Dominique Strauss-Kahn: La revanche de Nafissatou Diallo?


Maître Kenneth Thompson et Nafissatou Diallo arrivant au bureau du procureur...
                                         
Madame Nafissatou Diallo vient de faire l'objet d'une audition fleuve de huit heures... Selon son avocat, Kenneth Thompson, l'objectif était de confronter la présumée victime avec les enregistrements de ses conversations téléphoniques avec un ami incarcéré en prison pour trafic de drogues dans l'état de l'Arizona. Enregistrements effectués quelques temps après les faits et donc  l'arrestation de Dominique Strauss Kahn..

Le procureur s'est lancé dans une véritable analyse des conversations, "mot par mot!", "s'étant entouré d'un traducteur spécialisé pour définir avec précision la teneur des propos tenus en partie dans une  langue dialectique guinéenne", échanges en foulani (ou langue Peule)  relatifs aux conversations téléphoniques qui pointaient de réelles interrogations. En effet, selon certains médias,  le fait que la présumée victime "savait trop bien que monsieur Dominique Strauss-Kahn était riche et puissant, suggérant que la présumée victime savait donc quoi faire (pour en tirer profit avec un procès) "..

Recrédibiliser...

Une faiblesse qui pointait dans l'accusation qui permettait "d'une certaine façon" aux avocats de Dominique Strauss Kahn de contribuer à dépeindre un portrait bien moins flatteur le la présumée victime confrontée avec certains mensonges ou omissions, " dont certaines confirmées". Une information qui s'était  vite répandue dans certains journaux comme le New-York Post de Ruppert Murdoch, journal qui avait clairement qualifié Nafissatou Diallo de prostituée dans ses colonnes. Kenneth Thompson, l'avocat de madame Diallo,  a par ailleurs regretté au plus haut point que le New-York Times - citant une de ses sources- qui  pointait une mention d'une "approximation relative à cette possible déclaration de Nafissatou Diallo" au téléphone: "Je sais qu'il a de l'argent, je sais quoi faire!" Sauf qu'enregistrements à l'appui, de tels propos ne semblent jamais avoir été prononcé "toute ou partie" par la femme de chambre. De quoi donner de l'eau au moulin des services du procureur Cyrus Vance, qui doivent revoir leur copie tant les conversations s'avèrent édifiantes... de confusions et récupérations en tout genre. "Femme de chambre présumée victime qui tient là une revanche sur certains journalistes empréssés..." 

Presque violée

Cyrus Vance va devoir solidifier son dossier d'accusation contre Dominique Strauss Kahn "qui se retrouve bien moins engagé vers le non lieu" tant espéré par ses défenseurs. Avec "un point faible aujourd'hui effacé si l'analyse des propos lui confère une accusatrice relégitimée par cette audition". Cette séquence est d'une "importance capitale pour le bureau du procureur", il va pouvoir et donc devoir l'intégrer pour l'établissement des charges qui pésent à l'encontre de l'accusé. Cyrus Vance "ne peut faire l'économie d'une enquête poussée sur ce point précis et va devoir s'entourer de tous les experts linguistes pour signifier cet état de fait". Kenneth Thompson peut reposer son accusation  avec plus de détermination et l'assurer comme  d'autant plus légitime pour que sa cliente obtienne réparation au civil même s'il assure que "Madame Diallo considère toutes questions d'argent comme secondaires dans cette affaire". Il préfère rappeler qu'elle a bien été victime d'une tentative de viol, "presque violée par monsieur Dominique Strauss Kahn qui l'a attaqué sexuellement, un homme costaud, violent, puissant, -qui a essayé de me déshabiller..." selon les propos rapportés par l'avocat qui cite madame Diallo "résumant ainsi son calvaire au téléphone au lendemain des faits" avec son ami détenu dans la prison. Une conversation "critique" car "elle n'a jamais parlé d'argent!" précisera Kenneth Tompson  aux journalistes présents devant le bureau des services du procureur,  l'avocat qui assure d'une certaine façon que ce "point faible"  le plus grave "est ainsi effacé", point critique qui  change " résolument la nature des choses!..."

Nous allons voir comment les défenseurs de Dominique Strauss Kahn vont agir  pour assurer aux  débats  l'équilibre utile à la qualité de leur défense. "Il faut s'attendre à des annonces qui risquent de nous inviter à relativiser très rapidement cette nouvelle séquence qui "redonne la main à l'accusation..." Une affaire qui prend une tournure "différente", nombreux observateurs se refusant d'imaginer Dominique Strauss Kahn agissant avec une telle violence comme affirmée par la présumée victime. "Certains veulent bien s'en tenir à un possible pétage de câble", mais de là imaginer " DSK faire force d'une telle violence physique comme décrite, il faut une imagination clairement "décomplexée!" Ce n'est pas l'homme que nous connaissons qui est ainsi évoqué...""On peut être dragueur de type lourd"", mais bon de là à devenir l'incroyable Hulk, franchement?"... Alors que certains pointent toujours la cible que représentait Dominique Strauss-Kahn à la tete du FMI "en pleine crise de la dette mondiale", (Zone euro, USA...) et "sa candidature à la présidence" de la république française.


Innocente...





Accusation dont l'avocat précisait que  sa cliente "est innocente, une femme qui travaillait durement pour l'éducation de ses enfants, femme qui doit voir sa dignité de femme protégée, respectée!", assurant vouloir "assigner le New-York Post qui a qualifié madame Diallo de prostituée!"


Il faut dire que ce journal est d'un style douteux, clairement axé sur le non respect de la présomption d'innocence et l'intégrité des personnes... Dominique Strauss Kahn le sait trop bien pour avoir été également victime de ce tabloïd!

On retiendra que l'avocat  avait précisé que monsieur Dominique Strauss Kahn " avait tenté à deux reprises des actes ou fellations forcées!" et s'en remettait au procureur Cyrus Vance et au "bon peuple du Bronx qui lui aussi décidera de la vérité!"  

A suivre...




Photographies: Tous droits réservés

Popular posts from this blog

Darauf sollte man achten: Checkliste für Ratenkredite

Wie Beamte mit Krankenzusatzpolicen Leistungslücken schließen