Tuesday, December 15, 2009

OCDE Luxembourg/Allemagne: Fin des tensions sur le secret bancaire? Par Didier REMER

Tags


"Luc Frieden efface les tensions avec l'Allemagne."



Depuis la crise financière internationale, le Luxembourg et l'Allemange étaient en "relatif froid" sur l'épineuse question du secret bancaire. Au plus fort de la crise, le précèdent gouvernement de la chancelière Merkel trouvait le Luxembourg peu enclin aux efforts...
Une crise plus tard et un G20 plein de "bonnes volontés affichées", le Luxembourg, ce "paradis dégrisé pour certains" du président de l'Eurogroupe, Jean-Claude Juncker (premier ministre du Grand-Duché), se remet à table pour poursuivre les négociations qui battaient un peu de l'aile du fait de quelques tensions sur le dossier sensible du secret bancaire. L'amitié entre les deux états étant proverbiale, on conserve ainsi bien plus à l'esprit ce qui rassemble que tout ce qui pourrait diviser.
Pour cette mission "rédemptrice"; c'est Luc Frieden dauphin de Jean-Claude Juncker et vertueux ministre des finances du Luxembourg qui s'y colle avec efficacité. L' homme est adepte du dialogue et de la "diplomatie constructive!" Il a invité son homologue allemand, Wolfgang Schäuble, dans le trés beau château de Senningen, haut lieu des évènemets diplomatiques du Luxembourg. Dans une cérémonie courtoise et jugée amicale, les deux hommes se sont essayés au retour tant attendu des relations normalisées entre les deux pays. Une "occasion pour que la confiance mutuelle soit à nouveau la régle". Allemagne qui est bien le premier partenaire économique du Luxembourg...
La signature de cette convention fiscale de non-double imposition est un acte concret qui se veut conforme aux standards de l'OCDE précisera Luc Frieden à son auditoire. Depuis le G20 de Londres au printemps dernier, il s'agit de la 21e convention du genre que signe le pays qui implémente ainsi avec l'Allemagne le principe même d'échange d'informations fiscales sur demande. La rencontre entre Luc Frieden et son homologue allemand était aussi l'occasion pour les deux hommes de faire le point de la "relation entre les deux pays". Le ministre des Finances allemand que Luc Frieden considère comme un "ami" a souligné que "toutes les tensions qui avaient pu exister entre l'Allemagne et le Luxembourg concernant le secret bancaire sont oubliées depuis longtemps."... Wolfgang Schäuble a tenu a faire part "de son grand respect pour le Luxembourg", un pays "ami de l'Allemagne" précisera t'il.
Il faut dire que la thèse qui tendait à imputer trés maladroitement aux "ex-paradis fiscaux" (comme ceux listés par l'OCDE dont le Luxembourg, l'Autriche, La Suisse...) la responsabilité de l'origine de la crise avec leur opacité notoire n'est plus de mise. Aujoud'hui, on s'attaque plus volontiers aux trusts qu'aux seuls pays qui pratiquent le secret bancaire, l'échange d'information devient la régle même si certains ratés se font encore jour.
Interrogé pour savoir si l'Allemagne est en faveur de l'échange automatique d'informations fiscales et donc pour la levée totale du secret bancaire, trés diplomate, le ministre fédéral s'est juste borné à préciser que pour l'instant, il se dit très satisfait de la signature de cette convention conforme aux standards de L'OCDE... Tout en préfèrant moduler son propos: "Chaque chose en son temps." Diplomatie oblige...
Les deux hommes se sont montrés unis à l'image de L'Europe qui "doit faire face aux difficultés hors normes portées par la crise". Luc Frieden et son homologue ont ensuite parlé de la "solidarité qui ne peut passer que par des échanges de bonnes pratiques pour que chaque pays résorbe au mieux son déficit mais aussi la pratique d'une solidarité pour lutter contre certains excès bancaires!". (Les fameux bonus...) S'inscrivant dans les dernières décisions prises lors de l'Écofin, alors que les Européens ont "entériné la création du super régulateur financier européen", "bonne initiative" a rappelé Luc Frieden qui ne manque jamais ainsi de confirmer que le Luxembourg sera un bon élève sur la question... Dans cet esprit il précisera que pour des "questions d'honneur" à l'endroit du profond respect pour son homologue et donc l'Allemagne", le texte de la convention signée ce jour sera "bien entériné à la chambre des députés courant Mars 2010 ". Les deux ministres ont également souligné leur soutien sans faille pour que "toute l'Europe reste unie derrière la Grèce" qui connait il est vrai un "certain enfer", ce que déplore donc le "paradis Luxembourg" : "Nous sommes unis pour l'aider à redresser son économie" préciseront de concert les deux ministres, visiblement heureux de cette entente cordiale enfin retrouvée.
Photographie: Tous droits réservés