SUISSE BANQUES: UBS et Crédit Suisse pourraient dévoiler des coupures dans leurs effectifs.




Les banques suisses dans la tourmente...



Les deux grandes banques de la confédération helvétique,  UBS et Crédit Suisse se retrouvent confrontées aux premiers effets "d'une indispensable maîtrise des coûts, option  rendue indispensable par l'évolution baissière des marchés."

La presse helvétique (comme le quotidien Tages-Anzeiger) annonce que les deux géants de la banque suisse, "UBS et Crédit Suisse pourraient supprimer plusieurs milliers d'emplois", on parle de quelques 6500 emplois au total...

 Les deux grandes institutions sont confrontées à leurs fondamentaux, "spécialistes de la gestion de fortune, elles s'étaient  lancées dans un recrutement "trés ciblé" pour maintenir leurs acquis". Dès  la crise financière de 2008, UBS frôlant  la faillite, l’établissement avait logiquement misé sur "son noyau d'affaires" en recrutant avec " des hausses de salaires substantielles" (par rapport au marché) qui "devaient s'avérer salutaires" pour le groupe. Le coût de cette stratègie faisant monter les enchères des salaires des futurs collaborateurs qui devaient imposer à la banque une hausse des salaires entre 30% et allant jusqu'à 50% "pour les meilleures implémentations". C'est dans la banque d'affaires que "les plus grosses pointures" recrutées se sont avérées les plus coûteuses, "attirer les meilleurs collaborateurs étant une démarche toujours perçue comme efficiente", bien que trés dispendieuse... Les deux banques avaient-elles le choix? Pas vraiment si l' on en croit les relatifs bons résultats "de cette branche" acquis à cette stratégie depuis 2008, "elles ne sont que les nouvelles victimes d'un resserrement des marchés qui produisent les mêmes effets pour l'ensemble des institutions du secteur à l'international." La banque britannique Lloyds Banking Group annonce devoir supprimer 15000 postes et vouloir quitter plusieurs pays, d'ici à 2014. Goldman Sachs parle de 230 employés pour raisons économiques alors que l'Italien Banco Populare annonce une suppression de quelques 1200 postes.

Les coûts ont donc logiquement augmenté "pour tout le monde", ce qui fait dire à certaines sources que des milliers d'emplois seraient à nouveau supprimés dans un avenir très proche...  Pour UBS, on parle déjà d'un possible  "plan d'économie de quelques 864, 1 millions d'euros, soit 1 milliards de francs suisses, plan qui représenterait une réduction de 5000 postes..." Le numéro un de la place suisse avait déjà supprimé "10000 postes, ce qui à l'évidence n'aura pas suffit puisque les coûts du personnel augmentent toujours", on parle de 11%, "ce que devrait confirmer la publication des résultats trimestriels le 26 juillet prochain." La situation difficile sur les marchés n'étant pas un indicateur qui pourra mettre à mal cette annonce qui risque "de faire monter au créneau de nombreux politiques suisses qui vont scruter les modalités de ce potentiel plan d'envergure... Un plan qui devra donc éviter un maximum de licenciements en Suisse!" Le Crédit Suisse ne serait pas en reste, selon une autre source suisse,  le groupe  prévoirait de supprimer "1000 emplois pour une économie relative de 1,2 milliards de francs suisses, un pourcentage  rapporté aux effectifs globaux des deux institutions, suffisamment important pour faire l'objet d'inquiétudes."




Source: Médias Suisses/ Divers
Photographie: Tous droits réservés.




Popular posts from this blog

Darauf sollte man achten: Checkliste für Ratenkredite

Wie Beamte mit Krankenzusatzpolicen Leistungslücken schließen