Wednesday, May 20, 2009

Création du Luxembourg Institute for Global Financial Integrity. Par Didier REMER

Tags






Bonnes volontés...

Après bien des déboires, la place de Luxembourg veut nous montrer ses réalités... Dans cet esprit vient de voir le jour le "Luxembourg Institute for Global Financial Integrity".
Le Luxembourg Institute for Global Financial Integrity a été officiellement constitué le 13 mai dernier à Luxembourg. On nous annonce que cet "opus de la rédemption" est bien créé à l’initiative "de citoyens d’Europe et des Etats-unis, sous le patronage de M. Jacques Santer, ancien Premier Ministre du Luxembourg et ancien Président de la Commission européenne", cet institut se veut un organisme sans but lucratif. Plus clairement une association pleine de bonnes volontés!


Revanche sur l'OCDE?

L'objectif principal est bien de traiter toutes les questions liées "à l’intégrité du secteur financier mondial" et "à la responsabilité sociale de toutes les parties prenantes". Ce qui offre un champ d'action étendu mais fort intéressant. De l'éthique portée par monsieur Jacques Santer nous retrouvons ici l'occasion d'une possible revanche sur l'OCDE et certaines de ses conclusions pas toujours acceptées au Grand-Duché, l'effet liste grise (très foncée) y est pour beaucoup...

Contrition...

M. Jacques Santer s'en est ouvert avec "un acte de contrition":

- « Nous avons pleinement conscience du fait que le secteur financier mondial a besoin d’un renforcement de ses pratiques et normes éthiques . Celles-ci devront être fondées sur des principes d’intégrité : la transparence, l’équité d’une part ; et d’autre part, sur le sens des responsabilités et de l’engagement ». Ce que le l'ancien président de la commission européenne maîtrise avec réalisme, poussé à la réflexion en son temps pour des questions d'éthique justement. De quoi rassurer sur ses convictions, dés lors que lui même sait tirer les bonnes conclusions sur ce qui est bon et donc mal...


Dans cet esprit le président de l'Eurogroupe, M. Jean-Claude Juncker, Premier Ministre du Luxembourg est venu donner son quitus pour l'opération et s'assurer ainsi que tous ensemble, jetteront des ponts pour trouver des solutions pour endiguer les mauvaises pratiques du secteur financier et définir de nouvelles règles éthiques pour cette moralisation devenue indispensable, le futur G20 de New-York se préparant lui aussi à quelques "bonnes surprises" sur la question de l'éthique... (Une imposante étude de l'Université de Lausanne sur le sujet pourrait être un document de travail pour les membres de l'institut...) Et logiquement comme d'autres travaux dont il me parait toujours intéressant de consacrer le mérite qui doit être rendu.

Sciences cognitives

On nous annonce fièrement, que le professeur Howard Gardner, titulaire de la chaire Hobbs des sciences cognitives et éducatives à la Harvard Graduate School of Education dirigera les travaux du groupe de travail de l’Institut chargé d’élaborer ce modèle d’éthique. Une démarche qui devrait laisser place aux travaux de l'introspection pré-cognitive et à la définition d'un certain méa-culpa collectif...

On peut également tenter de comprendre que la mesure se veut avant tout une démarche positive à double titre:

- D'une part intégration des nouvelles valeurs portées par la place de Luxembourg.

- Opération de communication d'un plan média gouvernemental que je considère bien plus porteur que le mini sommet des états listés porté par le premier ministre luxembourgeois en pleine tourmente lors du G20 avec l'OCDE.

Démarche participative

Le plus intéressant dans la démarche de cet institut est bien son caractère ouvert, Jacques Santer est un homme politique qui ne peut se prévaloir de manque d'ouverture, esprit vif et disposant d'un bilan contrasté au niveau européen mais relativement positif. La fraude, l’évasion fiscale, le blanchiment d’argent ainsi que le financement d’activités criminelles et le terrorisme sont donc les priorités affichées de l’institut qui annonce que l’un de ses tout premiers projets est bien la définition d’un modèle d’éthique pour le secteur financier.

Objectif prétentieux?

Objectif qualifié de prétentieux par les plus sceptiques qui précisent que le "FMI et L'OCDE tout comme les Nations-Unies se sont déjà posés les bonnes questions, les politiques et leurs commissions, ils nous en inventent toujours plus!". C'est toute la problématique de ce genre d'opérations qui n'en doutons pas, sont toujours le fruit de bonnes volontés affichées... au départ, mais vites recadrées. Annoncer vouloir servir de cadre de référence pour la mise en place d’un code de conduite éthique pour l’ensemble du secteur financier mondial, c'est déjà donner dans une surenchère qui ne tient pas toujours compte de ce qui est acquis, l'option participative serait plus cohérente à ce stade. 

J'ai le souvenir du très porteur qualificatif de "nouvelle économie" et de son résultat... Combien de docteurs émérites en Economie nous ont vendu cette thèse... Nous pouvons considérer que si le LIGFI se constitue comme un organisme de recherche et donc synthèse, que son avenir peut convaincre universitaires et pourquoi pas les nombreuses ONG qui travaillent sur la question. Ce qui serait déterminant de la valeur de sa mission, la volonté affichée par exemple de travailler sur un cas d'école comme peut l'être le Luxembourg... ( "Charité bien ordonnée...") Nous montrer ainsi les efforts, les évolutions de cet état souvent étriqué entre réalisme et ce besoin inhérent d'une maîtrise active pour une économie dont la dépendance aux pratiques de sa place financière se sont accrues durant une décade, et remise en question avec cette crise. En tous cas les thèses programmatiques de l'Institut sont pleines de bonnes volontés! Les participants pourront donc s'exprimer, construire une réflexion collective et imaginer là ou d'autres, trop souvent s'empressent dans un jugement qui n'invite finalement qu'à des levés de boucliers... "le G20 porte plus ses objectifs sur la sanction qu'une occasion réelle de dialogue constructif, les petits états se sont trouvés très limités pour entrevoir des solutions empreintes d'équité, la solidarité européenne s'est avérée un fiasco total..." Souligne un diplomate.


Conférence

L'Institut organise une conférence les 10 et 11 décembre 2009 à Luxembourg sur le thème :
« Ethique, Secret bancaire et Paradis fiscaux ».

Informations, réservations: http://www.ligfi.org/



Photographie: Monsieur Jacques Santer
Tous droits réservés