Sunday, September 12, 2010

Christine Lagarde Premier ministre!

Tags





       La France qui organisera le prochain G20 devrait ainsi pouvoir créer la surprise!




On le sait tous, le remaniement du gouvernement de la république fait l'actualité en France mais bien plus encore, au delà des frontières... Les nombreux exécutifs de l'Europe ont les yeux rivés sur les annonces qui se succèdent parfois dans un climat que nous pouvons qualifier de très tendu. Climat d'affaires d'Etat pour un président Nicolas Sarkozy qui sera bien l'hôte du prochain G20 de 2011. Un G20 qui devrait s'organiser sur la volonté affichée de devenir l'opus le plus prolifique de la décennie. En ligne de mire la refonte de la régulation financière et la mise en oeuvre d'un nouveau modèle économique qui devrait impulser le "new deal" si chère au président français. Il semble déjà acquis que les Etats-Unis pourraient venir compléter le dispositif si l'assurance d'une cohésion retrouvée en Europe pourrait être démontrée, on pensera donc au travail sur la dette et les efforts que l'Union Européenne doit encore fournir sur l'endettement public et la rigueur de ses principaux membres.

Dans ce climat très particulier, la France doit s'imposer comme un élément moteur de cette volonté affichée, les Allemands qui tiennent le rôle de "Juge de paix" n'hésitent pas à définir un certain cadre au président français. Angela Merkel qui reste "droite dans ses bottes" peut aussi encore venir faire quelques bonnes leçons de morale à un président qui outre Rhin se voit reprocher une trop grande propension aux effets d'annonces et donc médiatiques. "D'une certaine façon, moins de blabla, plus de résultats et finalement ne pas oublier le fameux compteur de la croissance...!" Me soufflait un éminent diplomate proche du dossier. Car de l'avis même des principaux économistes, c'est bien le tandem de la Franco-Allemand qui devra s'imposer face au réalisme prédominant anglo saxon qui avec les Etats-Unis constituera cette autre force pour conserver un leadership face à l'Asie dont la croissance frôle toujours plus l'arrogance. "Le problème européen, c'est que ceux qui pourraient parfois manquer de modestie par leur résultat sur la croissance  sont bien ceux qui demeurent les plus modestes, en Chine la crise mondiale s'était transformée en occasion de restructuration de l'outil industriel qui ressort déjà renforcé et donc toujours plus productif de croissance..." Précisait un ponte de Bank Of China avec tout le réalisme d'un représentant d'une puissance avec qui il nous faut bien le reconnaître, les européens vont devoir renforcer l'axe. Le prochain G20 de Séoul (12 Novembre2010) s'annonce comme "une mise en garde " très sérieuse de l'Asie qui peut beaucoup avec ses liquidités...

C'est dans ce contexte particulier que la France doit "lisser" ses actuels problèmes intérieurs, la stratégie de Nicolas Sarkozy ne peut rester aveugle d'un certain réalisme. Le gouvernement est bien usé, usant pourrait-on dire, il y a une équipe qui manque de cohésion et le climat des affaires prend l'ascendant sur l'urgence d'un pays qui se retrouve plus encore dans le viseur des agences de notations, Moody's, bille en tête ayant annoncé la couleur... Pourtant un nom ressort dans les enquêtes d'opinions du Palais de L'Elysée et différents autres organismes de sondages: Christine Lagarde. Ce qui pour notre équipe n'est en rien une surprise, puisque nous l'avions déjà remarquée en la qualifiant de personnalité de l'année 2010! Plus logiquement elle nous semble être une de ces personnes issues de la société civile qui loin d'être enfermée dans l'appareil militantisme politique se place au dessus de la mêlée en construisant sa mission avec rigueur et une réelle qualité de gestion des impératifs. Exactement le "couteau Suisse" qui pourrait incarner la volonté du président français. Christine Lagarde est finalement l'équivalent d'un certain Dominique Strauss-Khan, personnalités qui cumulent la capacité de faire mouche dans un environnement toujours plus internationalisé au sens très stratégique du terme.

Forte dans les négociations de l'Eurogroupe et Ecofin, elle dispose d'atouts considérables comme la capacité d'organiser ceux qui l'entourent. Son style de premier ministre devrait permettre un management plus collaboratif avec l'Elysée tout en s'assurant un peu plus d'espace pour que le modèle présidentiel retrouve un grand second souffle, c'est à dire en devenant un modèle qui soit plus en dehors de l'appareil UMP. Car c'est bien avec le parlement que le président doit  "renégocier" son avenir il lui faut une majorité qui soit plus ouverte sur les questions de la proposition et de l'écoute, et non plus réduite au simple rôle de chambre de compensation des décisions du président. Christine Lagarde pourrait devenir l'alternative qui portera l'estocade à un certain conformisme englué! Celle qui devrait impulser le retour en grâce de l'exécutif par une construction de l'action sur le principe de l'échange participatif et de l'implication. Emulatrice des forces vives pour élever le débat et assurer au président une image plus cohérente dans les médias, celle d'un stratège et non plus du guerrier perpétuel.

L'avocate de formation sera donc bien  la meilleure chance du président français, Nicolas Sarkozy qui tient là un atout qui conjugue efficacité et charme.

Cette avocate de formation est née le 1er janvier 1956 à Paris 9e arrondissement, Mère de 2 enfants et ancienne sportive de haut niveau dans la natation synchronisée qui lui vaut un profond respect de ses pairs qui parlent "d'une très bonne nageuse en eau... trouble!"

 

Diplômée de l' Institut d'études politiques (IEP) de Paris, et de la faculté de Droit de l'Université Paris X-Nanterre ou elle obtiendra un diplôme d'études supérieures spécialisées (DESS) de droit social, et plus tard une Maîtrise d'anglais et d'un diplôme de la Holton Arms School à Bethesda (États-Unis). Cet atout s'est révélé particulièrement intéressant et donc prédominant dans les négociations avec ses homologues étrangers.


Sa carrière professionnelle est à l'image de sa personnalité jugée des plus efficientes et forte d'un pragmatisme redoutable. Présidente du comité exécutif (1999-2004) puis du comité stratégique mondial (depuis 2004) du cabinet Baker & McKenzie à Chicago (États-Unis) ce cabinet est réputé comme un des leaders mondiaux dans les affaires, la ministre française y laissera le souvenir d'une femme déterminée et très efficace pour coordonner les différents pôles d'activités du cabinet mondialement réputé. Elle aiguisa ses meilleurs armes comme avocat à la cour d'appel de Paris, passant tour à tour du statut d' Avocat collaborateur (1981), Avocat associé (1987), Avocat associé gérant (1991), Membre du comité exécutif (1995) puis culminant au sommet du cabinet avant d'y être délogée par la demande très appuyée d'un certain Nicolas Sarkozy...



La ministre est une de ses rares personnalités politiques françaises issues de la société civile qui, bien que très modeste sur le sujet, selon de nombreux observateurs, mérite sa décoration de Chevalier de la Légion d'honneur. "Un femme qui pourrait donner bien des leçons de méritocratie à l'important contingent d'hommes de la légion..." Nous soufflera un fidèle.



Elle se montre particulièrement efficace dans les sommets internationaux, "Christine" est souvent celle "vers qui on se tourne par réflexe pour trouver la solution qui fera mouche..." Elle est capable de se révéler comme un véritable "couteau Suisse" dans les négociations les plus rudes. Elle met un point d'honneur à toujours vouloir trouver une issue qui tiendra compte de toutes les réalités qui entourent toutes les parties prenantes. En somme un élément moteur de la diplomatie rendue indispensable dans un monde en pleine mutation.

Donc je ne peux que souhaiter bonne chance à Christine Lagarde, qui nouveau premier ministre de la France, deviendrait la meilleure issue pour un Nicolas Sarkozy... Qui marquerait ainsi un retour gagnant.





Photographe: Tous droits réservés.