Monday, December 7, 2009

OCDE: Monaco, le prince furieux du raid programmé des inspecteurs! Par Didier REMER

Tags

"S.A.S Le Prince Albert II de Monaco est excédé par la campagne médiatique internatonale actuelle."

Monaco le 7 Décembre 2009- On le sait tous, depuis quelques semaines, la principauté est en émoi suite aux déclarations de l'OCDE qui parle de la principauté de Monaco comme l'état le plus enclin à contourner les recommandations de l'organisation supranationale qui parle même de pratiques flagrantes sans précèdent...

Bien que dégrisée par l'OCDE, la principauté risque une trés sérieuse remise au pas, les objectifs du G20 seraient largement contournés en principauté qui ne se serait pas privée d'utiliser les faiblesses de la mise en application de l'échange d'information comme stipulée par l'article en référence de la charte de l'OCDE.

En effet, l'OCDE, a bien décidé d'envoyer sur le rocher un véritable raid d'inspecteurs experts-contrôleurs pour faire l'inventaire de la situation! Cette annonce trés médiatisée depuis Paris prend une tournure trés polémique dans les rangs des professionnels de la place financière du tout Monaco. Cette "expédition jugée comme punitive" se veut comme un coup porté à la volonté sincère de S.A.S le Prince Albert de Monaco, qui aurait dés le départ souhaité que le rocher montre patte blanche et devienne même un des précurseurs de la nouvelle éthique de l'après G20, loin de vouloir contourner les nouvelles orientations de la communauté internationale. Une question d'honneur et de respectabilité affichée par S.A.S le Prince Albert de Monaco qui est avant tout homme de dialogue et réelle concertation constructive...


C'est au palais de S.A.S le Prince que la décision de l'OCDE fait le plus de vagues, en effet le prince de Monaco n'a pas supporté la campagne de presse internationale à l'encontre de son état. "Trop c'est trop, Monaco n'a fait qu'appliqué les standarts avec la rigueur que lui a laissé la possibilité des textes, pas plus que les autres états listés, mais surtout pas moins!... " Nous confiera notre source. Le Prince ne décolère pas, il y a une volonté de porter un coup fatal à la place financière de Monaco qui est en pleine réelle souffrance du fait même de la volonté de se conformer sans limitation.


C'est toute l'économie du rocher qui dépend de l'image actuel de la place, le "résumé simplificateur" à charge de l'OCDE semble faire la plus grande abstraction de la réalité judiciaire du parquet monégasque qui selon certaines sources ferait "force d'une potentielle complaisance dès plus marquée par un manque de moyens et donc d'enquêtes réalisées" dans un "ancien paradis fiscal". On parle de véritable entreprise de contournement portée par la pression d'une profession qui se dit irritée au plus haut point du résultat de l'application des standarts de l'OCDE: "Ici comme en Suisse, on veut nous faire porter le chapeau de la crise, pourtant les trusts, ce n'est pas Monaco, le Delaware, le Wyoming, ce n'est pas Monaco!" Clament de nombreux professionnels à bout! "Ici on a la tradition d'une gestion "en bon père de famille", on gère des fortunes familiales ou professionnelles qui aiment l'art de vivre monégasque qui intègre des valeurs séculaires de discrétion et de réelle sécurité, depuis plus de vingt années, la principauté est considérée comme le territoire le mieux surveillé de la planète dans l'ensemble des enquêtes du board mondial, c'est une politique qui est éxemplaire pour les questions de sécurité publique et donc individuelle!". Cette sécurité et donc cette tranquilité proverbiale a un réel coût en principauté, c'est une marque de fabrique! Au Palais, la colère est immense, homme de dialogue, le prince a toujours voulu se montrer éxemplaire sur la question de la fiscalité de ses ressortissants ou assimilés et il est d'autant plus déçu que son gouvernement n'a jamais souhaité "noyer le poisson... bien au contraire!" Selon notre source. Les professionnels sont remontés, ils étaient tous présents au Forum Grimaldi (Photographie) à l'invitation du conseiller du gouvernement qui se voulait rassurant et conscient que le mal était déjà peut-être fait... Il y a en principauté une déception des plus marquées sur l'orientation "forcée" de l'état pour se rendre conforme à l'esprit du G20. "Nos amis suisses souffrent, nous souffrons, et il est triste de voir que les médias internationaux mélangent tout et n'importe quoi! Monaco n'est pas le dernier repère pour pirates en déroute! Nous avons ici de nombreuses fortunes professionnelles qui doivent leur réussite à la méritocratie, l'innovation, celle d'un certain génie humain!" Les références sont nombreuses et de notoriété internationale. C'est un procès de mauvaise intention qui est dréssé à l'encontre de toute la principauté, sa population, une mauvaise publicité!" Précisera notre source.
On le voit, la polémique ne peut devenir l'unique référence de la principauté, à titre personnel, je voudrais préciser aux nombreux lecteurs de Finance Offshore les nombreux efforts de S.A.S le Prince Albert de Monaco pour contribuer au travers de sa fondation à un monde qui intègre les valeurs humanistes et de profonde et sincère considération de son altesse pour concilier les questions liées à l'état de notre planète et son devenir, le Forum Grimaldi ou s'était tenu cette réunion avec les professionnels de la place financière est le premier centre de congrès international qui peut se prévaloir d'un respect intégral pour le respect de l'environnement tant dans sa structure que son fonctionnement. Une première mondiale!
Vouloir éviter toute caricature de la place financière serait un réel progrés, gageons que la pugnacité de S.A.S le prince Albert de Monaco contribuera à un nouvel équilibre entre réalité du Monaco financier et cette campagne de dénigrement internationale dès plus organisée... L'OCDE qui sait que la raison l'emporte toujours pourra vérifier qu'à Monaco il en sera ainsi, le prince y veille déjà personnellement en étant le plus grand artisan du changement qui s'opère pour la place financière qui dispose d'un contingent impressionnant de professionnels émérites.


Communiqué officiel Gouvernement Monégasque

Monaco après le G20


04-12-2009- Dans le cadre de la communication publique engagée par le Gouvernement Princier lors de la sortie de la Principauté de la « liste grise » de l’OCDE en octobre dernier, S.E.M. Franck Biancheri, Conseiller de Gouvernement pour les Relations Extérieures et les Affaires Economiques et Financières Internationales, et Madame Sophie Thevenoux, Conseiller de Gouvernement pour l’Economie et les Finances, ont rencontré mercredi 2 décembre les professionnels monégasques au Grimaldi Forum lors d’une conférence - débat.400 personnes, parmi lesquelles des membres de la communauté bancaire, des notaires, des avocats, des conseillers fiscaux, des experts comptables et des conseillers juridiques et financiers se sont réunies pour participer à cette session.Après une présentation détaillée de la situation actuelle de près d’une heure, S.E.M. Franck Biancheri et Madame Thevenoux ont répondu aux nombreuses questions des participants.
Les questions ont principalement porté sur deux accords de transparence et de coopération fiscale :

- le TIEA (Tax Information Exchange Agreement), lequel prévoit les modalités d’échange d’information, sur demande et au cas par cas, entre Administrations fiscales des pays signataires ;
- le DTA (Double Taxation Agreement) ou convention de non double imposition, lequel est un accord plus large que le précédent en ce qu’il a pour but de resserrer les liens économiques et financiers entre deux pays puisqu’il comprend, en sus de l’échange d’information sur demande entre Administrations, des dispositions fiscales visant à éliminer la double imposition. Rappelons que les corps diplomatiques et consulaires de Monaco ont pris une part active à la réussite des négociations avec le soutien des Ambassadeurs et Consuls de Monaco et l’appui technique des équipes du Département des Relations Extérieures.



COMMUNIQUE: GOUVERNEMENT MONEGASQUE, Tous droits réservés.
Photographie: Tous droits réservés © Charly Gallo - Centre de presse de Monaco