Thursday, November 18, 2010

G20 France/FMI: Sarkozy fan de Strauss-Khan!

Tags



                                "Le G20 enfin avec une Task force à la française!"



La France débutera bien sa présidence du G20 dans un esprit constructif s'il on en croit les déclarations du président du FMI, Dominique Strauss Khan...  Nicolas Sarkozy recevait ce mercredi le président français du Fonds Monétaire International qui ne cachait pas son plaisir évident de quitter un temps Washington pour évoquer les objectifs que le G20 devra porter pendant la présidence "à la française".

Les deux hommes se connaissent bien, Nicolas Sarkozy avait porté à bout de bras la candidature de Dominique Strauss Khan, mais point de doute, pour les élections présidentielles françaises de 2012, la donne sera bien différente. Un profond respect mutuel reste à l'ordre du jour entre les deux hommes. Il faut dire que la mission reste délicate, la France veut maintenir le cap de la réforme des institutions financières, au premier rang desquelles se trouve le FMI. Il sera l'artisan du renforcement des pouvoirs du FMI pour lui offrir les meilleures garanties de résultats. Nicolas Sarkozy le sait trop bien, le tandem "franco-français" est une chance pour la convergence des objectifs du G20. Les deux hommes n'ont pas hésité à évoquer tous les sujets avec pragmatisme. 

Guerre des monnaies, crise en Irlande..

Deux sujets importants étaient au centre des conversations, la crise en Irlande et le besoin de sortir de la guerre actuelle des changes  ou américains et chinois semblent disposés à quelques rares concessions.  
A l'issue de la rencontre, le chef de l'Etat et le patron du FMI se sont serrés longuement la main sur le perron de l'Elysée, où avait été déployée la garde républicaine, devant un mur de photographes et de caméras. Dominique Strauss-Kahn a fait une brève déclaration à la presse en saluant « le programme ambitieux » de la France. « Cela promet un G20 pour une année 2011 qui peut apporter beaucoup à la stabilisation de l'économie mondiale », a-t-il souligné, avant de préciser qu'il travaillerait avec Nicolas Sarkozy, « chacun à sa place », comme il l'avait fait « les années précédentes avec les autres présidents du G20 ».

Avant même la rencontre, les deux adversaires potentiels de 2012 s'étaient poliment affrontés à distance. Dominique Strauss-Kahn, invité lundi de la matinale de France Inter (Radio française) , avait notamment minimisé le rôle joué par le président français dans sa nomination au FMI en 2007 : « Il faut rendre à Cesar uniquement ce qui lui appartient, pas plus. »
Mardi soir, à la télévision, le chef de l'Etat avait une fois de plus souligné sa « considération » pour Dominique Strauss-Kahn. « Je vous rappelle qu'il était mon candidat au FMI », avait-il ajouté, tout sourire.

Bretton Woods II ?

Le président français qui vient de confirmer Christine Lagarde au Ministère de l'Economie et des Finances aurait déjà donné des garanties au FMI pour que cet opus du G20 soit le plus "productif" du genre. Volonté de traduire les récents échanges de la France au niveau international et européens en particulier. C'est le dossier de l'Irlande et du Portugual qui fera l'objet de toutes les attentions cette semaine, actualité oblige. 750 Milliards d'Euros, tel est en "gros" la solution pour maintenir l'Irlande qui devra finalement faire un appel à l'aide extérieure.

Les deux hommes assurent vouloir ne pas confondre les intérêts du G20, du FMI, et ceux d'une potentielle candidature "partagée" pour la présidence de la république française. Dominique Strauss Khan n'a pas souhaité s'exprimer sur ses intentions, pour les socialistes français, on note juste un profond désir croissant qui s'installe dans l'opinion française... Au premier du rang duquel se trouve un nouveau fan en la personne de Nicolas SArkozy qui ne cacherait plus que Dominique Strauss Khan serait un opposant de qualité! A suivre...





Photographie: Tous droits réservés.