Monday, May 9, 2011

GRECE/ZONE EURO: Réunion secrète à Luxembourg?

Tags

                 Le secret de la réunion du château de Senningen à l'eau!



Affolement général, "la nouvelle" vient de tomber, nos amis grecs veulent sortir "de la très chère zone Euro"...  C'est en tous cas ce que suggérait l'article du site internet d'information "Der Spiegel", emporté par l'actualité du dossier grec, sauf que si certains bruits se font persistants, ils ne résistent pas à un certain réalisme. Il est vrai que nombreux allemands se demandent peut-être l'intérêt de maintenir "coûte que coûte" un état en zone euro dont "il semble acquis que le calendrier avec ses nombreuses  mesures d'austérité ne sera jamais atteint." Pour certains la conclusion serait évidente: "La Grèce n'a plus sa place en zone Euro!" Mieux, le coût du maintien de l'état dans "le club" est devenu irrationnel, sans communes mesures "avec l'esprit même des pères fondateurs de l'Union Européenne". Comment expliquer que ce "privilège" est la solution alors que les mesures d'austérité sapent le moral comme jamais, (...) C'est le quotidien du bon peuple de Grèce qui annoncerait bien  le  fait incontestable  que ce pays n'est pas au bout de ses peines et que finalement "il faudrait -peut être- limiter la casse!" Une analyse que l'effet domino perçu accrédite sans difficulté, d'ailleurs qui ne se demande pas: "A qui le tour?" 

Real politique?

Sauf que ceux qui portent de tels arguments n'imaginent pas les conséquences de tels propos diffusés dans un média coutumier des "effets de manchettes!" Car l'impact de cette "politique fiction" peut rejoindre la "real politique", les spéculateurs ne s'y trompent pas, le moindre bruit affole les premiers cercles de la finance qui pointent à nouveau le doute... toujours plus grandissant! Mais ne serait-il pas plus intéressant et donc cohérent  de commencer à s'intéresser aux conséquences calamiteuses d'une telle idée. Comprendre quels sont les intérêts de ceux qui répandent une telle thèse, voir peut être pourquoi ils n'hésitent pas l'orchestration de cette manipulation pour mettre "au banc d'essais" l'Union Européenne, son système monétaire, sa logique défendue face à la de crise ...

Retour à l'envoyeur

 L'opinion publique allemande serait en partie plutôt  "bonne cliente" des clichés anti-grecs, considérant que "les menteurs doivent passer à la caisse et eux seuls!". Il sera bien difficile de trouver en Grèce ce pauvre retraité qui perd en moyenne chaque mois  30% de sa -déjà bien maigre-  pension (ndlr:depuis le début cette crise) pour l'entendre vous dire avoir suggéré un jour à l'élite du pays de s'enferrer dans une telle logique scabreuse...

Pour la justice grecque "pro-active", la procureure Héléni Raïkou, "commence déjà l'enquête!" Elle devra déterminer si le site allemand "Der Spiegel"  se serait, toujours  selon elle, "peut être  bien rendu coupable d'une diffusion de fausses nouvelles!" Elle a déjà demandé -très officiellement- l'assistance judiciaire des autorités allemandes pour pouvoir écouter  les auteurs de l'article, "analyser leurs certitudes ainsi affichées..." Car le site allait faire  force d'un argument troublant en évoquant une "réunion qualifiée comme souhaitée secrète à Luxembourg (Château de Senningen)entre les responsables de l'Eurogroupe dont le premier ministre luxembourgeois Jean-Claude Juncker préside l'Eurogroupe, et selon cette source, différents ministres influents de la zone euro!...".


Démentis en chaîne

 Cependant cette information "sera bien confirmée!" mais -en partie- et avec -un sérieux bémol- des principaux participants qui "se sont effectivement  rencontrés le vendredi 6 Mai au fameux château de Senningen". C'est  Jean-Claude Juncker qui précisera avec force que la réunion portait -avant tout- sur la zone euro et le G20, des travaux préparatoires "habituels" pour "coller au calendrier de la prochaine réunion du G20 à venir"(...) "Réunion avec la présence des ministres des finances de la France (Christine Lagarde), l'Espagne (Elena Solgado), l'Italie (Julio Trémonti), l'Allemagne (Wolfgang Schäuble) pays de la zone euro intégrés au G20",(...)  "Les discussions ont porté sur des questions liées au G20, dont un large tour d'horizon logique sur la Grèce", a souhaité préciser à la presse Jean-Claude Juncker après la réunion confirmant "la présence du président de la Banque centrale européenne Jean-Claude Trichet ainsi qu'Olli Rehn, commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires". Il a qualifié les informations d'une rumeur de sortie de la Grèce de la zone euro d'"idée stupide" ou de "rumeurs pures et simples."

Dette à 150% du PIB

L'article du site  "Spiegel Online" avait fait l'effet d'une bombe et affolé les marchés boursiers en pointant quelques heures avant cette réunion que "A la demande d'Athènes, ...la Grèce songerait à quitter la zone euro! Tout comme l'éventualité d'une restructuration de la dette souveraine du pays". (ndlr: 327 milliards d'euros soit 150% du PIB!).
L'hypothèse sera -logiquement- démentie par Athènes et nombreux responsables influents de la zone euro, informés déjà dans la coulisse... Alors que selon certaines sources Jean-Claude Juncker parlait  déjà "d'une opération médiatique lamentable et donc irresponsable!"(...) "Nous ne voulons pas que la zone euro explose!", "Nous excluons aussi l'option de la restructuration, lourdement évoquée par les marchés!" concédant toutefois que "La Grèce a besoin d'un programme d'ajustement supplémentaire..." Le président de l'Eurogroupe allait être promptement rejoint par le premier ministre Grec, George Papandréou, qui lui aussi -démentira- le samedi 7 mai, et enfoncera le clou en précisant: "que toutes  discussions, même officieuses, soient en cours sur une sortie de la Grèce de la zone euro", souhaitant "qu'on laisse son pays en paix pour venir à bout de sa mission" jugeant "de tels scénarios à la limite du répréhensible!"  Faisant le voeux d'un retour à une tranquillité "indispensable". A suivre... 






Source: Divers, Article en référence de "Der Spiegel Online".
Auteur: Didier REMER 
Photographie: Tous droits réservés
© 2011 FINANCE OFFSHORE