Zone Euro: Le fonds de stabilité à 2000 milliards d'euros, oui mais...




Olli Rhen, ou l'art d'être rassurant...

 
Finance Offshore a bien été un des premiers sites de l'espace francophone international à l'annoncer (2000 milliards d'euros, il y a sept mois déjà!), pourtant cette augmentation en capacité du Fonds de stabilité européen se heurte aux résistances des états qui redoutent un laxisme grandissant par ce qui serait perçu comme "un certain renoncement aux efforts!".

La presse allemande ne s'y trompe pas, elle argumente sur "le besoin d'une capacité en proportion de ce fonds de stabilité européen", un mécanisme actuel clairement à bout de souffle "une fois les dernières munitions utilisées pour le plan grec, il ne faut pas s'attendre "à des miracles" (...) "Quitte à se doter d'une nouvelle force , autant qu'elle soit en proportion aux nombreux défis... qui s'annoncent!"  Les allemands sont partagés sur ce besoin de renflouer le fonds, mais de nombreux économistes sont formels, 2000 milliards d'euros devraient pouvoir lui redonner sa crédibilité, "celle qui fait cruellement défaut à ce fonds!"

 Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a déclaré lundi "que les Européens n'avaient pas l'intention de renflouer le fonds de secours de la zone euro...", le FESF, alors qu'une discussion sur un nouveau renforcement fait rage en Europe. "Nous lui donnons les instruments pour qu'il puisse agir en cas de besoin. Après nous allons l'utiliser efficacement, mais nous n'avons pas l'intention de le renflouer", a déclaré le ministre lors d'une interview télévisée à propos de ce fonds mis en place l'an dernier. Oui mais... la déclaration du ministre allemand ne semble pas faire l'unanimité en Zone Euro!  Les pairs du ministre allemand reprocheraient déjà cette déclaration  qui se veut avant tout pour "rassurer l'opinion publique allemande qui sait trop bien que son pays serait un des principaux actionnaires "invités" pour regarnir ce fonds..."

Les Européens réfléchissent à doter leur Fonds Européen de secours ou stabilité financière (FESF) d'instruments supplémentaires, "au-delà de ceux décidés en juillet", pour lui donner "plus de force" face à la crise de la dette, a déclaré le commissaire européen Olli Rehn dans un entretien au quotidien allemand Die Welt. Des rumeurs de presse faisaient état lundi d'un projet de
"quadruplement de la capacité de prêt du fonds à 2.000 milliards d'euros", renforçant les nombreuses déclarations d'économistes "Ceux qui de Washington à la vieille Europe, s'inquiètent de la cacophonie qui campe en Zone Euro!"(...) "Il serait temps que les européens accordent leurs violons!" (...) "Que penser de tout ce qui se passe au sein de la Zone Euro depuis trois ans? Il faut donc toujours (attendre) que le F.M.I annonce le besoin de recapitaliser les banques pour que les européens s'intéressent enfin à la question? Pis, il faut que les États-Unis annoncent le besoin d'un fonds de stabilité européen -en conséquence- pour voir -enfin- l'idée faire toujours plus vers le consensus! Le président des Etats-Unis, Barack Obama a bien affirmé ce lundi que la crise de la zone euro "effraie le monde" entier et que l'incapacité des Européens à remettre leurs banques en ordre de marche en était la cause."En Europe (...) ils ne se sont pas complètement remis de la crise de 2007, et ne se sont jamais vraiment occupés des difficultés auxquelles leurs banques faisaient face", a affirmé M. Obama lors d'un forum organisé dans la Silicon Valley (Californie) sous l'égide du réseau social professionnel "LinkedIn".Ce n'est pas sérieux, la situation est grave, à vouloir jouer cette montre -sans mesure-, les européens jouent avec le feu. L'effet des annonces  toujours plus contradictoires qui s'empilent risque de donner de sérieux revers à ceux qui s'installent dans cette forme de complaisance. (...) La problématique est de nature à suggérer un maximum de cohérence, plus on avance, seule la cacophonie gagne en épaisseur! Les promoteurs de cette cacophonie la nourrissent pour entretenir un climat de division devenu notoire en Zone Euro, cette attitude est clairement suicidaire! Les marchés ne s'y trompent plus, en dehors de toute rigueur du traitement de la crise, la sanction sera méritée!" Nous commente notre source, diplomate sous couvert de l'anonymat mais clairement remonté...  A suivre.



Photographie: Tous droits réservés

Popular posts from this blog

Darauf sollte man achten: Checkliste für Ratenkredite

Wie Beamte mit Krankenzusatzpolicen Leistungslücken schließen