ZONE EURO CRISE : Viviane Reding, luxembourgeoise qui cible les agences de notation!


Selon madame le commissaire européen, il "faudrait" démanteler les agences de notation...

 Quelle étrange posture que celle de la Commission Européenne qui par la voix "très médiatique" de sa commissaire européenne Viviane Reding, laisse se répandre le bruit d'un possible démantèlement "pur et simple" des agences de notations. «Il n'est pas possible qu'un cartel de trois entreprises américaines décident du sort d'États entiers et de leurs citoyens», précisait au quotidien allemand " Die Welt " madame Reding en ajoutant:.«Je vois deux possibilités: ou les États du G20 décident de démanteler les trois agences. Les États-Unis seraient alors obligés de transformer les trois agences en six sociétés. Ou des concurrents européens et asiatiques sont créés»...


Plafond de verre


 A vrai dire les grands états capables de s'organiser économiquement dans un cadre fédéral ne sont pas légion. Car aujourd'hui si la crise de la Zone euro est très proche de "son plafond de verre", c'est bien parce que depuis 14 mois, chacun campe sur ses positions et son relatif pré-carré. Incapable de dégager une logique constructive, alors que certains exigent toujours plus "un cadre finalement bien plus  punitif". La commissaire européenne serait bien plus inspirée "à monter au créneau quand certains chefs d'états de l'Union européenne sont capables de nous démontrer "que certains peuples enferrés dans la crise le sont d'avantage par une culture qui serait "celle de la fainéantise!..."  Pour ce qui est des agences de notations, est-il encore utile de préciser ici sur Finance Offshore quelles se composent d'économistes et autres analystes qui se doivent de dire toutes les évolutions d'un état, d'une zone, d'un continent, du monde "...d'une économie toujours plus mondialisée!"  Enfin il est choquant de voir que  les nouvelles salves de la commissaire originaire du Luxembourg coïncident "avec le duel ouvert entre ceux qui souhaitent un fédéralisme plus actif sur les questions financières et donc économiques de l'Union Européenne et donc sa zone euro et ceux qui campent sur leurs acquis".


Sans fenêtre

 Prendre pour cible les agences de notation est "une erreur grossière de jugement total sur le modèle économique qui fait la force de l'Union européenne mais également ses faiblesses. Il faut accorder les violons de cette cacophonie qui est largement organisée "sous cap" par certains  pouvoirs politiques de la Zone euro. Les agences de notation ne sont que les observateurs des différentes partitions du drame qui se joue..." Elles notent les évolutions des différentes séquences "in situa ...en temps réel!" et fondent leurs analyses "sur l'anticipation des marchés ... mais pas seulement!"  Vouloir déplacer le centre de gravité sur les seules agences de notation est "une connerie, celle d'un absolu obscurantisme sur les questions économiques et financières", (...) " Le jour ou les nouvelles seront meilleures, la notion de cycles étant toujours acquise au réalisme de l'histoire de l'économie et donc des peuples,  les commentaires de ce genre seront rangés au simple rang des déclarations inutiles par leur absence de fondement!..." On s'étonnera que la commission de Bruxelles "puisse encore dans ce contexte aussi tendu, s'encombrer de telles salves inutiles..." Alors "qu'elle est toujours incapable de démontrer ses capacités à donner des réponses fortes à la crise de la dette!" Incapable de mettre en avant l'accélération du processus du Mécanisme de Stabilité Financière en faisant force d'autorité avec  des réponses efficaces face aux enjeux qui devraient prédominer aux objectifs du plan de sauvetage de l'ensemble de la zone euro. Il faut impérativement dépasser "le seul stade des bonnes volontés!"  Les résultats sur les banques et consorts risquent de donner quelques soucis supplémentaires à ceux qui "enferment toute la zone euro dans une salle d'attente toujours ...sans fenêtre!"

Curseur

 Standard and Poor's et Moody's, Fitch dominent le marché de la notation de la solvabilité des états mais aussi des principales entreprises qui font l'économie mondiale. "Ce n'est pas un hasard si elles sont leaders dans l'information et l'analyse économique en temps réel, elles produisent des études approfondies sur la santé économique des différents acteurs du secteur, qui ne l'oublions jamais sont aussi leurs principaux clients, ...états européens compris!" Leur décision de dégrader la note de certains états de la Zone euro engagés dans des programmes de réformes macroéconomiques, a provoqué un débat en Europe sur la puissance des agences de notation. Les politiques européens ne se privent jamais de déplacer le "curseur des responsabilités" en ciblant directement les agences de notations les accusant de vouloir "toujours plus aggraver la crise de la dette publique en zone euro tout en donnant des signaux pour mettre à mal les intérêts capitaux des états..."   ...Mais qui gère ces mêmes états?  A suivre...





Source: Médias européens/Union Européenne/BCE/Divers
Photographie: Tous droits réservés



Popular posts from this blog

Darauf sollte man achten: Checkliste für Ratenkredite

Wie Beamte mit Krankenzusatzpolicen Leistungslücken schließen