Dominique Strauss Kahn: Un non lieu toujours plus... crédible?


Un méticuleux road show médiatique?

                                          

Finance Offshore ne manque pas de souligner les faiblesses qui s'invitent dans le dossier de l'accusation. Alors que Dominique Strauss-Kahn est passé du statut de résident surveillé à celui de libéré sur parole, chacun pourra comprendre les faiblesses du dossier de l'accusation. Depuis quelques jours, une réelle accélération des effets d'annonces se fait jour. Nafissatou Diallo, la présumée victime fait l'objet d'un road show médiatique qui se voudrait "méticuleux". "Prestation qui donne enfin un visage et surtout une parole à la femme de chambre qui sort enfin de son statut virtuel." On remarquera la ténacité du procureur de Manhattan et donc du parquet qui souhaite logiquement faire "descendre la pression médiatique de ces derniers jours, fait remarqué par le report annoncé de l'audience du 1er août au 23 août prochain,  nouvelle date de l'audience pour très certainement s'assurer un climat plus serein aux débats".

Crédibilité...

Le procureur souhaite donc "poursuivre son enquête" et peut être voir si madame Tristane Banon pourrait venir témoigner dans le cadre "d'une audition volontaire dans le cas précis d'une demande d'entraide internationale  de justice". Il est clair que la stratégie d'un déplacement de l'affaire "du pénal vers le civil semble toujours plus s'imposer aux différentes parties". La faiblesse acquise aux trés nombreuses réserves sur les déclarations de la présumée victime " ne pouvant pas -ou plus-  garantir une accusation qui ne prêterait pas à caution". En effet,  certains "mensonges", qui selon certains médias américains ne plaideraient pas "en la faveur du dossier et donc la solidité de la crédibilité de la présumée victime", prioritairement  pour  ceux qui sont en charge d'évaluer  -le bien fondé-  de la poursuite d'une instruction "jusqu'à son terme."

"Nous avons donné notre accord pour repousser l'audience devant le juge (Michael) Obus du 1er août au 23 août", écrivent mardi les avocats, William Taylor et Benjamin Brafman dans un communiqué. "Nous croyons savoir que le procureur continue d'enquêter. Nous espérons qu'il aura pris, d'ici le 23 août, la décision d'abandonner" les poursuites, ajoutent-ils.


Gros sous?

Le bureau du procureur Cyrus Vance de Manhattan annonce donc très logiquement que "l'enquête se poursuit et cherche l'ensemble des éléments utiles à l'établissement de la vérité", celle sur laquelle un procès doit pouvoir se reposer par "la qualité juridique des différents éléments pour déterminer objectivement les charges", celles qui sont largement tombées en désuétudes depuis la première audience de monsieur Dominique Strauss-Kahn. "La prestation télévisée de la présumée victime laissant de nombreux observateurs pour le moins très perplexes," alors que pointe toujours plus  la logique "vers une procédure au civil,  stratégie   "à double tranchant"" qui pour les américains serait assimilable bien plus " à une "simple" question d'argent ou "gros sous" que de réelles questions  d'honneur"...

Le procureur élu aux Etats-Unis ne pouvant pas prendre le risque de mener un combat avec "légèreté"  vers un "potentiel cuisant échec" si certains aspects "porteurs de sérieuses réserves" s'avèrent confirmés "en audience"... Procureur qui se doit de compulser des éléments suffisamment solides, dans l'intérêt même de l'exercice de la justice," et donc de son action personnelle de représentant élu du peuple de l'état de New-York."

Pression extrême...

On le voit, cette nouvelle séquence du road show médiatique de la présumée victime, n'est pas vraiment de nature à éteindre tous les doutes qui entourent cette affaire. Nombreux observateurs du dossier parlent déjà d'une opération clairement contre-productive... Certains observateurs considèrent cet épisode médiatique  "comme malheureux", surtout si  madame Nafissatou Diallo "devait s'avèrer  -un jour prochain-  d'autant plus comme une réelle victime" dont il sera bien difficile de lui faire le reproche de ne pas avoir "une maîtrise parfaite et donc usuelle des codes -complexes- de la communication verbalisée avec les médias, celle-ci étant depuis des semaines l'objet d'une pression extrême".   

Il serait toujours -plus opportun- de conserver à l'esprit "le contexte particulier qui entoure la personnalité de monsieur Dominique Strauss-Kahn, lui aussi étant l'objet d'une pression extrême, tant à la tête du FMI,  et ce en pleine crise de la dette au niveau mondial,  sans oublier sa possible candidature à la présidence de la république française!..." A suivre...




Interview de madame Nafissatou Diallo. (Exclusivité ABC Network, USA)

Courtesy ABC télévision: Tous droits réservés pour tous pays.



Photographie: Tous droits réservés

Popular posts from this blog

Darauf sollte man achten: Checkliste für Ratenkredite

Wie Beamte mit Krankenzusatzpolicen Leistungslücken schließen