Sunday, May 10, 2009

OCDE:Jean-Claude Juncker en pleine guerre! Par Didier REMER

Tags






Le premier ministre luxembourgeois, Jean-Claude Juncker, chef de l'Eurogroupe (réunion des ministres des finances de l'Union Européenne) monte au créneau dans la guerre qui l'oppose à l'Allemagne et en partie à la France. Depuis que son pays tient "bonne place" sur la fameuse liste grise des paradis fiscaux compulsée par l'OCDE, nombreuses sont les petites phrases! Frank Müntefering, le président du SPD (le parti social démocrate allemand) a bien ouvert les hostilités en exigeant des mesures radicales contre les paradis fiscaux :"Avant on y aurait envoyé des soldats, aujourd'hui ce n'est plus possible!" De quoi faire bondir le premier ministre luxembourgeois dont le père fut enrôlé de force dans l'armée allemande... Il s'en est ouvert dans une interview accordée à l’hebdomadaire allemand Der Spiegel: "Je suis déçu de voir que mes collègues européens (Ndlr:Sarkozy, Brown, Merkel) n'ont pas tenu la promesse qu'ils nous avaient faite à Bruxelles. Je considère cela scandaleux!" Jean-Claude Juncker rappelle que lors du sommet de Mars à Bruxelles, les dirigeants européens étaient tombés d'accord pour qu'aucun pays de l'UE ne figure sur la liste. Or, en plus du Luxembourg, la Belgique et l'Autriche sont les autres membres de l’UE mentionnés dans cette liste. Les promesses n'engagent que ceux qui les croient... Jean-Claude Juncker est bien dans le viseur du couple franco-allemand qui reste bien décidé à lui faire payer son road show européen pour décrédibiliser le secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurrià qui vient de recadrer encore la Suisse avec une missive qui annonce ce que "les mauvais perdants, petits joueurs" risquent en Septembre lors du prochain G20 de New-York. Juncker avait même organisé un mini sommet à Luxembourg pour fédérer les forces de ceux qui souhaitent conserver le secret bancaire et peut être un possible dernier bout de paradis...
Cette semaine, le ministre allemand des Finances, Peer Steinbrück, a jeté encore une bonne dose d'huile sur le feu en présentant le Luxembourg, le Liechtenstein, la Suisse et l'Autriche, de même que Ouagadougou (capitale du Burkina Faso) dans un même lot de zones à problèmes pour les services fiscaux à la recherche des fraudeurs de l'évasion fiscale... "Nous ne trouvons pas cela amusant! Nous avons été occupés, nous avons souffert de l'occupation allemande" pendant la dernière guerre,
très irrité a répondu Jean-Caude Juncker pour recadrer son homologue allemand qui parlait "d'envoyer les soldats". Intervention trés remarquée sur un plateau de la ZDF (télévision publique allemande) lors d'un débat plutôt tendu. On voit que se sont bien les dernières salves d'un président de l'Eurogroupe qui est très clairement poussé vers la sortie pour s'être un peu trop facilement accommodé de son statut pour brouillé les objectifs du G20. Son possible successeur serait l'actuel ministre des finances suédois, Anders Borg qui aurait les faveurs du couple franco-allemand et même des britanniques désireux de mettre un terme aux envolées lyriques du premier ministre luxembourgeois pour lequel certain imagine "une potentielle surprise qui lui serait réservée lors du prochain G20 de New-York, ce qui devrait l'inviter à moduler ses propos. On parle du possible résultat d'une très sérieuse enquête internationale par une importante organisation non gouvernementale..." Info? Intox?. On le voit bien ici, la liste grise des paradis fiscaux continue de faire couler beaucoup d'encre, Jean-Claude Juncker qui de surcroît doit mener le combat politique des échéances électorales de son pays, en inspirant à certains le possible dernier combat... de trop!


Photograpie: Tous droits réservés