Sunday, May 9, 2010

L'Eurogroupe en embuscade! Par Didier REMER

Tags

"Dans l'épreuve, le président Sarkozy sait pouvoir compter sur la bonne épaule de Jean-Claude Juncker..."


Les difficultés sont toujours plus nombreuses, 60 années que l'édifice européen est debout, et une crise qui s'installe... durablement! La Grèce et sa plus que relative banqueroute "organisée?" vient mettre un point d'arrêt aux nombreux idéaux de la "grande Europe". Ils étaient nombreux à le clamer: " Il faut s'attendre au pire pour la zone Euro, les idylles politiques vont payer le prix fort, plus grave encore, la note sera bien pour les peuples!" A qui sera le prochain mauvais tour? Bien malin était celui qui pouvait penser que forte d'une "Union Sacrée", l'Europe allait pouvoir faire face à la crise Grecque avec efficacité et réalisme... Il n'en sera rien, les agences de notation ne s'y trompent plus, la contagion est bien réelle! Des belles paroles de nos dirigeants européens ne resteront que le goût amère d'une incapacité à prévenir le risque, suroptimisme oblige! On aura entendu les diatribes de ceux qui se bercèrent un peu vite d'illusions... On nous a caché la vérité, et puis, comme bien souvent avec une crise financière, c'est une véritable crise de défiance qui prend place... Grèce, Espagne, Portugal... A qui sera le prochain mauvais tour? A Bruxelles, le président français annonce la couleur du futur G20 que la France organisera, Hedges Fund et autres pratiques "sauvages" doivent s'attendre à la fin de la récréation. Il faut préciser que le F.M.I fait ses comptes, on peut penser que les agences de notation comme S.T (par exemple...) font force de ne pas oublier leur indépendance: "Il faut regarder la vérité sans ne jamais oublier que les tentations "à l'image de la leçon de nos amis grecques" font école pour l'ensemble des agences qui envoient des signaux efficients à l'ensemble des dirigeants européens, les américains bille en tête veulent que la "vieille Europe" soit éxemplaire, plus que des paroles, des actes! Car la nouvelle gouvernance si chère à Nicolas Sarkozy et Angela Merkel ne devra pas être une coquille vide. On peut penser à une refonte intégrale du système tant l'effet Domino fait déjà ses preuves. " Ils me font rire avec leurs plans de rigueur, l'endettement des états, ce n'est pas le "bon peuple", mais la réelle incapacité des dirigeants pour organiser un équilibre serein entre dépenses publiques et équité sociale. On a gaspillé dans des projets aux résultats plus que contestables, toujours enfermés dans les calendriers électoraux!" Me précisera un important responsable d'une agence de notation critiquée pour avoir fait acte de constat. Et plus encore,les fonds souverains qui se perdent dans la dure réalité de la spéculation la plus élémentaire qui soit... Jean-Claude Juncker, qui préside l'Eurogroupe se retrouve flanqué du statut de "chambre de compensation des différents franco-allemands", il se retrouve toujours plus dans la spirale du réalisme en regardant aussi les comptes de sa nation, Luxembourg qui doit s'attendre à une importante offenssive sur les Hedges Fund qui sont pour "bonne partie" un des derniers éléments moteurs de la place financière emprise aux plus grandes difficultés. Il y a un décalage entre "bonnes volontés" et " réelles capacités". La zone euro devrait pouvoir traverser cette nouvelle crise, certains indicateurs économiques annoncent encore de beaux jours à l'édifice européen, mais qui seront les vrais perdants? Cette semaine encore, à Bruxelles, dans un coin de table de l'édifice européen on a planifié la nouvelle stratégie: réductions des déficits publiques, création d'une agence de notation européenne que l'on souhaite indépendante au possible, réglementation renforcée des subventions accordées aux états... Un ensemble de bonnes volontés , mais qui pourra dire que ceux qui sont en partie responsables de cette crise sont les mieux placés pour venir nous compter "fleurette"? L'Eurogroupe est bien en embuscade, selon les dires des principaux membres, il y a du pain sur la planche (à billets?), noir, blanc... Selon avis et conscience!




Photographie: Tous droits réservés