DOSSIER CLEARSTREAM: Maître Herzog se berce d'une certitude, de Villepin est l'instigateur! Par Didier REMER

"Pour Me Herzog, Dominique De Villepin est bien l'instigateur de la calomnie!"

"De Villepin l'instigateur"
On le savait, la charge de l'avocat de Nicolas Sarkozy au tribunal ce lundi était bien l'occasion de "faire parler à distance" le président de la république... Celui qui parlait bien de coupables, sans faire cas de la présomption d'innocence... Dans la même logique, Me Thierry Herzog a estimé que l'ancien premier ministre avait été «l'instigateur» de l'affaire Clearstream, qui «a eu pour effet de tenter d'empêcher Nicolas Sarkozy d'accéder à la présidence de l'UMP». On le voit, les parties civiles passent à l'offensive, et autant dire que Dominique de Villepin, qui pour bon nombre d'observateurs flirt avec la relaxe, cette charge de l'avocat du président de la république n'est pas de nature à le conforter dans une autre logique que celle du règlement de compte...
"Nuire à son client"
Me Herzog avait assuré que l'ancien premier ministre s'était «associé», «entendu» dans cette affaire avec le vice-président Jean-Louis Gergorin et l'informaticien Imad Lahoud d'EADS pour nuire à son client dans le cadre de l'affaire Clearstream: «Courant 2004, et à partir d'avril 2004, la conviction qui est la mienne est que tant Jean-Louis Gergorin, Imad Lahoud que Dominique de Villepin se sont entendus, se sont associés!» pour mettre au point la machination qui a valu à Nicolas Sarkozy de voir son nom cité sur de faux listings, a-t-il ainsi assuré devant un tribunal plein à craquer en début de journée...
"Dénonciation calomnieuse"
«Est-ce qu'il y a eu de la part de Dominique de Villepin courant 2004 complicité de délit de dénonciation calomnieuse ? La réponse est oui», a martelé Me Thierry Herzog. «Je démontrerai (...) l'implication de ceux qui sont poursuivis», a-t-il expliqué. L'ancien premier ministre est notamment soupçonné d'avoir participé à la manipulation par laquelle il aurait voulu déstabiliser Nicolas Sarkozy qualité es rival politique à l'époque et donc pour prendre la succession de Jacques Chirac à la présidentielle de 2007.
Réquisitoire du ministère public mardi
Il faudra attendre le réquisitoire du ministère public mardi, et autant dire qu'il s'agira d'un grand rendez-vous ou les certitudes des uns laisseront place à celles des autres... L'accusation reproche à Dominique de Villepin, d'avoir, dés avril 2004, encouragé l'ex-vice-président de groupe aéronautique EADS, Jean-Louis Gergorin, à dénoncer les faux listings à un juge, alors qu'il les savait faux. Le mathématicien Imad Lahoud est de son côté accusé d'avoir réalisé les faux. Dominique de Villepin nie pour sa part toute implication et ce depuis le départ de l'affaire.
Me Herzog tacle et recadre De Villepin sur Alliot -Marie

L'avocat de Nicolas Sarkozy est par ailleurs revenu sur les critiques de l'ancien premier ministre à l'encontre de Michèle Alliot-Marie. Lors de sa dernière audition par le tribunal, Dominique de Villepin a regretté avoir été renvoyé en correctionnelle en raison de sa «rivalité» avec Nicolas Sarkozy, là où Michèle Alliot-Marie, selon lui également concernée, avait au contraire bénéficié d'une promotion. Mais il aurait pu faire citer l'ancienne ministre s'il avait véritablement souhaité s'expliquer, lui a répondu lundi Me Thierry Herzog. «Si des déclarations vous déplaisent (...), on fait citer M. Marland (ndlr: directeur de cabinet de MAM à la Défense), on fait citer Mme Alliot-Marie, mais on ne se berce pas derrière je ne sais quelle impossibilité», a accusé l'avocat qui pour sa part se berce de certitude sur cette "absence".
Possible relaxe?
Dans la salle des pas perdus, les observateurs et autres chroniqueurs judiciaires semblent s'accorder sur un point, celui d'une possible relaxe de Dominique de Villepin. De quoi trancher avec la charge de Me Herzog qui n'a pas hésité à démonter les arguments de la défense de Dominique de Villepin. A vouloir "en faire trop", on ne peut que se poser la question de l'impact de la rivalité entre le chef de l'état et Dominique de Villepin. Cette rivalité affichée au plus haut point qui contribue à ce climat détestable depuis le début du procès, s'est renforcée par l'usage de "politesses" entre les avocats et autres effets d'annonces pour contribuer toujours plus au triste spectacle qui entoure cet évènement de la justice française. On recherche désespérément une pause salutaire dans cette excessive montée en puissance...
Source: "Le Figaro"/ Agences
Photographie: Tous droits réservés
Nos récents articles sur le Dossier Clearstream:

Finance Offshore© Copyright 2009 Tous droits réservés.

Se rassurer de pouvoir couper des têtes
L'organisme financier luxembourgeois démontre le mécanisme de la calomnie
http://lafinanceoffshore.blogspot.com/2009/10/dossier-clearstream-lorganisme.html
Général Rondot, Méthodologie au garde à vous!
http://lafinanceoffshore.blogspot.com/2009/10/dossier-clearstream-le-general-rondot.html
Dominique de Villepin pour l'émergence de la vérité, l'ensemble des éléments relatifs à son audience, déclarations, chronologie, réactions...
http://lafinanceoffshore.blogspot.com/2009/09/dossier-clearstreamdominique-de.html
Dominique de Villepin argumente son innocence
http://lafinanceoffshore.blogspot.com/2009/09/dossier-clearstream-de-villepin.html
Albert FRERE "invité" dans l'affaire
http://lafinanceoffshore.blogspot.com/2009/09/dossier-clearstream-albert-frere.html
Dominique de Villepin VS Sarkozy, le bal est ouvert...
http://lafinanceoffshore.blogspot.com/2009/09/dossier-clearstream-sarkozyde.html
Dossier Clearstream "mise en état", récapitulatif des faits, origine de l'affaire
http://lafinanceoffshore.blogspot.com/2009/09/dossier-clearstream-mise-en-etat-par.html

Popular posts from this blog

Darauf sollte man achten: Checkliste für Ratenkredite

Wie Beamte mit Krankenzusatzpolicen Leistungslücken schließen