Buffett is saying it is not fair that he pays less in taxes as a percentage of income than his secretary, things need to be changes.  We need to simplify the tax code by getting rid of loop holes to where anyone can do their own income tax.

I know that these three things take time to work through and have to be done through corporate boards and acts of congress. Maybe the Occupy Wall Street protest will grab the attention of the civil unrest in this nation and steps can be taken to save our democracy and do good for the greater good.

Sunday, October 9, 2011

National Document Shredding Day?

There is not an official ‘National Document Shredding Day’ yet … And maybe that’s ok, because it is a good habit to take on daily. If you do not own a shredder, watch for local ‘shredding’ days that may be sponsored by a local bank or your city. On September 30, 2011, the whole state of Tennessee sponsored a document shedding day to promote identify theft awareness.

What should you be shredding? Anything that may contain personal identifying information such as Social Security numbers, your address, date of birth or passwords, cancelled checks, check registers, bank statements or receipts, loan documents, mortgage documents, brokerage statements, school records, credit card, mortgage and finance solicitations, credit card statements, contracts, personal business papers, and credit applications.

Not only are you protecting yourself from identity theft or fraud, often the shredded material will be recycled into items such as commercial grade paper towels, toilet paper and other paper products.

Wednesday, October 5, 2011

Zone Euro Dexia: Crise des liquidités: "Il faut recapitaliser les banques!"

Tags
  La Zone euro passe de la crise de la dette à celle de son secteur bancaire...


Le futur possible démantèlement de la banque franco-belge (et luxembourgeoise) inaugure une série de crises dans le secteur bancaire européen. Alors que le Fonds Monétaire International "recommandait une recapitalisation urgente du secteur bancaire de la Zone Euro", les dernières évolutions de la crise de la dette "mettent à terre" cette première victime.

Un plan d'urgence entre 100 et 200 milliards d'euros

Rassurons immédiatement les clients sur les garanties d'une banque qui serait en situation proche de la faillite, qui, jusqu'à 100 000 euros, seront "payés" par le fonds de garantie de  l'état , au delà il s'agira bien "...d'une simple créance", c'est à dire "sans obligation légale et donc contractuelle envers le client... " Bien que Dexia soit clairement- à des années lumières d'un tel scénario catastrophe, en Belgique, hier, "quelques 300 millions" d'euros de dépôts sont -déjà- "retournés dans la poche de leurs propriétaires". La confusion étant de mise, ils sont nombreux, à s'inquiéter de la suite qui sera donnée à cette énième crise du secteur bancaire européen. "Celui  qui du coup  fragilise l'ensemble des institutions présentent en Zone euro".  Point de catastrophisme de notre part, tout juste une interrogation sur le fonctionnement de la Zone euro qui s'enlise dans cette crise de la dette. On peut raisonnablement s'étonner sur le peu de cas que les membres de la Zone euro semblent faire aux recommandations du Fonds Monétaire International "en temps et en heure..." Le Fonds monétaire international a concrètement suggéré ce mercredi "d'injecter entre 100 et 200 milliards d'euros dans les plus grandes banques européennes pour stabiliser le secteur".  D'ailleurs, de nombreux économistes s'étaient largement avancés sur la question de la recapitalisation du secteur bancaire: "Un besoin urgent, bien plus grave que le seul dossier des états qui frôlent le défaut de paiement"(...)" Une stratégie collective de l'ensemble des états de la Zone Euro doit s'imposer, la prochaine crise bancaire sera bien cette difficulté croissante pour se fournir des liquidités, néanmoins on peut déjà imaginer des structures de défaisance "mises rapidement en place pour extirper les produits "toxiques" des autres... , leur action sera essentielle pour préserver les banques en difficulté "et tous les véhicules financiers encore seins de l'activité primaire.".

Déconfiture

Car le cas Dexia trouve en partie son origine dans la relative défiance des marchés sur la capacité de réponse du secteur bancaire européen enferré dans le plan de sauvetage bis pour la Grèce, "Celui qui met le focus sur les difficultés chroniques du secteur bancaire européen qui manque cruellement d'une stratégie coordonnée des responsables politiques de l'Union européenne pour renflouer des établissements exposés."(...)" Dexia est la banque des collectivités en France et en Belgique, ses prêts et leur nomenclature spécifique ne pouvait que contribuer à une telle déconfiture, il est urgent d'associer cette dernière branche à des établissements plus solides et préserver les banques de réseaux qui sont en ligne directe avec les économies locales, des macros comme au Luxembourg ou en Belgique.."(...) Cet épisode Dexia sera un électrochoc qui deviendra vite salutaire pour l'ensemble des acteurs du secteur bancaire européen!"

Urgence

Pour l'heure, c'est la crainte d'un scénario comme celui de la crise du secteur bancaire comme celle qui devait s'installer à partir de la faillite de la banque Lehman Brothers aux États-Unis en 2008. Le risque est présent dans tous les esprits, "Il y a une urgence!". "C'est justifié, s'il y a un constat commun que les banques ne sont pas assez capitalisées, que l'on y procède, compte tenu de la situation actuelle sur les marchés financiers!" précisera la chancelière allemande Angel Merkel qui a exhorté les européens à accélérer les initiatives pour recapitaliser le secteur dans le contexte particulier ou le F.M.I s'inquiète toujours plus officiellement de la lenteur des européens,   le responsable du FMI pour l'Europe, Antonio Borges, a jugé dans ce contexte à Bruxelles qu'il était "plus que temps" que la zone euro trouve une solution à la crise de la dette, parlant "d'une risque de récession en 2012." 

Dans cet esprit, des informations du Financial Times évoquent que  les ministres européens des Finances "ont demandé au régulateur bancaire européen (EBA) de plancher activement" sur les éventuels besoins en recapitalisation des banques européennes  "dans l'hypothèse d'une importante décote de leurs titres grecs." Angel Merkel souhaite "voir ses partenaires établir des critères communs". "Pour les marchés, il est important qu'on aboutisse à des résultats"(...) "le temps presse et donc il faudrait que cela se fasse vite".

"Agir Vite"

Pour la chancelière, l'Allemagne est disposée à montrer la voie. "Le gouvernement allemand est prêt, si nécessaire, à réaliser une recapitalisation" des banques du pays a rassuré la chancelière, "en n'excluant pas que la question soit abordée au plus haut niveau, lors du prochain sommet européen à Bruxelles, les 17 et 18 octobre." Elle se dit déterminée pour convaincre le président français afin "d'agir vite" pour soutenir les banques lors de leur rencontre prévue ce dimanche à Berlin. Olli Rehn, commissaire aux Affaires économiques a prôné "une approche concertée, coordonnée en Europe"(...). "Le capital des banques européennes doit être renforcé afin de leur donner une marge de sécurité et ainsi de réduire l'incertitude sur les marchés."

Le deuxième plan de sauvetage  acté en juillet pour la Grèce n'est pas étranger à cette énième crise en Zone Euro. Ce sont donc les 109 milliards d'euros de prêts, auxquels s'ajoutera la contribution des banques créancières. Aujourd'hui elle touche le secteur bancaire  dont "il était prévu que les banques concernées  acceptent une dépréciation de leurs créances de 21% en moyenne." Mais Mme Merkel a de nouveau insisté ce mercredi que l'effort pourrait être "ajusté à la hausse" en raison de la dégradation de la situation économique du pays. De quoi amplifier certaines inquiétudes relatives au forum de l'Eurogroupe de Luxembourg, qui mardi, s'était soldé par un énième report de décision sur ce même plan grec pour "obtenir le bilan d'étape des experts de la troïka (FMI/BCE/UE), élément indispensable pour juger des efforts du gouvernement grec...".(...)  Il faut dire que les discussions se portèrent sur la crise de la banque Dexia, dont l'annonce des difficultés devait déplacer le centre de gravité de la crise de la dette et donc du plan grec sur la question des liquidités des banques européennes et l'urgence d'une recapitalisation concertée du secteur au plus haut niveau..."(...) L'urgence était palpable dans les différents conciliabules de ce forum de l'Eurogroupe, tout y est passé comme l'abaissement de la note de l'Italie qui devient une cible alors que Dexia étant privée de liquidité pour son fonctionnement s'oriente vers un démantèlement que soutiennent la France et la Belgique." Nous souligne un haut diplomate. On s'oriente vers une vente "à la découpe", dont la création -indispensable- d'une structure de défaisance et donc de fait  l'écartement des produits jugés "toxiques". Des objectifs pour  la préservation des banques de réseaux en Belgique et au Luxembourg "qui pourraient se voir adosser à d'autres banques locales d'états ou par des groupes privés "intéressés"... A suivre.

Le président de la Commission européenne José Manuel Barroso a confirmé jeudi qu’il proposait « une action coordonnée » en Europe pour recapitaliser les banques, afin de les débarrasser de leurs actifs toxiques.« Nous proposons désormais aux Etats membres de mener une action coordonnée pour recapitaliser les banques, et se débarrasser des actifs toxiques qu’elles peuvent détenir », a-t-il déclaré dans un entretien à Euronews.

Photographie: Tous droits réservés

Tuesday, October 4, 2011

Free Checking a Thing of the Past?

The day has come. We are beginning to see the ramifications of the Durbin Amendment - Dodd-Frank Act, which became effective October 1, 2011. The amendment imposes limits on the fees that banks can charge merchants for each customer debit card purchase. To compensate, some banks are looking to make up for the lost revenue via other means, such as charging you a fee for the use of your debit card and/or checking account. You have options as to where you do your banking. It is important to select an institute where the service and products best match your needs.

ABC News has compiled a list of the 10 largest banks and how much each is charging for basic checking accounts and the debit cards. Additionally, you can learn about your local bank and credit union options online.

It only takes a few minutes to do a side-by-side comparison as to your options but can save you significantly over the long run.

Monday, October 3, 2011

Zone Euro/ Eurogroupe: A Luxembourg ça chauffe dans la coulisse! (Exclusif)

Tags

          Jean-Claude Juncker dans une relative décontraction...

Luxembourg le 4/10/2011: C'est toujours un plaisir de s'aventurer dans le quartier d'affaires du Kirshberg à Luxembourg, aujourd'hui le "printemps Indien" a rendu l'exercice d'autant plus agréable...

Juncker l'indigné!

Le premier ministre luxembourgeois, Jean-Claude Juncker, président de l'Eurogroupe, s'était libéré "un temps" du scandale d'état  qui pointe son nez dans le pays: "Ici à Luxembourg, une sombre affaire de futur stade national (ou "Stade de Livange") fait l'objet de toutes les attentions des médias locaux. Pour faire court, un potentiel délit d'initiés viendrait rompre le climat serein de notre pays, ses politiques...!" (Objets de nombreuses discussions entre les journalistes du pays présents à l'Eurogroupe) Le dossier suggère une entente entre des promoteurs locaux -propiétaires des terrains- retenus pour le futur stade national  et un fonds, véhicule jugé "comme d'autant plus particulier par certaines ramifications" et le gouvernement de la coalition... aux affaires. Ce que réfute en bloc ce gouvernement que dirige le "...premer ministre Juncker, patron de l'Eurogroupe!" Il faut dire que notre ami journaliste luxembourgeois ne cache pas qu'il s'agit là du premier véritable dossier qui risque bien de faire "plus que des vagues" lors "des prochaines élections du pays!"(...) "Imaginez, on va diffuser en direct sur RTL TV lux le débat de la Chambre des députés ou le premier ministre et certains compères vont devoir s'expliquer en live total, ...une première ici!" Il ne manque plus qu'un "Médiapart Luxembourgeois" et le pays sera "enfin doté de tous les éléments d'une démocratie comme celle que défend Stéphane Hessel en visite, lui aussi, au Grand-Duché".(...)  "J'étais (le journaliste) à la conférence avec des lycéens du pays, cet homme est une leçon vivante, notre premier ministre devrait (aussi) s'en inspirer!" (Monsieur Hessel est un haut diplomate français qui en son temps, participa à la translation de la première SDN  vers l'actuelles société des Nations Unies) dont l'ouvrage de réflexion "Indignez vous!" "Est l'ouvrage le plus vendu au monde...  depuis six mois!" Alors qu'à Luxembourg un certain vent tourne,  il n'est donc plus rare de croiser certains "nouveaux indignés...", qui peut être un jour prochain viendront -aussi- manifester "Place d'armes!" à l'image du printemps arabe dont les indignés -justement- trouvèrent "leur nom en référence à cet ouvrage qui fait école dans le monde, celui de ceux qui en ont marre de la main mise de ceux qui mettent à mal nos démocraties avec des pratiques toujours plus indignes!" (Ambiance!) Car ce soir à Luxembourg, on est surtout  présent dans le cadre d'une réunion de l'Eurogroupe qui doit faire le point sur l'opportunité de parachever le deuxième plan d'aide à la Grèce. "Un état victime des frondes spéculatives qui en indignent plus d'un... au delà des seuls partenaires de la Zone euro!" Depuis que l'austérité est de mise, "ils sont nombreux à manifester  à Athènes", bientôt ce sont quelques "30000 fonctionnaires remerciés qui viendront grossir les manifestations d'indignés!" ...dans le pays. Imaginez que la France s'est donnée six années pour réduire un tel effectif de sa fonction publique, "Ce que les Grecs viennent de faire en trois heures hier!" Nous commente un haut diplomate présent à Luxembourg... Ambiance pour le moins trés particulière que pour cet Eurogroupe "made in Luxembourg!"

Nouvelles économies!

Jean-Claude Juncker n'est pas de ceux qui sont "là pour enfoncer le gouvernement Grec, mais il faut une discipline, ...éxigée par la troika!" (BCE/FMI/UE), celle qui" doit faire tenir les promesses du  gouvernement grec enferré dans cette crise de la zone euro!"

Toujours selon le chef de file de l'Eurogroupe: "Les ministres des finances de la Zone euro, ont demandé à la Grèce de nouvelles économies et de nouvelles privatisations pour combler les trous attendus de son budget pour les années 2013 et 2014".

Par ailleurs, Jean-Claude Juncker a "rejeté les rumeurs de défaut de paiement de la Grèce et de sortie de l'Union monétaire." Au risque d'accroître les incertitude sur le sauvetage du pays, il a  laissé entendre lundi soir que "La participation des banques au second plan d'aide à la Grèce pourrait être revue à la hausse",  M. Juncker a indiqué que des "révisions techniques sont discutées" sur l'éventualité que les créanciers privés de la Grèce, banques et fonds d'investissement, pourraient subir "une décote plus importante que les 21% prévus telle que proposée initialement dans le cadre du programme décidé le 21 juillet" sur le principe, il précise que: "Concernant l'implication du secteur privé, nous devons prendre en compte le fait que nous avons connu des changements depuis la décision du 21 juillet", a-t-il dit à la presse à l'issue de ce  forum de l'Eurogroupe.
Dans ce plan d'aide, les créanciers privés (mis à contribution pour la première fois) se sont engagés à subir une perte moyenne de 21% sur les obligations d'Etat grecques arrivant à échéance jusqu'en 2020. Mais face à la dégradation des finances grecques pendant l'été," ...le compte n'y serait plus."
"Il n'y a pas besoin d'une décision maintenant, ce qui fait qu'on attend le rapport complet de la troïka ((UE, Banque centrale européenne et Fonds monétaire international) pour décider du déblocage des 8 milliards d'euros", a précisé M. Juncker qui confirme les inquiètudes sur un énième report sur l'aide à la Grèce... 

La Bourse et les marchés réagissent très mal à l'annonce du dernier bilan d'étape sur le déficit public grec "qui est ramené à 8,5% du PIB en 2011, loin de l'objectif initial de 7,4%", ce que de nombreux économises jugeaient comme "clairement irréalisable du fait de la récession qui fait rage en Grèce!"


Progrès

La Zone euro s'est donc efforcée de rassurer sur le dossier Grec, souhaitant couper court aux nouvelles rumeurs d'une possible banqueroute d'Athènes." Le pays fait des progrès énormes, il faut arrêter de transformer cet état en bouc-émissaire de tout ce dont nos politiques se sont rendus coupables, le modèle économique de la Zone euro doit sortir de cette crise par le haut, la solidarité exigée doit faire sens à l'idée d'une Europe capable de dépasser ses divisions, ses faiblesses devenues chroniques!" Nous commentait un autre diplomate qui précise que dans la coulisse de cet Eurogroupe, la cacophonie est "malheureusement toujours de mise!".

Cache cash!

Il faut dire que la Slovaquie joue la montre et devient "clairement responsable du signal négatif porté aux marchés, il faut que cet état cesse de jouer avec les nerfs de ses pairs!" (...) "Comme si le dossier n'était pas assez compliqué, les allemands sont furieux sur ce double-jeu qui irrite plus d'un partenaire, et pour cause...".   Le bon déroulé du  programme "butait sur de cruciaux points" comme l'exigence de la Finlande "pour obtenir des garanties en échange de nouveaux prêts et sur le très mauvais jeu de cache-cash de la Slovaquie!" (pour reprendre la déclaration d'un haut diplomate)  pour ce qui est d'entériner le renforcement du Fonds de soutien européen (FESF)."Nous espérons qu'en Slovaquie, tous les responsables politiques vont prendre leurs responsabilités et garder en tête qu'ils ne prennent pas des décisions que pour eux mais pour l'ensemble de l'Europe", a lancé lundi le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble très remonté alors que le ministre grec des Finances, Evangelos Venizelos devait insister pour répondre à "la cacophonie organisée" (par certains) en précisant à nouveau que: "La Grèce est un pays avec des difficultés structurelles mais elle n'est pas le bouc émissaire de la zone euro". Il devait trouver un certain réconfort de la part du  ministre belge des Finances, Didier Reynders saluant les efforts d'Athènes, tout en précisant que "le but n'est pas que la Grèce meure guérie, (mais) c'est qu'on arrive à l'aider réellement", invitant ainsi à ne pas trop accentuer l'austérité.


Frappe maximale...

Juste avant cette  réunion de l'Eurogroupe à Luxembourg, le ministre britannique des Finances George Osborne a estimé que "le Fonds d'aide européen a besoin d'une force de frappe maximale, (que) la zone euro doit renforcer ses banques, et (...) décider ce qu'elle va faire au sujet de la Grèce et s'y tenir". Toujours plus loin de l'idée de doter le fonds de 2000 milliards d'Euros en capacité réelle comme vivement recommandé par de nombreux éminents économistes: "L''idée de renforcer la force de frappe du FESF sans le doter de davantage de fonds est bien à l'étude, le président français Nicolas Sarkozy doit se rendre en Allemagne ce prochain dimanche pour évoquer ce point avec Angela Merkel..." Par ailleurs, ce lundi le commissaire européen aux Affaires économiques Olli Rehn. devait à son tour préciser: "A cet égard, le recours à l'effet de levier est une option" pour démultiplier la puissance de feu du Fonds de secours, a-t-il indiqué. Il faut dire que les marchés semblent voir d'un bon oeil l'éventualité d'une augmentation du FESF, "ou toutes les capacités qui seraient en mesure de redonner confiance sur l'unité de la Zone euro et cette indispensable capacité de réponse efficace..."(...)"Plusieurs scénarios circulent dont celui de transformer le FESF en banque qui s'approvisionnerait auprès du guichet de la Banque centrale européenne (BCE) sans aucune limite voir même  le Fonds pourrait également jouer le rôle d'assureur auprès des détenteurs de titres de dette et couvrir leurs pertes à hauteur de 20-25% si un État faisait défaut". 


Les ministres des Finances de la zone euro ont donc trouvé lundi soir un accord sur les garanties collatérales réclamées par la Finlande en contrepartie de sa participation au second plan d'aide à la Grèce, après des semaines de négociations difficiles. Le mécanisme de garantie sera ouvert à d'autres pays, mais assorti d'une tarification coûteuseAprès l'adoption "d'une nouvelle enveloppe de 109 milliards d'euros le 21 juillet dernier", le gouvernement finlandais a entrepris, (sous pression) de l'opposition eurosceptique, de négocier avec la Grèce un accord garantissant sa part du prêt. Les deux pays ont conclu fin août un arrangement complexe de collatéralisation du prêt finlandais. L'accord très critiqué a néanmoins suscité "...la convoitise d'autres pays de la zone euro, comme les Pays-Bas et l'Autriche, qui ont à leur tour réclamé des garanties". Ces pays, eux aussi hostiles au plan grec, jugeaient inacceptable que la Finlande bénéficie d'un traitement de faveur. Depuis des semaines, des négociations très discrètes sont engagées pour offrir à tous les mêmes conditions, sans mettre en péril le plan d'aide dans son ensemble. La Grèce a en effet peu à offrir en contrepartie de son aide. Ce lundi soir, à Luxembourg,  les ministres des Finances de la zone euro ont trouvé "un compromis financier complexe qui permettra à la Grèce de garantir la partie finlandaise de son prêt sans toutefois débourser d'argent en liquide". Le mécanisme sera ouvert aux autres pays qui le souhaitent. Mais les garanties "...auront un coût substantiel". Il est notamment prévu que les pays qui en bénéficient devront renoncer à une partie des intérêts qu'ils perçoivent sur le prêt à la Grèce. Dans ces conditions, "il est invraisemblable qu'aucun autre pays en fasse la demande", a indiqué un dirigeant européen impliqué dans le plan, ce que confirmaient différentes agences dont Belga et Reuters...



Dans la coulisse de cet Eurogroupe à Luxembourg, certains sont "montés au créneau pour que cesse la cacophonie, ceux qui veulent jouer risquent de comprendre que raison gardée, il y a une limite à toutes "mauvaises choses!".  A suivre.





Photographie: Tous droits réservés

Sunday, October 2, 2011

To Convert or Not Convert the IRA

This was the year long debate in our household. In 2010, the federal government dropped the income limit for moving savings from a traditional to a Roth IRA. Additionally, you had a one-time option to pay taxes on the current value of the converted funds over a two-year period. The converted asset then grows tax-free.

To get this tax break off any future earnings of the converted funds, you have to pay income tax on the value of the funds moved.

From Kelly Greene's Wall Street Journal article on 9.30.2011, "The federal government allows the tax-law equivalent of a do-over, says Maria Bruno, an investment analyst at fund giant Vanguard Group, whose customers converted more than 230,000 traditional IRAs to Roths last year, and which has processed 3,900 do-overs this year, as of Monday."

We are one of the 3,900 who converted back. This was a highly contested move in our household. Bob is sure with the current level of the national debt, that by the time we withdraw the retirement savings, we will be under the burden of a significantly higher tax rate. Kristy is pretty convinced we most likely will never retire so it will be a tax that our kids can cover when inheriting the asset. In the final hours.... Kristy won.

Investors who transferred traditional IRA holdings to a Roth in 2010 can move the funds back to a traditional IRA and avoid the tax up to October 17th. If you filed your 2010 tax returns already, you can amend them. We amended our tax returns last month. The weight of such an extra-large tax payment, even spread across a two-year time line seemed insurmountable to Kristy, given our number of other more short-term, family goals.

There were multiple steps to "reconvert", a waiting period, and then the "recharacterize" of the account as a traditional IRA. Calls to our tax advisor, calls to the IRA custodian...

The downside? We lose the one-time option for 2010 conversions of getting to spread the income involved across two tax returns. We lose out on the possible tax-free earnings of the converted fund. Up-side? Significant less tax to pay over the next two years.

Who was right? We will let you know in 30 years.