Quand Moustafa Zarti gérait la fortune Kadhafi de Vienne à Luxembourg...


Moustafa Zarti, vice-président du fonds souverain d'Etat libyen (Libyan Investment Authority, LIA), serait chargé de la gestion des avoirs de Kadhafi en Autriche et au Luxembourg ...





Depuis des semaines, différents services du renseignement sont à la recherche des différents avoirs du clan Kadhafi. La confédération Helvétique, la France, Les Etats-Unis sont entrés dans une véritable traque de l'ensemble des avoirs Libyens.


Interpellation

L'interpellation en Autriche de Moustafa Zarti, vice président en titre du LIA (Libyan Investment Autority), fonds souverain d'Etat Libyen devrait permettre d'identifier le réseau tentaculaire de l'organisation des avoirs financiers du régime Libyen. Dans un premier temps, la Banque Centrale Autrichienne a annoncé le gel des avoirs de monsieur Zati. Evalué entre 30 et 40 milliards de dollars pour la seule Autriche, d'importantes ramifications seraient également présentes sur le territoire Luxembourgeois et Suisse.


Le Libyen Moustafa Zarti est soupçonné de gérer les intérêts personnels de la famille Kadhafi à l’étranger. Son interpellation en Autriche lève un voile sur l’organisation tentaculaire des avoirs du régime libyen dans le monde. Selon de récentes révélations, les investissements du régime libyen pour la seule Autriche se monteraient à quelque 30 milliards de dollars. Ce vendredi, la Banque centrale autrichienne a annoncé le gel des avoirs de Moustafa Zarti. Disposant étrangement d'un passeport autrichien et ne figurant par sur toutes les listes des personnes recherchées en Europe, il a été libéré aprés audition, il devait partir pour Tripoli avant ce week-end selon certaines sources... Cette capacité de disposer encore de certains visas surprend de nombreux services du renseignement occidentaux.


Balance

C'est la presse autrichienne qui avait annoncé sa présence en Autriche  le jeudi 3 mars dernier. Le journal conservateur autrichien Die Presse, a interrogé un proche de Mouammar Kadhafi, ayant fait récemment défection au guide libyen. L’homme, qui souhaite garder l’anonymat par peur des représailles, dénonce Moustafa Zarti. Il affirme que:

 " les Kadhafi ont placé leur argent en prenant des participations dans plus 800 sociétés ou entités, réparties dans plus de 70 pays.  Des intimes de la famille seraient chargés de veiller sur les affaires.  Le business, représentant des avoirs estimés à 150 milliards de dollars, serait géré au quotidien depuis le Luxembourg".


Luxembourg diplomate...

 
L'état luxembourgeois, qui vient d'être retiré de la liste du GAFI (voir notre précèdent article en référence)  se range derrière  la directive du Conseil Européen, n'a pas confirmé cette information, évoquant -tout juste- la confusion possible entre la gestion effective et le transit des avoirs par la chambre de compensation, Clearsream et Euroclear en son temps...   Précisons que le Fonds souverain Libyens (LIA:ndlr) était reconnu comme légal avant l'intervention des Nations -Unies et du Conseil de Sécurité qui vient de mandaté le TPI, Tribunal Pénal International pour crimes contre l'humanité.


Quand la Kaupthing Banque Luxembourg  a failli devenir libyenne...

Selon le quotidien national luxembourgeois, "Wort" (La voix: ndlr) faisant le récit " d'un coup manqué au moment où Jean Asselborn a fait de Kadhafi un „dictateur“ qui mériterait „la Cour pénale internale“."

Il y a tout juste deux ans, la Kaupthing Luxembourg a failli devenir libyenne au terme de six mois de discussions. Une opportunité royale pour la Libyan Investment Autority (LIA: ndlr), qui pèse aujourd'hui de 60 à 80 milliards de dollars de se développer encore.

L'article en référence précise le montage que souhaitaient proposer les libyens pour la filiale de Kaupthing à Luxembourg:

""Le 9 octobre 2008, la banque Kaupthing bat de l'aile  et sa filiale luxembourgeoise est mise en sursis de paiement. En Suisse, les Libyens voient l'affaire du fils Kadhafi, (Hannibal: ndlr)  qui a frappé (trés sévèrement:ndlr) son serviteur dans un palace ternir leur image et les éloigner d'une ouverture en Suisse. (On parle d'une sombre affaire de violence doublée d'une affaire de moeurs...:ndlr) Les libyens  se tournent vers la Kaupthing. Le Premier ministre belge, Yves Leterme, comme le ministre luxembourgeois du Trésor, Luc Frieden, évoquaient (étrangement et "pudiquement":ndlr) un „groupe d'investisseurs arabes“. Et si les Islandais acceptent finalement de céder leur filiale luxembourgeoise, devenue en janvier 2000 la 211e banque présente au Luxembourg, dix-sept des vingt-cinq créanciers interbancaires (dont trois banques belges, des banques allemandes, autrichiennes, une suisse et une canadienne) refuseront finalement l'offre libyenne, (informés des risques associés à l'opération:ndlr).


(Inutile de préciser le sort qui est réservé à toutes les personnes qui par leur action contribuent au régime Libyen et donc ses dérives actuelles... :ndlr)

Selon le Soir (Grand journal quotidien Belge:ndlr):

 „la Banque centrale de Luxembourg est nerveuse: Kaupthing Luxembourg a mis en pension chez elle pour environ 800 millions de titres. En échange de cette garantie, la BCL a prêté du cash que Kaupthing Luxembourg a reprêté elle-même à sa maison mère. Si d'aventure la BCL devait vendre d'un bloc ces titres mis en garantie, elle aurait un trou de 170 millions d'euros! ... Les fonds propres de la banque se montent à environ 400 millions d'euros, ce qui est grosso modo le montant des dépréciations sur les crédits.“


A Paris, le 5 décembre, le représentant tunisien des Libyens, Moncef Kaouach, signe une lettre d'intention avec les administrateurs provisoires de Kaupthing. Le CEO de Kaupthing Luxembourg, Magnus Gudmundsson, presque fataliste, indiquait en son temps que "les discussions ont lieu avec les autorités belges et luxembourgeoises".   ""



Moustafa l'homme d'affaires

Connu comme un personnage trés flamboyant, Moustafa Zarti est présenté comme une tête de pont pour toute l'Europe, impliqué dans le board des principales sociétés libyennes avec ses responsabilités au fonds souverain libyen, il est l’un des principaux actionnaires de la banque Unicredit, établissement leader en Italie. Il dirige également la compagnie pétrolière nationale libyenne, et le groupe pétrolier international Tamoil, dont les stations services recouvrent une grande partie du territoire européen. Par ailleurs vice-président de la First Energy Bank à Bahreïn, il est également responsable de la prolifique pêche au thon au large des côtes libyennes...

Bon technicien sur les montages financiers, il interviendrait  souvent plus comme un ingenieur "haut de bilan", déléguant la plus grande partie des missions à un imposant staff présent dans de nombreuses places financières internationales et ce par le réseau que procure ses nombreuses sociétés liées au Fonds Souverain LIA mais pas seulement. Les services secrets américains suivent depuis longtemps ce personnage qui mérite une attention toute particulière dans cette période de troubles, selon une source diplomatique, l'homme dispose de secrets qui pourraient impliquer de nombreuses personnalités en Europe. Il est de notoriété publique que le personnage cultive un certain goût des mondanités, on le savait trés proche de de Jörg Haider en 2006, le leader de l’extrême droite décédé deux ans plus tard. N'hésitant pas à s'afficher avec de nombreuses personnalités dans une relative sympathie si l'on en juge celles et ceux qui le rencontraient à titre professionnel ou personnel.

Il est aussi selon les experts du renseignements le bras droit de Saïf al-Islam,  second fils de Mouammar Kadhafi, écumant en leur temps les palaces et soirées VIP spéciales des prestigieuses discothèques des principales places financières européennes...
Moustafa Zarti est jugé plus modéré que le guide spirituel Kadhafi dont il est chargé d'assurer une image plus conventionnelle en Europe, logiquement pour parfaire aux objectifs mercantiles et donc financiers du régime.
Plus en phase avec les pratiques occidentales,certains pensent qu'il pourrait s'avérer utile dans des négociations alors que d'autres soulignent la personnalité jugée duale d'un personnage trop avide et donc intéressé au pouvoir de l'argent et seulement.

"C'est indéniable, l'homme est plutôt bon dans le relationnel, il peut convaincre, mais finalement il faut s'intéresser à la genèse de ce pion de Kadhafi en Europe, il n'est pas l'ami de l'occident, il est juste l'ami de l'argent!" alors que d'autres pensent "Modéré, il peut s'avérer comme une alternative réaliste pour engager des négociations avec le guide, mais s'il se désolidarise de Kadhafi, ses jours seront comptés, on voit bien que le fils Saif de Kadhafi, son ami,  est lui même dans une logique de non retour!"


Sauve qui peut

 Dés le début de la révolte, informé des possibles mesures coercitives possibles dans les principales places financières de l'Union Européenne et la Suisse, le  21 février dernier, Moustafa Zarti décide de quitter l' Autriche et veut prendre un avion de la compagnie Austrian Airlines assurant la liaison directe entre Vienne et Tripoli. Selon certaines source, il voulait assurer une issue  aux biens de Kadhafi pour les transformer au plus vite en cash et les diluer dans "la masse". Ce vendredi 4 mars 2011, la banque nationale d’Autriche lui a interdit l’accès aux comptes bancaires soupçonnés d’appartenir au régime libyen. Ce sont quelques 30 milliards de dollars investis par le fonds libyens dans le pays, sous forme de participation au capital de plusieurs entreprises...


Libre

Etrange que la décision de laisser libre le personnage qui disposerait d'un passeport autrichien et dont la fonction dans l'échiquier de Mouammar Kadhafi n'est pas de nature au simple rôle de pion. Il semble que ce personnage peut apporter encore quelques bonnes pistes aux services du renseignement!

Monsieur Moustafa Zarti de son coté considère toute cette affaire comme " pure allégation des autorités autrichiennes"  il précise "n'avoir jamais tenté une telle opération de rapatriement des fonds à destination du clan Kadhafi" pouvait-on lire dans le quotidien américain "Washington Post" dans lequel l'homme d'affaires nie en bloque l'ensemble des révélations du quotidien Autrichien "Die Presse" .


Note importante de la rédaction du site FINANCE OFFSHORE sur la présomption d'innocence:


-La présomption d'innocence, telle qu'entendue actuellement dans la plupart des pays d'Europe, se fonde sur l'article 11 de la Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948 de l'ONU qui la formule de la façon suivante :


« Article 11. Toute personne accusée d'un acte délictueux est présumée innocente jusqu'à ce que sa culpabilité ait été légalement établie au cours d'un procès public où toutes les garanties nécessaires à sa défense lui auront été assurées.

Nul ne sera condamné pour des actions ou omissions qui, au moment où elles ont été commises, ne constituaient pas un acte délictueux d'après le droit national ou international. De même, il ne sera infligé aucune peine plus forte que celle qui était applicable au moment où l'acte délictueux a été commis.>>








Source: Die Presse / Wort / Le Soir/Agences diverses
Photographie: Tous droits réservés

© 2011 FINANCE OFFSHORE

Popular posts from this blog

Darauf sollte man achten: Checkliste für Ratenkredite

Wie Beamte mit Krankenzusatzpolicen Leistungslücken schließen