G20 Pittsburgh: L'OCDE, L'OMC et la CNUDED insistent contre le protectionnisme! Par Didier REMER


Ce sont bien les prémices d'une fin de crise qui invitent les trois grandes organisations internationales à sonner l'alarme devant les signes de protectionnisme qui s'amplifient.

L'OCDE, l'OMC et la CNUDED ne s'y trompent pas, la fin de crise est proche, mais le risque est croissant pour asseoir avec dynamisme une reprise durable et sérieuse dans les conditions les plus adaptées.
"On voit bien que certains pays s'enferment dans un protectionnisme qui risque à terme de porter un coup réel aux espoirs et attentes de la fin de crise! Dans l'ensemble, les acteurs économiques et institutionnels sont partagés entre réelle anticipation et une formidable hésitation qui invite les entreprises et certains états à limiter leurs importations!" Souligne un observateur du dossier. A quelques jours du sommet du G20 , les organisations associent leurs efforts pour que le rendez-vous de Pittsburgh soit bien cette occasion de remettre certaines pendules à l'heure. Car le risque est important, si le protectionnisme s'avère bien pratique pour flatter les égos nationaux qui tempête contre les chiffres désastreux du chômage, il faut comprendre que la solution passe par un retour de la confiance, les énergies doivent circuler sans entraves. Les meilleurs sont ceux qui font force d'optimisme en s'appliquant pour des échanges plus porteurs: économie verte et participative par exemple...
Voici le communiqué de presse de l'OCDE qui précise l'invitation aux pays du G20 pour agir activement contre le protectionnisme:

L’OCDE, l’OMC et la CNUCED invitent les pays du G20 à s’engager plus résolument à ouvrir leurs frontières aux échanges et à l’investissement
14/09/2009 - L’OCDE, l’
Organisation mondiale du commerce et la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement appellent les chefs d’État et de gouvernement des pays du G20 à prendre des engagements plus fermes en faveur de l’ouverture des échanges et de l’investissement, au moment où s’amorce une reprise de l’économie mondiale suite à la crise.
Dans un rapport conjoint sur les mesures du G20 en faveur des échanges et de l’investissement, Angel Gurría, Secrétaire général de l’OCDE, Pascal Lamy, directeur général de l’OMC, et Supachai Panitchpakdi, Secrétaire général de la CNUCED, soulignent que les dirigeants des pays du G20 doivent rester vigilants face aux risques de protectionnisme.
« Nous ne pouvons pas encore considérer la crise mondiale comme terminée, malgré les signes annonciateurs d’un redressement économique observés dans certaines parties du monde. La hausse du chômage qu’elle a provoquée continuera d’entraîner des pressions protectionnistes pour les années à venir», constatent-ils.
« Il est de la responsabilité des dirigeants du monde entier, et en particulier ceux des pays du G20, de prendre des mesures adaptées pour que les échanges et l’investissement international puissent contribuer durablement au redressement des économies suite à la crise mondiale. Il faudrait, pour ce faire, que les dirigeants du G20 s’engagent plus fermement à ouvrir leurs marchés et que leur résolution d’achever les négociations du cycle de Doha en 2010 se matérialise ».
Les règles de l’OMC et de l’OCDE ont joué un rôle de harnais de sécurité en empêchant l’adoption de politiques protectionnistes à grande échelle. Les dirigeants des trois organisations jugent encourageantes les politiques d’investissement des pays du G20 qui, dans l’ensemble, ont amélioré l’ouverture et la clarté des informations offertes aux investisseurs étrangers. Parallèlement, certains gouvernements se sont dotés de dispositifs de soutien qui peuvent créer une discrimination à l’encontre des entreprises étrangères ou faire obstacle aux investissements à l’étranger.
Tous trois rappellent que certains des programmes de relance budgétaire mis en place pour faire face à la crise comportent des éléments qui favorisent les biens et les services nationaux au détriment des importations.
« Il est urgent que les gouvernements commencent à préparer une stratégie coordonnée de sortie de crise qui élimine ces éléments aussi rapidement que possible », précisent-ils.
Le rapport prévoit pour 2009 une baisse de 10 % du volume des échanges de marchandises et un effondrement de l’investissement direct étranger qui pourrait chuter de 30 ou 40 % cette année, en grande partie du fait d’une chute importante des flux d’investissement dans les pays de l’OCDE.
Le rapport a été préparé pour les dirigeants du G20 au Sommet de Pittsburgh. Les organisations continueront de suivre les mesures en matière d’échanges et d’investissement, conformément aux souhaits formulés lors du Sommet de Londres du 2 avril 2009.Le rapport du G20 sur les mesures en matière d’échanges et d’investissement est disponible sur ce
lien (en anglais).

Pour formuler des commentaires ou pour de plus amples informations, les journalistes sont invités à prendre contact avec Kathryn Gordon de la Division de l’Investissement de l’OCDE (01 45 24 98 42). D’autres informations concernant les travaux de l’OCDE sur les politiques d’échanges et d’investissement sont disponibles sur le site www.oecd.org/echanges et www.oecd.org/investissement.
Aussi disponible :
OECD, WTO and UNCTAD call on G20 for stronger commitment to more open trade and investment (Anglais )
Source: OCDE © Copyright 2009 Tous droits réservés
Photographie: Tous droits réservés

Popular posts from this blog

Darauf sollte man achten: Checkliste für Ratenkredite

Wie Beamte mit Krankenzusatzpolicen Leistungslücken schließen