EUROGROUPE: La France soutiendra le luxembourgeois Juncker. Par Didier REMER

"Jean-Claude JUNCKER assuré de conserver sa lettre de mission!"

Bien qu'avec une actualité trés dense liée à l'épouvantable catastrophe en Haïti, le président français Nicolas Sarkozy a décidé de maintenir l'entretien avec le premier ministre luxembourgeois. Jean-Claude Juncker qui devait rencontrer Nicolas Sarkozy pour présenter sa feuille de route pour son maintien à la présidence de l'Eurogroupe a bien été reçu à l'Elysée ce jeudi dans un entretien déjà jugé constructif à Paris. Il était 16H30 quand le président français a reçu Jean-Claude Juncker, trois quarts d'heure, pour faire le point et entrevoir la future présidence de l'Eurogroupe qui sera confortée avec un secrétariat composé de supplétifs hauts fonctionnaires européens avec la possibilité du renfort d'experts indépendants. "Donner les moyens de mieux coordonner l'action de l'Eurogroupe, et lui assurer une grille de lecture plus accessible à l'extérieur. (...) Avec le traité de Lisbonne, l'Eurogroupe deviendra une instance formelle qui pour autant ne devrait pas s'inscrire dans des rendez-vous fixes et déterminés, les deux hommes préférant une action pro-active, capable de s'adapter en périodes de crise". La question d'une gouvernance économique devrait s'inscrire en ménageant les divergences actuelles, les réserves des Allemands et Britanniques seraient ainsi intégrées dans un cadre d'évolution par le dialogue. Jean-Claude Juncker serait ainsi la future cheville ouvrière de cette mission de mutualisation des bonnes volontés. Le luxembourgeois pourrait ainsi profiter de son nouveau mandat pour fédérer le nouveau shéma directeur de la nouvelle Commission de Bruxelles, Junker s'étant révélé bien efficace dans l'épineux dossier de la Grèce, véritable épreuve test de l'Union Européenne. Le pragmatisme efficient sera donc bien l'objectif de la nouvelle présidence du premier ministre luxembourgeois. Les deux hommes sont tombés en accord sur le "bon choix" que représente le belge Herman Van Rompuy à la présidence du Conseil, présidence qui n'est plus l'objet d'un contentieux entre Luxembourg et Paris. Nicolas Sarkozy devrait faire une visite d'état courant Mai ou Juin, occasion de "renouer" l'amitié proverbiale jamais altérée entre les deux états. La France devrait renforcer sa coopération dans le cadre de deux importants projets transfrontaliers, dont le plus important dans la zone sud du pays (Belval). Le premier ministre luxembourgeois est ainsi assuré de son élection ce prochain lundi, les "rumeurs italiennes" de voir le poulain de Berlusconi mettre du "relief" à l'élection seront donc sans effet! Jean-Claude Juncker s'est félicité du réchauffement des relations entre son pays et la France. Il a également annoncé, à l'issue de son entretien avec Nicolas Sarkozy, que le président français avait accepté d'effectuer le déplacement dans son pays. Pour compléter cette bonne nouvelle, Paris a par ailleurs accepté d'appuyer la candidature du Luxembourg à un siège au Conseil de sécurité des Nations Unies en 2013, selon un Jean-Claude Juncker visiblement satisfait de l'entretien. Les relations entre Paris et Luxembourg ont traversé une période de tension fin 2008, la France reprochant au chef du gouvernement luxembourgeois, qui préside l'Eurogroupe, son manque de réaction face à la crise financière et une position "complexe et duale" sur le secret bancaire au plus fort de la crise.



Photographie: Tous droits réservés

FINANCE OFFSHORE ©2010 - Sans mention du site et de l'auteur, la reproduction de cet article est strictement interdite, par tous moyens connus ou à découvrir, quel qu'en soit l'usage.

Popular posts from this blog

Darauf sollte man achten: Checkliste für Ratenkredite

Wie Beamte mit Krankenzusatzpolicen Leistungslücken schließen