Tuesday, October 5, 2010

Exclusif: Kerviel, bouc émissaire parfait?

Tags


 Jérome Kerviel bouc émissaire parfait?



La justice française vient de trancher en première instance l'ex trader de la Société Générale. L'homme se retrouve  dans une situation qui devra laisser  place à l'élaboration d'une stratégie de défense optimisée pour lui permettre de se reconstruire une existence.  Le tribunal vient de porter un coup aux actuels projets de "reconversion" du jeune trader qui semble difficilement accusé le coup. Pour cause, il est clair que le jugement souhaite transformer l'ex trader en exemple...  à ne jamais suivre!

Mais comment accepter que la hiérarchie du jeune homme puisse ainsi passer au travers du maillage de la justice française?

Comment comprendre que la banque qui employait ne pouvait, devait connaître l'ampleur des engagements de l'ex trader qui se retrouve ainsi jugé comme "la plus grande entreprise individuelle de France"?

Jeune homme  organisant seul comme "un grand" au milieu d'un desk dont le seul secret serait donc bien que celui d'une réelle "omerta de...  circonstance"?

La défense de Jérome Kerviel devra démontrer que son client n'est en rien  cet homme présenté comme "seul" alors que se défendant,  à juste titre, d'être une  partie intégrante d'un système sous pression ne pouvant pas être admis comme un seul "parfait bouc émissaire".

 Bien malin sera celui qui osera se satisfaire d'un tel jugement qui fait une réelle abstraction des réelles pratiques d'un trader dans l'action d'une mission qui se fonde sur la performance et le besoin inhérent du rôle matriciel des traders pour une banque. La Société Générale  devait et doit toujours s'imposer dans un monde supra concurrentiel dont la récente crise internationale est la plus édifiante démonstration des limites inavouées...  de toute une profession! 

 Jérome Kerviel sait que la justice souhaite envoyer un signal fort à l'ensemble de celles et ceux qui comme lui, sont propulsés dans ce monde ou il est permis de vendre son âme au diable  sans oublier de prendre soins de fixer soi meme le prix! Pour la justice française le prix sonne comme un arrêt d'une certaine logique: 5 milliards d'Euros, pas moins...

Que dire à Jérome? Avant-tout de ne pas baisser les bras que doux rêveur il ne doit pas être, il faut "un exemple", que même le silence a une fin...

Il doit se battre, constituer le réalisme de sa profession sans extraire la substance réelle de la chronologie des évènements -j'insiste sur ce point-, car à défaut de pouvoir dire jusqu'ou il pouvait ainsi aller s'en retrouver, il peut et doit démontrer avec sincérité les étapes qui le portèrent à cet ultime point de non retour...

Que cette fusée Kerviel doit insister sur la rampe de lancement, qui de sa formation à son intégration dans la banque démontre la génèse d'un parfait jeune homme propulsé par un système -imparfait- qui se voulait  moteur!...

Car nous le savons tous, surtout nous autres professionnels, il y a une réelle organisation de l'ascencion par un accompagnement qui vous plonge entre  profond respect de procèdures et cette  transgression morale pour se soustraire de toutes limites.

Ils seront rares à lui dire à quel point il est devenu "ce produit" de tout un système qui se fonde sur une certaine abnégation de ce qu'un homme doit et peut accomplir dans l'accomplissement d'une mission aussi amorale dans ses fondements.

Comment se résoudre à un exercice aussi peu complet de la justice? Comment se limiter à une analyse aussi réductrice d'un simple maillon d'une chaine qui va à l'encontre de toutes logiques humaines?

 Jérome Kerviel peut et doit démontrer que son méa culpa vaudra plus qu'un méa culpa énigma...

Il peut dire encore quelques bonnes vérités, la raison l'emporte toujours.

Une journée de justice ordinaire?
(AFP)
11H33 - Déraisonnable - L'avocat de Kerviel, Me Olivier Metzner, a qualifié le jugement de "totalement déraisonnable" et d'"invraisemblable". "C'est un jugement de l'irresponsabilité d'un système contre la responsabilité d'un seul homme". "Les dommages et intérêts sont tellement excessifs qu'ils ne veulent plus rien dire", a-t-il ajouté.



11H31 - En liberté - Jérôme Kerviel reste libre pour l'instant, le tribunal n'ayant pas délivré de mandat de dépôt à l'audience.



11H23 - A la vitesse de l'éclair - L'annonce de la condamnation se répand à travers la planète financière. Le Financial Times, bible des milieux d'affaires anglo-saxons, la propulse à la Une de son site internet. "Kerviel coupable dans le scandale de la Société générale". A la Une aussi du Wall Street Journal et de la BBC. Le Point évoque un "coup de massue" pour l'ex-trader.



11H20 - APPEL - Kerviel va faire appel de sa condamnation, annonce son avocat.



11H12 - Réparation - "Nous avons obtenu réparation du préjudice financier. C'est la reconnaissance que la Société Générale ne couvrait pas l'escroquerie de Kerviel et que la banque est étrangère à ses mensonges et à son système de dissimulation", a lancé Me Jean Veil, avocat de la partie civile.



11H05 - Texto - Jérôme Kerviel envoie un texto, la tête dans sa main ornée d'une bague. Un vide s'est créé autour de lui.



10H59 - Sous le choc - L'audience est suspendue, alors que Kerviel est entouré par ses deux avocats, silencieux, et apparemment soufflés par la sévérité du verdict.



10H54 - Dommages et intérêts: 4,9 milliards d'euros - Le tribunal a donné raison à la Société Générale, qui réclame cette somme à son ex-trader.



10H53 - CINQ ANS DE PRISON, DONT TROIS FERME.



10H51 - La charge s'alourdit - Jérôme Kerviel a renversé les rôles, en se présentant en victime d'un système dont il aurait été la créature.



10H50 - Des mots durs - Pour la justice, Jérôme Kerviel a fait preuve d'ambivalence, cynisme, pratiques occultes, sang-froid et impassibilité trompeuse.



10H44 - La peine va tomber - Le président Dominique Pauthe rappelle que Jérôme Kerviel a été emprisonné 41 jours, respecte son contrôle judiciaire et présente une personnalité équilibrée.



10H42 - Délits constitués - "Introduction de données frauduleuses dans un système informatique,"faux et usage de faux", tous ces délits, avec l'abus de confiance, sont constitués.



10H40 - L'avocat à l'écoute - Maître Olivier Metzner, qui défend Jérôme Kerviel, écoute le tout d'un regard concentré, le front plissé.



10H27 - La banque ignorait - La banque ne pouvait avoir connaissance des activités frauduleuses de son trader, à en juger par les éléments présentés par la défense , explique le président du tribunal.



10H26 - COUPABLE D'ABUS DE CONFIANCE - Jérôme Kerviel est déclaré coupable d'abus de confiance.



10H22 - Camouflage - Pas de doute pour le tribunal, Jérôme Kerviel prenait des risques "hors mandat", générant des risques de plusieurs millions d'euros, qu'il s'évertuait à camoufler dans le temps.



10H18 - "Carence" et "transparence" - Si la banque a pu faire preuve de "carence" dans le contrôle de son trader, ce dernier n'en était pas moins tenu à la "transparence" sur les positions qu'il prenait, résume le président Pauthe.



10H12 - Abus de confiance - Le président Pauthe rappelle que pour la banque les positions que prenaient théoriquement Kerviel entraînaient une "prise de risque minimale". Or ce dernier a excédé les limites, accroissant considérablement ce risque.



10H04 - Kerviel est seul - L'accusé est maintenant seul face à ses juges, ses avocats se sont retirés derrière lui.



10H02- L'audience est ouverte - Le président du tribunal Dominique Pauthe entame la lecture du délibéré dans ses grandes lignes.



09H52 - Il est arrivé - Jérôme Kerviel est dans la salle, entouré de ses deux avocats, en costume sombre et cravate noire, le teint un peu hâlé. Il sourit à un des ses conseils.







09H50 - Affluence - Ils ont là pour certains depuis plus d'une heure, badauds et journalistes en rangs derrière des barrières à espérer une place dans la salle. Une femme dans la file découpe des petits bouts de papier sur lesquels elle a inscrit les numéros d'attente. Elle en distribue un à chaque nouvel arrivant.



09H40 - Lampiste? - Pour sa défense, Jérôme Kerviel a toujours soutenu que sa hiérarchie était allée juqu'à l'encourager à prendre des risques inconsidérés, dès lors qu'il rapportait de l'argent à la banque.



09H30 - Gros risque - Outre de la prison, l'ancien trader encourt 375.000 euros d'amende pour "abus de confiance", "faux et usage de faux" et "introduction frauduleuse de données dans un système informatique". Quant à la Société Générale, partie civile, elle lui réclame 4,9 milliards d'euros de dommages et intérêts.



09H00 - Journée décisive pour Jérôme Kerviel, l'ancien trader de la Société Générale poursuivi pour une perte record de près de cinq milliards d'euros début 2008, qui va recevoir le jugement du tribunal correctionnel de Paris.



L'accusé attendu vers 10H00, sera fixé sur son sort dans un délibéré prévu pour durer environ une heure.



A l'issue du procès, qui s'était tenu en juin dernier, l'accusation avait requis cinq ans de prison dont quatre ferme à l'encontre du jeune homme de 33 ans, devenu un symbole des dérives de la finance mondiale.

Source: AFP Tous droits réservés.



 
FINANCE OFFSHORE ©2010 - Sans mention du site et de l'auteur, la reproduction de cet article est strictement interdite, par tous moyens connus ou à découvrir, quel qu'en soit l'usage.
 
Photographie: Tous droits réservés.