Christine Lagarde, nouvelle "task force" médiatique aux Etats-Unis! Par Didier REMER





La nouvelle "task force" des médias du président français Sarkozy, madame Christine Lagarde vient de faire sensation à New-York. En marge de la réunion de Washington pour le F.M.I, la ministre des finances vient de marquer des points pour la "maison France". Invité de la célèbre émission de Stewart, "The Daily show", institution sur Comedy Central, la ministre vient de définir avec humour mais sérieux les objectifs de la France et son sentiment sur la crise actuelle. L'émission est un talk qui confronte l'invité avec les sujets de l'actualité face à un journal à la "Karl Zéro", le Zéro en moins bien sûr! La ministre s'est bien défendue "on pensait pas obtenir une telle prestation spontanée, "cash" bien à l'américaine et surtout sans concessions." Souffle un conseiller en com. qui parle même "d'opération qui donne l'occasion de montrer que les relations franco-américaines sont au beau fixe! C'est la ministre du gouvernement qui doit abattre le plus de travail, loin des polémiques, madame Lagarde conserve le bénéfice d'une carrière éxemplaire d'avocat aux Etats-Unis, et d'un professionnalisme qui ne fait pas doute." Déjà à Washington, Christine Lagarde s'est largement démarquée de ses homologues, plus réactive, plus impliquée dans ses dossiers et de trés bon conseil dirons les nombreux intervenants... Nombreux sont les experts qui pensent que madame Lagarde pourrait devenir le futur premier ministre de Nicolas Sarkozy.

Voici l'article du magazine "Gala"(France) qui retrace l'intervention de la ministre, il est intéressant de voir que la ligne politique de la France depuis le G20 est bien restée inchangée:

Article de "Gala"

Peu d’hommes politiques français s’imposent sur les plateaux de télévision américains. Christine Lagarde a fait merveille dans le show humoristique le plus risqué et difficile, celui de Jon Stewar, donnant une image nouvelle, plaisante, efficace et… inattendue de la France.
Elle est entrée sur le plateau en trombe sous les applaudissements, portant, curieusement, un gros sac à main rouge, cachant sa nervosité derrière un sourire un peu crispé. Mais quel succès! Christine Lagarde, après les rencontres du FMI à Washington, avait pris le risque, lors de son escale à New York le 28 avril, de passer dans le fameux « Daily Show » de l’animateur Jon Stewart.
Cette émission, diffusée à 23 heures, est un «vrai-faux journal» légendaire de la chaîne Comedy Channel, qui fait ses choux gras de l’actualité et surtout des tics et du sensationnalisme des news américains.
Jon Stewart, un animateur caustique et tordant doublé d’une idole des jeunes, y interviewe tous les soirs une personnalité différente à un rythme d’enfer: il n’est pas connu pour sa complaisance envers les puissants et les donneurs de leçon. Le danger était d’apparaître hautain et compassé, comme beaucoup d’hommes politiques français lors de leurs passages à la télévision américaine. De même, la désinvolture condescendante et les traits d’humour ratés pouvaient tout gâcher.Christine Lagarde a réussi un sans-faute.
La surprise de Stewart était d’abord visible à l’écoute de l’Anglais parfait de
notre ministre des financess. La Française, ancienne patronne à Chicago, jusqu’en 2004, de l’énorme cabinet d’avocat international Baker and McKenzie, est une fine connaisseuse des Etats-Unis, de ses médias et de sa vie politique, et a su parfaitement trouver le ton juste, tempérant poliment l’animateur qui s’empressait de l’interroger sur la crise en France par un «Bonjour» souriant en français avant d’expliquer simplement et brillamment sa vision du système économique français et la nécessité d’une coopération internationale pour résoudre la récession en cours.
A la question, «avez-vous viré des banquiers», la ministre a répondu par l’affirmative, présentant en quelques phrases simples le rôle de l’Etat en France et le but de ses prises de participation, avant de déjouer finement les gentils pièges tendu par Jon Stewart: "vous ne voulez pas virer quelques-uns des nôtres?" a t-il demandé avant un amusant «De la France ou des Etats-Unis, qui est le plus socialiste des deux?». La question était une référence ironique aux critiques de la politique de Barack Obama les plus courantes sur les chaînes de News.
Christine Lagarde, tout en défendant notre système social, a su répondre que les deux pays se rapprochaient, la France en favorisant plus l’initiative économique, les Etats-Unis en renforçant sa protection des moins favorisés. Sommée de traduire «Catastrophique economic downturn» en français (récession économique catastrophique) elle a entendu Stewart assurer que cela sonnait si bien dans notre langue que le terme semblait moins inquiétant. Et certes, Christine Lagarde a assuré que des signes multiples prouvaient que
le pire était passé. Sur ces mots, alors que s’achevait leur conversation, elle a sorti de son sac deux bérets basques, dont l’un était destiné à Stewart.
"J’étais persuadée que vous me serviriez tous les clichés sur la France" a t-elle dit en se coiffant d’un béret tout en lui tendant l’autre superbe et typique couvre-chef. Dans l’assistance, les applaudissements nourris ont salué l’évènement. 30% des téléspectateurs de moins de 25 ans tirent leurs principales informations du show de Jon Stewart. La ministre a donné une nouvelle image de la France et su distiller avec humour assez de substance sur un show de grande écoute. Jon Stewart a gardé son béret jusqu’à la fin de l’émission.




Source: Magazine "Gala" France Tous droits réservés

Popular posts from this blog

Darauf sollte man achten: Checkliste für Ratenkredite

Wie Beamte mit Krankenzusatzpolicen Leistungslücken schließen