AFFAIRE KARACHI GATE: De Luxembourg à l'Isle of Man...


                     "Le pont Adolphe en travaux ira  bientôt de Luxembourg à l'Isle of Man..."





C'est bien l'émoi suscité à Luxembourg par les récentes déclarations -en off - du président français Nicolas Sarkozy, (en marge du dernier sommet de l'Otan à Lisbonne) qui invite Finance Offshore à continuer son travail de compulsion des informations qui se font jour dans l'affaire Karachi Gate...

Notre "avantage" est peut être dans cette capacité de pouvoir prendre la température -in vivo-  dans la capitale luxembougeoise, et autant dire que le climat se veut trés passionné sur le sujet.

Nicolas Sarkozy ayant marqué les esprits luxembourgeois depuis sa fronde contre les paradis fiscaux.

On pouvait entendre dans quelques déclarations de "monsieur tout le monde ou madame d'ailleurs" glanées ici ou là dans la capitale luxembourgeoise...


"On prend la police luxembourgeoise pour quoi? Il est de notoriété ici à Luxembourg que les enquêteurs étaient  finalement limités dans leurs actions pour servir les besoins de l'enquête! Aujourd'hui on veut noyer le poisson en parlant comme si le travail fait à Luxembourg n'était pas sérieux voir baclé, donc sans intérêt! "

-"C'est marrant, Jean-Marie Boivin  (financier présent en son temps à Luxembourg, en charge des montages), qui agissait comme "l'organisateur" des shadows (sociétés écrans) du retour des com's serait presque maintenant  lui aussi une victime! De qui se moque t'on?"

-"Comment peut-on accepter de voir un pays comme la France faire si peu de cas de la douleur des familles de français qui travaillaient pour le compte de l'état français! Voir une commission d'enquête parlementaire refusée comme chose quasi normale, incroyable... mais tellement vrai! C'est bien la peine de voir tant de politiciens de France ergoter sur les républiques bananières...  d'un ancien empire colonial français!"

-"Je ne suis pas inquiet, voyez-vous, ici, on refait notre beau  pont Adolphe, à ce rythme, il devrait bientôt vous menez aussi jusqu'à l'Isle of Man. Vous savez, on en parle de cette île, chez vous à Paris...! Plus sérieusement, c'est comme les documents déclassifiés, il faut être "bien français" pour croire que l'on "vous" donnera bien tout ce qu'il faudrait à ces familles de victimes qui nous inspirent par ailleurs  un profond respect face à l'ampleur de l'affaire! Quel courage!  (...) Voir votre président qui parle de "fable" pour venir à présent comme le cheval blanc nous dire tout le bien qu'il pense de notre pays, ses pratiques dont il s'est voulu le plus grand moralisateur avec le G20 et cette chasse ouverte contre notre secret...(NDLR:bancaire, liste grise de l'OCDE) et nos sociétés qui ne seraient qu'écrans!  Voyez vous, question secret, je lui souhaite de garder ses secrets avec la même qualité que la déontologie qui prévaut à nos traditions. Alors, il serait bien mesquin de nier l'éxistence de ses pratiques à Luxembourg, mais notez qui sont les principaux utilisateurs de telles sociétés, ici quand ce n'est pas la France, c'est le régime iranien et tant d'autres... Ne dit-on pas, en bon français, qu'il faut s'appliquer à soi même la morale que l'on éxige des autres?

-"Quelles ne se résignent jamais, (les familles) elles devraient pouvoir, en partant de chez nous (Luxembourg), voir un viaduc intéressant jusqu'à L'Isle Of Man!  Partant d'ici, l'argent à ses habitudes!"


Voici quelques extraits de conversations qui démontrent que l'inertie semble être la principale impression que perçoivent des personnes au demeurant sympathiques, en tous cas pour ne jamais mélanger "le bon peuple" de France et certains de ses politiciens. Nous pourrions vous dire que si un souhait fait l'unanimité, c'est le besoin de voir -quand même-  des têtes tombées... Il faut dire que la salve du président français pour "empêcher" l'accès au premier ministre luxembourgeois à la tête du Conseil Européen est un des nombreux griefs qui s'invitent souvent dans les conversations, même si les personnes ne pensent pas bénéficier d'une classe politique plus éxemplaire à bien des égards.


Pour parfaire notre analyse en cours, voici un excellent article d'Agoravox, moins précis ou complet que le devenu spécialiste Médiapart, mais il est bien dans l'esprit de certaines déclarations ici à Luxembourg. D'un style direct, il a le mérite de démontrer à nos amis luxembourgeois que les médias français ont aussi des relais "plus citoyens" qui partagent bien certains points de vue entendus à Luxembourg:


Karachi : le scandale dans le scandale


Il y a un scandale, pourtant colossal, qui passe totalement inaperçu dans toute cette histoire tragique qu’est Karachi. Il ne s’agit pas ici d’entrer dans le débat s’il fallait arrêter les commissions de corruption afin d’assécher les rétro-commissions au risque de la mort d’employés de la DNC. Il s’agit d’autre chose qui est condamnable sans aucun état d’âme et qui est, ma foi, un scandale stratosphérique, quoiqu’en ce domaine ce pouvoir a pris la première place de la classe.


Ce qui est fort étonnant dans cette histoire c’est que la presse en a parlé et que, malgré tout, c’est comme si ce n’est qu’une petite pichenette donnée par un moucheron à un rhinocéros, en d’autres mots sans intérêt. On a en reparlé récemment, mais cela ne prend pas plus. Il s’agit pour tant d’un chantage à l’Etat français, chantage qui aurait réussi, chantage impliquant des ministres de la République qui auraient donc permis à ce que le maître chanteur touchât 8 millions d’euros pour la boucler, maître chanteur qui aurait les documents mouillant des politiques (Libération) : Selon des documents inédits obtenus par Libération, cette société offshore a pu servir à violer la législation anticorruption, au moins jusqu’en 2005. Tandis qu’elle a entretenu, au moins jusqu’en 2009, des relations directes avec les plus hautes autorités politiques françaises – dont l’actuel président de la République. Un rôle étonnant pour une société implantée dans un paradis fiscal et qualifiée de « shadow company » (entreprise de l’ombre) par l’un de ses principaux administrateurs, Jean-Marie Boivin, homme-orchestre des commissions sur les marchés de l’armement.Ainsi, dans une lettre du 29 novembre 2006, le comptable luxembourgeois de Heine, Yves Schmit, s’adresse-t-il à Nicolas Sarkozy, pourtant ministre de l’Intérieur, pour régler un problème capitalistique touchant la société. Et en des termes révélateurs d’un lien de subordination : « Votre lettre du 28 septembre nous est bien parvenue. Mais à ce jour, elle n’a pas été suivie d’effet. Nous n’avons toujours pas reçu d’instruction de la part de l’Etat français » .

Deux mois plus tard, le 16 janvier 2007, dans un courrier à en-tête de Heine, Boivin demande à Michèle Alliot-Marie, alors ministre de la Défense, devenue depuis ministre de la Justice, de lui « accorder prochainement un rendez-vous ». Une démarche, semble-t-il, fructueuse. Car selon une décision méconnue jusqu’à ce jour émanant de la Haute cour de justice de l’Ile de Man, un accord a été passé sur cette île le 24 janvier 2009, entre Heine et un « représentant du gouvernement français », avec la participation de deux fleurons de l’armement national, Thales et la DCNS (successeur de la Direction des constructions navales). Il prévoit le versement de 8 millions d’euros d’honoraires à Jean-Marie Boivin. Pour prix de son silence ?

Tutelle. Si MAM n’est que l’un des nombreux interlocuteurs de Heine, et pas forcément le plus assidu, son cas soulève un conflit d’intérêt. En 2007, elle intervient comme ministre de la Défense, alors que la DCNS appartient à 74% à l’Etat. Deux ans plus tard, elle est mutée à la Justice, tutelle d’un parquet qui freine des quatre fers une enquête pénale visant les relations entre Heine et la DCNS…



Cette information est confirmée par Médiapart, du moins par une déclaration de monsieur Menayas récemment entendu par le juge Van Ruymbeke : Question du magistrat : « M. Boivin a-t-il eu peur ? »

Réponse de Menayas : « M. Boivin est une personne très craintive et je l’ai senti impressionné. »

D’après l’ancien directeur financier de la DCN, Jean-Marie Boivin a finalement obtenu gain de cause en janvier 2009 à la faveur d’un protocole signé sur l’île de Man entre Heine, la DCN et l’Etat français. « Je pense que les menaces de M. Boivin ont été prises au sérieux », a sobrement affirmé M. Menayas au juge.

Question du juge : « Si M. Boivin a eu gain de cause, cela ne devait-il pas être la contrepartie de son silence sur ce qu’il savait sur l’identité des agents, sur leurs comptes, et sur les bénéficiaires finaux des commissions ? » En d’autres termes, son silence, précieux pour l’actuel hôte de l’Elysée, a-t-il été acheté ?

La réponse fut sans équivoque : « Effectivement, la transaction, si elle a abouti, devrait avoir permis la confidentialité de ces informations. »



Il a également déclaré ceci : Face au juge, Gérard-Philippe Menayas a d’abord expliqué que « le volume total des commissions était validé, contrat par contrat, par les deux ministres du budget et de la défense ». A l’époque du contrat Agosta, le premier était Nicolas Sarkozy et le second, François Léotard. Deux soutiens de poids d’Edouard Balladur dans la bataille présidentielle de 1995.



Philippe Menayas avait l’habitude de noter les petites événements de la vie. Vous trouverez ci-dessous le facsimilé d’une page édifiante:






•Les deux visiteurs du 26/10 bien mandatés par NS [Nicolas Sarkozy?] [selon certaines autres sources ""deux personnes de la DST (Epée-?-) envoyées de Paris ou Metz--?--"") ] (source Lux[embourg]). Ils ont été informés que tout devait être réglé avant fin 11


•le courrier du 18/9 à NS émanant de Michel WOLTER.


•le coût du clearing [grand nettoyage] (8M€) correspond à JMB [Jean-Marie Boivin] + karcherisation [ah ! ah !] des plateformes n° 2 [commissions occultes] (étant entendu que ceci correspond à la demande des visiteurs du 26/10)


•le versement est sollicité avant le 23/1 à 14 h 30, faute de quoi la --liquidation- sera --prononcée- le 24/11 et YS (Yves Schmidt, collaborateur de Boivin) se réserve le droit de faire une déclaration aux médias ( ! ! )





La France aurait donc payé le grand nettoyage pour 8 millions d’€ afin de soustraire à la justice ceux qui aurait bénéficié des rétro-pots-de-vin.

Il faut noter aussi que la justice française, du moins par son bras armé la police a eu ce pouvoir extrême de bloquer l’action de la police luxembourgeoise : « Il est important de souligner encore une fois qu’un grand nombre de documents tombant sous l’ordonnance à l’adresse 1, rue du Théâtre (siège de Heine, NDLR) avaient été retrouvés mais qu’une bonne partie n’avait pas été saisie sur demande des enquêteurs français sur place », notent les policiers du Grand Duché. Qui ajoutent : « Ce choix a été fait par rapport à l’enquête initiée qui est ouverte en France. Il faut se souvenir qu’une partie du “présent dossier” est classée “secret défense” en France et que l’enquête se limite donc à certains faits. »

Il s’agit bien d’un scandale dans le scandale. Scandale car cela n’intéresse que peu la presse et pourtant à comparer aux 10 millions de francs supposés avoir été versés pour a campagne de Balladur, dans la plus parfaite illégalité, qui ajoute à l’immoralité une attente grave à la démocratie avec qui plus est un contrat vendu à perte alors que Richard, ministre précédant Léotard avait déconseillé cette vente pour cause d’instabilité politique du Pakistan, que deux rapports internes de la DNCI de l’été 1994 déconseillaient cette vente à cause des pertes financières majeures qu’elle occasionnerait, il s’agit en l’occurrence d’un chantage d’une valeur 5 fois de celle des billets de campagne balladurienne, scandale d’un chantage contre un état, qui n’est plus de droit, au bénéfice même pas de la nation - ce qui n’aurait pas été une excuse, mais au moins cela aurait été au service des Français - avec l’argent de la France, le pouvoir de la France au service unique d’une caste qui se protège ainsi de la justice qui devrait passer. On fait donc payer aux Français une chape de plomb sur la vérité enrichissant un maître chanteur déjà enrichi par la corruption d’état et par la vente d’engins de mort(s), attentant ici aussi à la démocratie car la révélation des bénéficiaires de ces rétro-pots-de-vin, si d’aventure, comme le montrerait l’enquête de Médiapart, mais également celle de la police luxembourgeoise, cette affaire était avérée, aurait alors peut-être empêché l’accession de Nicolas Sarkozy au pouvoir suprême et notre malheur à tous.

Il faut évidemment que la justice s’intéresse de près à Jean-Marie Boivin, à cet accord connu, du moins révélé par Libération, qui parle d’un accord de la Haute cour de justice de l’île de Man (ce qui doit être facile à trouver par la justice et à montrer aux Français) en date du 24 janvier 2009 avec un représentant de l’Etat français que l’on aimerait connaître tout comme les commanditaire au sein du pouvoir. Si les règles sont respectées, deux ministres sont forcément intéressés dans cet accord : le ministre de la défense, un certain Morin ( ! ), et le ministre du budget de l’époque (janvier 2009), un certain Woerth ( ! ! ).

Il faut que vous non plus, vous n’oubliez pas ce scandale de ce chantage réussi au coût de 8 millions d’euros au détriment de la vérité avec usage par le pouvoir de la machine de l’état et de ses finances pour protéger ses turpitudes.

Source: AGORAVOX


Pour conclure, comment imaginer -un seul instant-  que les principaux médias français comme Médiapart , Libération, Nouvel Obs et consorts pourraient faire preuve d'une aussi grande légèreté que le président semble toujours plus leur accorder avec autant d'insistance à mesure qu'un certain étau se resserre... 

 Il est intéressant de voir qu'à l'étranger, mais particulièrement à Luxembourg, que les récentes railleries présidentielles à l'encontre des journalistes  sonnent comme un encouragement pour une profession en mal de reconnaissance "présidentielle". Et de conclure avec cette autre déclaration d'un ami luxembourgeois:

-"Une démocratie en bonne santé se mesure bien avec la température du climat qui prévaut dans les relations entre le pouvoir et les journalistes. Chez vous (en France), il y a une dégradation trés palpable sous couvert de pseudos améliorations qui ne tiennent qu'au discours de votre président, discours d'un certain modernisme qui cache bien mal un certain clientélisme. "Personne est indispensable" a bien dit votre président à "un pauvre" journaliste qui tentait ce soir là un exercice de rédemption!" 

-"Nous ne sommes pas disposés à faire des leçons de morale, ici aussi, on croit pouvoir savoir que notre premier ministre (NDLR: Jean-Claude Juncker) aurait été "un bon ami" de ce cher Boivin (Ndlr: Le financier de Heine et Eurolux) . Il y a des contrats de la DCN qui pourraient expliquer ceci... On a le souvenir d'un "Safari Africain entre amis de circonstances",  on sera moins étonné de voir les relations entre votre président et notre premier ministre se lisser d'elles mêmes, pour ne pas dire se tasser, même si quelques heurts forts médiatiques subsistes dans la mémoire du commun des mortels!"





Photographie: Tous droits réservés
Article Agoravox: Tous droits réservés.

© 2011 FINANCE OFFSHORE

Popular posts from this blog

Darauf sollte man achten: Checkliste für Ratenkredite

Wie Beamte mit Krankenzusatzpolicen Leistungslücken schließen